Souda (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souda (homonymie).

Souda
Σούδα (el)
Vue de l'Île de Souda avec les ruines de l'ancienne forteresse vénitienne (XVIIIe siècle).
Vue de l'Île de Souda avec les ruines de l'ancienne forteresse vénitienne (XVIIIe siècle).
Géographie
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Localisation mer Méditerranée
Coordonnées 35° 29′ 20″ N, 24° 09′ 07″ E
Administration
Nomes de la Grèce La Canée
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Grèce

(Voir situation sur carte : Grèce)
Souda
Souda

Géolocalisation sur la carte : Crète

(Voir situation sur carte : Crète)
Souda
Souda
Île de Crète

L'île de Souda (en grec moderne : Σούδα) est un îlot situé au Nord de l'île grecque de Crète, dans la baie homonyme. Cet îlot accueille les ruines d'une forteresse vénitienne du XVIe siècle, qui protégeait l'accès à la baie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite de la péninsule d'Akrotiri. Sur la droite, l'île de Souda.
Vue de l'île de Souda (à droite) et l'île Leon (à gauche) dans la baie de Souda.

L'île de Souda se trouve à l'embouchure de la baie de Souda, entre l'île de Crète et la péninsule d'Akrotiri.

À proximité, se trouve l'îlôt Leon (en grec moderne : Λέων, "lion"), connu aussi sous le nom Nisi ("l'île").

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le mot pourrait provenir du grec byzantin, « forteresse[1] », « douve[2] », et en latin guida[3] ou summa (« somme »)[4] et sudarium (« suaire ») via le grec tardif soudarion[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'emplacement de l'îlot, à l'entrée du golfe de Souda, en fait un lieu local stratégique[6]. Les Vénitiens, alors maîtres de l'île, installent un fort, qui sera remanié en 1571[7].

Lors de l'occupation de l'île par les troupes ottomanes, à l'occasion de la guerre de Candie (1645-1669), la ville de La Canée est prise le 17 août 1645, deux mois après le débarquement de ces troupes. L'île de Souda semble résister aux assauts. Elle fait partie avec les forteresses de Gramvoussa et Spinalonga qui restent entre les mains des Vénitiens après la signature du traité de Paix[8].

Mythe[modifier | modifier le code]

Selon la légende, les deux îles de Léon et Souda auraient été créées à la suite d'un concours entre des muses.

Une légende, rapportée par Étienne de Byzance au VIe siècle, indique que les Muses et les sirènes se sont affrontées dans une compétition musicale dans le temple de Muses. Les Muses l'ayant emportée, les Sirènes de tristesses auraient retiré leurs ailes[N 1]. Ses ailes blanches en tombant dans la baie de Souda auraient formé les différents îlots de la baie, appelée Leukai (du grec "blancs") ou îles blanches[9],[10]. Nom que l'on retrouve à l'origine de la ville de La Canée (Khania).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon certaines versions, les sirènes perdirent leurs ailes de désespoir

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dölger, 1936 ; cf. Ian C. Cunningham Synagoge: Texts of the Original Version and of MS. B, Walter de Gruyter, 2003.
  2. Grégoire, 1936
  3. Avec les variantes guida, cuida, cogda, sogda selon Mercatti, 1955-1957.
  4. Siamakis, 1994.
  5. Pour une étude exhaustive, voyez S. Matthaios, Suda: the character and dynamics of an encyclopedic Byzantine dictionary, Université de Chypre, 2003.
  6. Georg Gottfried Gervinus, Histoire du XIXe siècle, depuis les traités de Vienne, vol. 13, , 327 p., p. 285.
  7. Georges Pillement, La Grece Inconnue - Itineraires Archeologiques, Albin Michel, , 431 p., p. 416
  8. Özkan Bardakçi et François Pugnière, La dernière croisade : les français et la guerre de Candie, 1669, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 182 p. (ISBN 978-2-75350-642-8), p. 124.
  9. Caroline M. Galt, "A marble fragment at Mount Holyoke College from the Cretan city of Aptera", Art and Archaeology 6 (1920:150).
  10. Informations du Ministère de la culture hellénique. Site archéologique d'Aptera.