Storm Cat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Storm Cat
Race Pur-sang
Père Storm Bird
Mère Terlingua
Père de mère Secretariat
Sexe Étalon
Naissance
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur W. T. Young Storage Inc.
Propriétaire William T. Young
Entraîneur Jonathan E. Sheppard
Nombre de courses 8
Nombre de victoires 4
Gains en courses 570 610 $
Distinction Tête de liste des étalons américains (1998, 1999)
Principales victoires Young American Stakes

Storm Cat (1983-2013) est un cheval de course pur-sang anglais né aux États-Unis de Storm Bird et d'une fille de Secretariat, il fut réputé pour ses talents de reproducteurs, étant l'étalon dont la saillie est la plus chère du monde.

Carrière de coures[modifier | modifier le code]

Ce poulain aux origines prestigieuses, né à Derry Meeting Farm en Pennsylvanie, devait passer aux ventes de yearling de Keeneland en 1984 mais, testé positif à l'artérite virale équine, une maladie infectieuse, il fut retiré du catalogue. Il s'avéra pourtant qu'il ne sera jamais malade, et quand William Young, son éleveur, se vit proposer de repasser à nouveau sur le ring, il déclina et préféra conserver le poulain et le faire courir sous ses couleurs. Bien lui en prit, car il tenait l'un des meilleurs 2 ans de sa génération.

Poulain imposant (163 cm au garrot) et musclé, pourvu de hanches solides mais d'une légère malformation du canon[1] (caractéristique qu'il transmettra souvent à sa descendance), Storm Cat débuta par une deuxième place à Saratoga puis, après deux victoires et une deuxième place dans une course principal, il se présente au départ des Young America Stakes (groupe 1), qu'il remporte, se positionnant ainsi en haut de la hiérarchie de sa génération. Cela lui vaut le statut de favori dans la Breeders' Cup Juvenile, où il est toutefois battu d'extrême justesse (un nez) par Tasso[2], qui lui ravit également le titre de meilleur 2 ans de l'année. La suite de sa carrière fut nettement moins brillante. Opéré durant l'hiver, puis blessé au tendon, absent des pistes durant onze moi, il ne court que deux fois à 3 ans, pour une seule victoire, puis resta à l'entraînement à 4 ans sans jamais retrouver la forme suffisante pour retrouver la piste. Il se retire au haras, à Overbrook Farm, à Lexington (Kentucky) pour devenir étalon.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Young American Stakes
  • 2e Breeders' Cup Juvenile

Tableau de bord[modifier | modifier le code]

Au haras[modifier | modifier le code]

L'énorme succès de Storm Cat au haras n'était pas vraiment anticipé, malgré un prix de saillie assez conséquent, 25 000 $, d'ailleurs revu à la baisse en 1991 (20 000 $). William Young soutient activement son étalon, proposant aux éleveur des accords de « foal sharing » (saillie gratuite contre 50 % de la propriété du poulain à naître) et donnant même des saillies gratuites pour attirer des poulinières de valeur[3]. Il est vrai que la première génération de 2 ans de Storm Cat en piste ne s'est pas faite remarquer en 1991. Mais tout change dès l'année suivante, qui assoit la réputation de Storm Cat comme père de poulains précoces et rapides. Il devient en 1992 tête de liste des pères de 2 ans, et le sera encore à six reprises par la suite, un record. Aussitôt, son prix de saillie s'envole : il passe à 100 000 $ en 1995, puis 300 000 $ en 1999, 400 000 $ en 2000, et grimpe à 500 000 $ dans les années 2000[4], ce qui fait de lui l'étalon le plus cher du monde[5] avant de repasser à 300 000 $ en 2008. Dans son haras d'Overbrook Farm, le cheval était gardé 24h/24 par des hommes armés[6], et ses sorties au paddock se faisait sous la surveillance de deux snipers juchés sur des miradors.

Tête de liste des étalons américains en 1999 et 2000, il a donné plus de 180 stakes winners, parmi lesquels 35 lauréats de Groupe 1[7]. Ses produits ont gagné plus de 128 millions de dollars en courses[7],[8]. Ses fils prennent son relais au haras, puisque 16 d'entre eux ont déjà engendré au moins un vainqueur de groupe 1.

Parmi les meilleurs produits de Storm Cat, citons :

Storm Cat est également un formidable père de mères, comme en témoignent ses trois titres de tête de liste des père de mères en Amérique du Nord et sa présence ininterrompue dans le top 10 depuis 2005[9]. Il revendique ainsi, par ses filles :

La progéniture de Storm Cat suscite naturellement des flambées sur les rings de ventes aux enchères, 91 de ses yearlings ont vu les enchères dépasser la barre du million de dollars[1], de même que dix de ses foals (avec un top à 2,4 millions de dollars)[10]. En 2004 et 2005, deux de ses yearlings ont atteint 8 et 9,7 millions de dollars[10], ce qui fait de ce dernier le troisième yearling le plus cher de l'histoire[11]. En février 2006, les Irlandais de Coolmore achetaient un 2 ans par l'un de ses fils, Forestry, pour la somme record de 16 millions de dollars, après que le poulain ait galopé 200 mètres dans un temps exceptionnel[12]. Les poulinières pleines de Storm Cat ont également affolé le marché, à l'image de Cash Run, vendue 7,1 millions de dollars[10].

En mai 2008, Overbrook Farm annonce que l'étalon connaît des problèmes de fertilité dus à son âge, et qu'il est donc retiré de la monte ; cette année-là, seule trois des trente poulinières qu'il avait saillies étaient pleines[11]. Néanmoins, des poulinières quarter horse furent saillies en 2009 par insémination artificielle, pratique interdite pour les pur-sang[13]. En 2015, deux poulains clonés de Storm Cat voient le jour, dont l'un meurt dans un accident de paddock. Le clonage étant interdit pour les courses hippiques, les poulains étaient destinés à la pratique du polo[14].

Retraité, Storm Cat a fini ses jours dans son haras[15], où il est mort à l'âge vénérable de 30 ans, le 24 avril 2013[7].

Origines[modifier | modifier le code]

Storm Cat est le fleuron de son père Storm Bird, champion européen à 2 ans, et bon continuateur de Northern Dancer au haras. Sa mère, Terlingua, fut elle-même une championne à 2 ans, lauréate des Del Mar Debutante Stakes (groupe 1). Sœur de Royal Academy, 3 ans de l'année en Europe sur le mile, vainqueur du Breeders' Cup Mile et bon étalon, elle s'avéra une excellente poulinière puisque, outre Storm Cat, elle donna de bons performers et répandit son courant de sang aux quatre coins du monde :

  • Chapel of Dreams (par Northern Dancer), lauréate de groupe 2
  • Tiajuana (par Slew O' Gold), devenu un étalon à succès en Inde
  • Provo (par Alydar), étalon à succès à Chypre
  • Pioneering (par Mr. Prospector) - étalon, père de vainqueurs de groupe 1
Origines de Storm Cat
Père
Storm Bird
Northern Dancer Nearctic Nearco
Lady Angela
Natalma Native Dancer
Almahmoud
South Ocean New Providence Bull Page
Fair Colleen
Shining Sun Chop Chop
Solar Display
Mère
Terlingua
Secretariat Bold Ruler Nasrullah
Miss Disco
Something Royal Princequillo
Imperatrice
Crimson Saint Crimson Santan Spy Song
Papila
Bolero Rose Bolero
First Rose

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Storm Cat (horse) », sur American Classic Pedigrees (consulté le 30 octobre 2016)
  2. « Ocala Star-Banner - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 30 octobre 2016)
  3. « W.T. Young dead at 85 », Daily Racing Form,‎ (lire en ligne)
  4. « HASILI rencontrera STORM CAT », Zeturf,‎ (lire en ligne)
  5. « Deauville utile : pour mieux décrypter la vente d’août », sur http://www.france-sire.com/ (consulté le 1er janvier 2011)
  6. http://www.independent.ie/sport/horse-racing/bad-1250750.html
  7. a b et c « Le crack étalon US Storm Cat est mort », sur France Sire
  8. « Legendary Overbrook Farm stallion Storm Cat dies at 30 », Daily Racing Form,‎ (lire en ligne)
  9. « Thoroughbred Breeding News, Sire Lists, Blogs, Video, Pedigree Analysis, Special Reports | BloodHorse.com », sur www.bloodhorse.com (consulté le 30 octobre 2016)
  10. a b et c « Storm Cat : qui veut gagner des millions ? », sur France Sire
  11. a et b « Storm Cat pensioned at 25 », sur ESPN.com, (consulté le 30 octobre 2016)
  12. Le cheval, pourtant, ne parviendra pas à remporter la moindre course en trois tentatives et ses gains plafonneront à 10 000 $. Il fait désormais la monte, à 5 000 $ la saillie.
  13. « Storm Cat’s Quarter Horse son wins graded stakes », Daily Racing Form,‎ (lire en ligne)
  14. « Bloodlines: What Will Be The Legacy Of Storm Cat Clone? - Horse Racing News | Paulick Report », sur www.paulickreport.com (consulté le 30 octobre 2016)
  15. (en) Storm Cat pensioned at 25 - Thoroughbred Times

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]