Sportule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La sportule (latin sportula[1]) est, dans la Rome antique, un don que, chaque jour, le patron[2], c'est-à-dire le protecteur, distribue à ses protégés, ses clients[3], en échange du temps que ceux-ci passent à son service, à l'escorter dans les lieux publics[4], et particulièrement au forum, à voter et à faire voter pour lui dans les élections ou pour les lois qu'il propose en tant que magistrat. À l'origine, la sportule est un don en nature (aliments, qui étaient remis dans le petit panier qui lui a donné son nom) ; progressivement, elle devient un don en argent.

Les clients viennent saluer leur patron le matin (rite de la salutatio, qui est une forme d'allégeance) ; c'est à ce moment qu'ils reçoivent ses instructions et qu'on leur remet la sportule.

Quadrans de cuivre de l'époque de Claude.

Martial donne quelques indications sur le montant de la sportule à son époque (fin du 1er siècle, où l'usage est de donner une somme d'argent). Il semblerait que le montant de cent quadrantes – pièces de plomb ou de cuivre de faible valeur[5] – corresponde à une pratique courante[6] : cela équivaut à un peu plus de six sesterces et Martial se plaint à plusieurs reprises de cette « allocation de famine[7] ». Le montant de trente sesterces donné en X, 27 est exceptionnel. Pour s'en tirer, les clients ont souvent plusieurs patrons.

Domitien a essayé de rétablir la sportule en nature[8], mais cette mesure déplut aux clients et elle fut rapportée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le mot signifie à l'origine « petit panier ».
  2. À Rome, le patron est un riche citoyen qui protège des personnes pauvres ou modestes, attachées à lui ou à sa famille, souvent des affranchis ou des descendants d'affranchis ou encore des ruraux venus des villages où le patron a des domaines.
  3. On parle aussi de « sportulaires ».
  4. Avoir beaucoup de clients était signe de puissance et apportait du prestige. La petite foule qui entoure le patron ou qui fait la queue devant sa demeure le matin est le signe visible de son rang et de sa puissance.
  5. Le quadrans est la plus faible des monnaies romaines : il correspond à 1/16e de sesterce.
  6. VI, 88, 4 : centum quadrantes.
  7. I, 59, 2 : ista fames. Cf. III, 7, 1.
  8. Suétone, Vies des douze Césars, « Domitien », 7.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]