Tall Bull

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tall Bull
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Hotóa'ôxháa'êstaestse
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata

Tall Bull (« Grand Taureau ») (1830 - ) (Hotóa'ôxháa'êstaestse) était un chef Cheyenne des Chiens soldats (l'une des sociétés guerrières cheyennes). Métis cheyenne et lakota, comme de nombreux autres Chiens soldats, il s'identifiait comme Cheyenne[1].

Il fut tué au cours de la bataille de Summit Springs dans le Colorado par le major Frank North, chef des Pawnee Scouts[2],[3].

Commandement[modifier | modifier le code]

Tall Bull était l'un des grands chefs des Cheyennes du Sud, chef de guerre des Chiens soldats. En 1864, Il commandait environ 500 guerriers qui le suivaient dans une zone comprise entre l'est du Colorado, l'ouest du Kansas et le Nebraska. Il participa, en 1864-65 à la guerre Arapaho-Cheyenne, en représailles au massacre de Sand Creek. Mais il renonça à la lutte, après avoir compris la futilité d'une victoire au combat.

Lors d'un conseil pour la paix, en 1867, il fit valoir que les blancs devaient cesser de faire la guerre aux Cheyennes en envahissant leurs terres comme de leur dire sans cesse qu'ils devaient abandonner leurs terres pour avoir la paix. L'agent des affaires indiennes Edward Wynkoop essaya de négocier la paix avec lui en des termes peu conciliants. Lors d'un pourparler de paix, Tall Bull empêcha personnellement le grand guerrier cheyenne Roman Nose de tuer le général Winfield Hancock.

En 1868, il participa à la bataille de Beecher Island. Au cours de la bataille, il prévint Roman Nose de ne pas se joindre au combat avant d'avoir pu se faire soigner et de le faire rapidement afin de pouvoir reprendre le combat.

Tall Bull fut tué à la bataille de Summit Springs , le , moins d'un an après la mort de son camarade, le grand chez de guerre Roman Nose et du chef Black Kettle. Les sociétés guerrières furent anéanties par la perte de leurs chefs et ne se reconstituèrent plus. Elles cessèrent d'être une menace sur les Grandes Plaines[4].

La chanson du loup[modifier | modifier le code]

L'une de ses chansons lui survécu :

Mon amour, c'est moi qui suis le chant. M'entendez-vous ?[5]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hyde 1968, p. 339.
  2. (en) Stan Hoig, The Battle of the Washita : the Sheridan-Custer Indian campaign of 1867-69, Lincoln, University of Nebraska Press, (1re éd. 1976), 268 p. (ISBN 978-0-8032-2307-3, OCLC 5008428, lire en ligne), p. 92.
  3. (en) Cheyenne-English Dictionary, Chief Dull Knife College
  4. (en) L. Robert Pyle, "Cheyenne Chief Tall Bull", Wild West, April 2002 republished on HistoryNet.
  5. (en) George Bird Grinnell, « Notes on Some Cheyenne Songs », American Anthropologist, vol. 5 New Series, no 2,‎ april–june 1903, p. 316 (DOI 10.1525/aa.1903.5.2.02a00050, JSTOR 659056).