Spurius Nautius Rutilus (consul en -411)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nautius Rutilus.

Spurius Nautius Rutilus est un homme politique romain plusieurs fois tribun militaire à pouvoir consulaire entre 419 et 404 av. J.-C. et consul en 411 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre des Nautii Rutili, branche de la gens Nautia. Il est le fils de Spurius Nautius Rutulus, tribun militaire à pouvoir consulaire en 424 av. J.-C. Son nom complet est Spurius Nautius Sp.f. Sp.n. Rutilus[1] mais Tite-Live et Cassiodore lui donne le praenomen de Caius pour l'année de son consulat, contrairement à Diodore de Sicile qui donne Spurius[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier tribunat consulaire (419)[modifier | modifier le code]

En 419 av. J.-C., il est tribun militaire à pouvoir consulaire avec trois autres collègues[3],[a 1]. Une tentative de révolte d'esclaves qui projettent d'incendier Rome est déjouée grâce à deux informateurs qui touchent une récompense de 10 000 as[a 2].

Deuxième tribunat consulaire (416)[modifier | modifier le code]

En 416 av. J.-C., il est de nouveau tribun militaire à pouvoir consulaire avec trois autres collègues[1],[a 3].

Consulat (411)[modifier | modifier le code]

En 411 av. J.-C., il est consul avec Marcus Papirius Mugillanus pour collègue[4]. Leur mandat est marqué par une famine et une épidémie de peste[4],[a 4].

Troisième tribunat consulaire[modifier | modifier le code]

En 404 av. J.-C., il est tribun militaire à pouvoir consulaire une troisième fois, avec cinq autres collègues[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes :
  1. a et b Broughton 1951, p. 73.
  2. Broughton 1951, p. 77.
  3. Broughton 1951, p. 71-72.
  4. a et b Broughton 1951, p. 76.
  5. Broughton 1951, p. 81.
  • Sources antiques :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic : Volume I, 509 B.C. - 100 B.C., New York, The American Philological Association, coll. « Philological Monographs, number XV, volume I », , 578 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]