404 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chronologies
Années :
-407 -406 -405  -404  -403 -402 -401
Décennies :
-430 -420 -410  -400  -390 -380 -370
Siècles :
VIe siècle av. J.-C.  Ve siècle av. J.-C.  IVe siècle av. J.-C.
Millénaires :
IIe millénaire av. J.-C.  Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 404 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 22 avril : Athènes, assiégée par Lysandre, affamée, capitule[5]. Fin de la guerre du Péloponnèse. C'est le début de l'hégémonie de Sparte en Grèce (fin en 371 av. J.-C.).
    • Un traité de paix est signé entre Athènes, Sparte et ses alliés, négocié par une ambassade menée par Théramène à Sellasie. Athènes est épargnée et conserve son enceinte (Sparte se méfie de Thèbes qui voulait, avec Corinthe, raser la ville). Seuls les Longs Murs[6] et les fortifications du Pirée seront détruits[7]. Les vaisseaux qui restent sont livrés, sauf douze, les exilés sont autorisés à revenir. Athènes devient une alliée de Sparte, placée sous son hégémonie[8].
    • Lysandre impose à Athènes le conseil oligarchique des Trente (Critias, Théramène, etc.). Ceux-ci désignent eux-mêmes les 500 membres du Conseil ainsi que les magistrats et s’entourent d’une garde de 300 « porte-fouet », complétée plus tard par une garnison spartiate. Les Trente commencent par massacrer les sycophantes et les « démagogues ». Puis ils s’en prennent, en partie pour des raisons financières, aux métèques et aux citoyens riches (1500 personnes sont massacrées). Un corps civique de 3000 citoyens, seul autorisé à rester à Athènes et à jouir de garanties judiciaires, est créé. Théramène, qui avait négocié la reddition d’Athènes, s’oppose à Critias. Considéré comme trop modéré, il boit la ciguë[8].
  • Été : en Sicile, Denys de Syracuse entreprend le siège de la cité sicule d’Herbessos. Les citoyens syracusains se révoltent et s’allient aux cavaliers réfugiés à Etna. Denys s’enfuit précipitamment à Ortygie. Il recrute des mercenaires campaniens qui mettent en déroute ses adversaires (hiver 404/403)[9]. Denys, assuré de l’obéissance des Syracusains, se consacre à la restauration de son autorité sur la Sicile orientale. Catane et Naxos, livrées par trahison, sont rasées et leurs habitants vendus comme esclaves. Des mercenaires campaniens sont installés à Catane et des Sicules à Naxos. Léontinoi se soumet et sa population est déportée à Syracuse.
  • 3 septembre : éclipse solaire observée à Athènes, mentionnée par Xénophon[10].
  • À la fin de l’année, les plaintes du satrape Pharnabaze, qui reproche à Lysandre de laisser piller son territoire, servent de prétexte aux éphores pour rappeler ce dernier à Sparte[11]. Ses adversaires, inquiets de sa puissance, s’attaquent aussi à son entourage : son lieutenant Thorax, harmoste de Samos, accusé de corruption, est condamné à mort[12]. Les éphores cessent de soutenir les décarchies instaurées par Lysandre.
  • Arrestation de Lysias et de son frère Polémarque par les Trente. Polémarque est mis à mort mais Lysias s'enfuit à Mégare[13].

Décès en 404 av. J.-C.[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D. M. Lewis, John Boardman, The Cambridge Ancient History, vol. 6, Cambridge University Press, , 1077 p. (ISBN 978-0-521-23348-4, présentation en ligne)
  2. a et b (en) Kaveh Farrokh, Shadows in the Desert : Ancient Persia at War, Oxford/New York, Osprey Publishing, , 320 p. (ISBN 978-1-84603-108-3, présentation en ligne)
  3. Paul Robert et Alain Rey, Le Petit Robert 2, S.E.P.R.E.T., (présentation en ligne)
  4. Nicolas Grimal, Histoire de l’Égypte ancienne, Fayard, , 602 p. (ISBN 978-2-213-64001-3, présentation en ligne)
  5. Paul Faure, Marie-Jeanne Gaignerot, Guide grec antique, Hachette Éducation Technique, , 328 p. (ISBN 978-2-01-181766-2, présentation en ligne)
  6. Information à vérifier et à dater : au moment de la prise du pouvoir par les Trente et du discours de Lysandre à la tribune ces Murs semblent encore debout — source : Isaac, "Les oligarques", Calmann-Lévy, p. 125.
  7. Anton Powell, Athens and Sparta : Constructing Greek Political and Social History from 478 BC, Routledge, (ISBN 978-0-203-40163-7, présentation en ligne)
  8. a et b Xénophon Helleniques livre 2
  9. Brian Caven, Dionysius I : War-Lord of Sicily, Yale University Press, , 272 p. (ISBN 978-0-300-04507-9, présentation en ligne)
  10. François Clément et Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates des faits historiques, des inscriptions, des chroniques et autres anciens monumens, avant l'ère chrétienne..., Moreau, (présentation en ligne)
  11. Jeannine Boëldieu-Trevet, Commander dans le monde grec au Ve siècle avant notre ère, Besançon, Presses Univ. Franche-Comté, , 294 p. (ISBN 978-2-84867-188-8, présentation en ligne)
  12. Plutarque, Dominique Ricard, Les vies des hommes illustres, vol. 2, Lefèvre, (présentation en ligne)
  13. Claude Mossé, Dictionnaire de la Civilisation Grecque, Éditions Complexe, , 527 p. (ISBN 978-2-87027-703-4, présentation en ligne)
  14. (en) John Drinkwater et Timothy Venning, Chronology of the Roman Empire, London/New York, Continuum International Publishing Group, (ISBN 978-1-4411-5478-1, présentation en ligne)
  15. Léon Homo, Nouvelle histoire romaine, Fayard, (présentation en ligne)
  16. Edmond Lévy, Sparte : histoire politique et sociale jusqu'à la conquête romaine, Seuil, , 364 p. (ISBN 978-2-02-032453-3, présentation en ligne)
  17. Yves Denis Papin, Chronologie de l'histoire ancienne, Éditions Jean-paul Gisserot, , 126 p. (ISBN 978-2-87747-346-0, présentation en ligne)
  18. Pierre Larousse, Grand Larousse encyclopédique, vol. 5, Librarire Larousse, (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]