Statue équestre de Robert Edward Lee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Statue équestre de Robert Edward Lee
Lee Park, Charlottesville, VA.jpg
Présentation
Type
Architecte
Henry Shrady (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Créateurs
Henry Shrady (en), Leo Lentelli (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Construction
Commanditaire
Paul Goodloe McIntire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Inscrit au NRHP ()
Contributing property (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

La statue équestre de Robert Edward Lee est une statue équestre en bronze du militaire sécessioniste américain Robert Lee et de son cheval Traveller située à Charlottesville, en Virginie. La statue est érigée dans Emancipation Park, nommé Lee Park[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La statue recouverte.

La statue est commandée en 1917 par Paul Goodloe McIntire (en) à l'artiste Henry Shrady (en) (1871–1922), mais elle est achevée par Leo Lentelli (en) (1879–1961) et dévoilée le . Le socle en granit rose est l’œuvre de Walter Blair et porte l'inscription « Robert Edward Lee 1807 1870 »[2]. Comme la plupart des monuments édifiés en l'honneur des soldats confédérés, la statue n'est pas contemporaine de la Guerre de Sécession mais des années 20 à l'époque des lois ségrégationnistes Jim Crow[1]. Elle est inscrite au registre national américain des lieux historiques en 1997[3].

À la suite d'un travail scolaire et après en avoir parlé au maire adjoint Wes Bellamy, une adolescente afro-américaine de Charlottesville agée de 15 ans, Zyahna Bryant, lance en mars 2016 une pétition sur change.org pour demander l'enlévement de la statue qu'elle considère offensante et le renommage du parc[4]. Le , le conseil municipal de Charlottesville vote à la majorité l'enlèvement de la statue et à l'unanimité le renommage du parc[5], ce qui suscite des plaintes de sympathisants de la cause confédérée et de certains historiens. Le conseil confirme son choix en avril, mais le 2 mai, le juge Richard Moore suspend son exécution pour 6 mois[6]. En juin, un graffiti "Black Lives Matter" est peint sur le socle et dans la nuit du 7 au 8 juillet, la statue est vandalisée et recouverte de peinture rouge[7].

Le projet de la municipalité de déboulonner la statue, en raison de l'attitude favorable du général Lee à l'esclavage est contesté par les suprémacistes blancs, ce qui donne lieu à plusieurs manifestations de personnes favorables au maintien de la statue comme de personnes favorables à son retrait. En août 2017, en marge de la Manifestation « Unite the Right », un suprémaciste provoque la mort d'une contre-manifestante[8].

Le 23 août 2017, le conseil municipal fait couvrir la statue par une bâche noire en signe de deuil. Le 27 février 2018, la justice, considérant que la municipalité n'a jamais défini la durée du voilage, ordonne le retrait sous quinze jours de la bâche[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sabrina Champenois, «Je suis sûre que Charlottesville était visée parce qu’elle est progressiste», liberation.fr, (consulté le 18 août 2017)
  2. (en) Betsey Gohdes-Baten, « National Register of Historic Places Inventory/Nomination: Robert Edward Lee Sculpture », Virginia Department of Historic Resources, (consulté le 18 août 2017)
  3. (en) Benjamin Sutton, « The Story Behind Charlottesville’s Robert E. Lee Monument », hyperallergic.com, (consulté le 18 août 2017)
  4. (en) « Teen Starts Petition to Remove Robert E. Lee Statue from Charlottesville's Lee Park », sur nbc29.com,
  5. (en) Oliver Laughland, « White nationalist Richard Spencer at rally over Confederate statue's removal », The Guardian, (consulté le 18 août 2017)
  6. (en) « Judge halts removal of Lee statue for 6 months », Wdbj7.com
  7. (en) « The Statue at the Center of Charlottesville’s Storm », sur nytimes.com,
  8. Gilles Paris, « Comment la manifestation d’extrême droite a dégénéré à Charlottesville », lemonde.fr, (consulté le 14 août 2017)
  9. « Judge: Tarps covering Charlottesville Confederate monuments must come down », sur cnn.com,