Symphonie nº 9 de Vaughan Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 9.

La Symphonie no 9 en mi mineur est la dernière symphonie composée par Ralph Vaughan Williams, entre 1956 et 57. Elle fut créée le par l'Orchestre symphonique de Londres dirigé par Malcolm Sargent, puis rejouée le par le Orchestre symphonique de la BBC sous la direction de Malcolm Sargent. Vaughan-Williams mourra trois semaines plus tard, le 26 août.

L'idée initiale du compositeur était de créer une symphonie sur Tess d'Uberville de Thomas Hardy. Cependant, cette idée semble avoir été abandonnée par la suite. Certaines notes de travail montrent la volonté de se référer à des personnages et des éléments du roman, notamment dans le sous-titre dans mouvement[1].

L’œuvre compte quatre mouvements  :

  1. Moderato maestoso
  2. Andante sostenuto
  3. Scherzo : Allegro pesante
  4. Finale : Andante tranquillo

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la neuvième symphonie
Cordes
premiers violons,
seconds violons,
altos,
violoncelles,
contrebasses
2 harpes
Bois
1 piccolo,
2 flûtes,
2 hautbois,
1 cor anglais,
2 clarinettes en si,
1 clarinette basse,
2 bassons,
1 contrebasson,
3 saxophones : 2 altos, 1 ténor
Cuivres
4 cors en fa,
3 trompettes en si,
1 bugle,
3 trombones
Percussions
timbales,
caisse claire,
caisse roulante,
grosse caisse,
cymbales,
triangle,
gong,
tam-tam,
glockenspiel,
xylophone,
cloche
Clavier
célesta

L'orchestration est assez novatrice, avec un pupitre de saxophones au nombre de trois et un bugle. Ces instruments auront un rôle important dans la symphonie.

Réception critique[modifier | modifier le code]

L'atmosphère mystérieuse de cette symphonie fascine encore les musicologues d'aujourd'hui, considérée comme une des plus grandes œuvres du compositeur selon le musicologue Alain Frogley[2]. Dans la notice du New Grove Dictionary of Music and Musicians, écrit avec Hugh Ottaway, est mis en évidence l'originalité des structures de l’œuvre[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hugh Ottaway et Alain Frogley, The New Grove Dictionary of Music and Musicians, deuxième édition, Londres, Macmillan Publishers, , "Vaughan Williams, Ralph"
  2. (en) Alain Frogley, Vaughan Williams's Ninth Symphony (Studies in Musical Genesis and Structure), Oxford University Press,
  3. (en) Hugh Ottaway et Alain Frogley, The New Grove Dictionary of Music and Musicians, seconde edition, Londres, Macmillan Publishers, , p. Vaughan Williams, Ralph