SomaFM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
SomaFM
Description de l'image SomaFM logo (white).svg.
Présentation
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Siège social San Francisco
Langue Anglais
Statut Musicale
Site web SomaFM
Historique
Création 2000
Diffusion hertzienne
Diffusion câble et Internet
Streaming « Listen Now! », SomaFM.
Podcasting Non

SomaFM est une radio musicale, non commerciale, diffusée depuis San Francisco exclusivement via internet. Elle diffuse de la musique 24 heures/24, toute l'année.

SomaFM propose 32 stations[1] ; les plus populaires étant « Groove Salad » et « DroneZone », qui diffusent du downtempo et de l'ambient[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

SomaFM a débuté comme radio pirate au festival du Burning Man, en 1999[2].

Le succès rencontré incita Rusty Hodge à lancer officiellement, en février 2000, une radio permanente sur internet : SomaFM.com[2],[3].

Le nom de la radio, « soma », est une allusion :

  • au plaisir généré par la drogue (« the future's perfect pleasure drug »)[3],[4]
  • au quartier de San Francisco (SoMa : contraction de « South of Market ») où cette radio a commencé à être diffusée[4].

En , à la suite du vote du Digital Millennium Copyright Act en 1998 par le congrès américain, la RIAA (Recording Industry Association of America) obligeait SomaFM à payer 100 000 $ pour pouvoir continuer à diffuser de la musique. Rusty Hodge, craignant de devoir s'endetter pour régler un tel montant, décida alors d'arrêter la diffusion de SomaFM[4]. Un accord fut finalement trouvé avec la RIAA[2].

Après l'adoption par le congrès du Small Broadcasters Amendment Act, SomaFM pu obtenir une forte réduction sur les droits de diffusion demandés par la RIAA[2].

SomaFM recommença à être diffusée en .

Depuis le début des années 2000, SomaFM revendique au moins 5 millions d'heures d'écoute par mois[3].

Type d'émissions[modifier | modifier le code]

La plupart des stations de SomaFM diffusent de la musique underground et alternative[5],[6].

SomaFM propose différentes stations permettant d'écouter du downtempo, de l'acid jazz, du nu jazz, de la musique country, de l'americana, du glitch, de la musique industrielle et de la trance[1].

Les différentes stations de SomaFM sont[1] :

  • BAGeL Radio
  • Beat Blender
  • Black Rock FM
  • Boot Liquor
  • cliqhop idm
  • Covers
  • DEF CON Radio
  • Deep Space One
  • Digitalis
  • Drone Zone
  • Dub Step Beyond
  • Fluid
  • Folk Forward
  • Groove Salad
  • Heavyweight Reggae
  • Illinois Street Lounge
  • Indie Pop Rocks!
  • Left Coast 70s
  • Lush
  • Metal Detector
  • Mission Control
  • PopTron
  • SF 10-33
  • Secret Agent
  • Seven Inch Soul
  • Sonic Universe
  • Space Station Soma
  • Suburbs of Goa
  • The Trip
  • ThistleRadio
  • Underground 80s
  • Vaporwaves

Stations saisonnières :

  • Doomed, du au pour marquer Halloween[7]

Anciennes stations :

  • Iceland Airwaves, aux festivals Iceland Airwaves de 2007 et 2008[8]
  • Earwaves, interrompu le [9]
  • The Silent Channel, interrompu le [10]

SomaFM a également proposé des podcasts[11] :

  • « SF in SF » (Science Fiction in San Francisco), un podcast mensuel dans lequel étaient lues des œuvres de science-fiction[12]. 32 épisodes entre et .
  • « Groove Salad: Taste of the Week »[13], un podcast hebdomadaire, maintenant interrompu [Quand ?]

Diffusion[modifier | modifier le code]

SomaFM met à disposition les liens directs, un lecteur intégré au navigateur et une application payante pour smartphone. Il y a plusieurs formats disponibles pour chaque radio, les meilleurs proposés sont le AAC 128 et le MP3 320. Certains fournisseurs de contenu peuvent également inclure SomaFM dans leur catalogue.

Financement[modifier | modifier le code]

SomaFM a toujours souhaité rester indépendante vis-à-vis d'investisseurs extérieurs.

Rusty Hodge (fondateur et actuel directeur de SomaFM) déclare : « Faire une super radio, sur laquelle on peut compter, est plus important pour nous que de gagner de l'argent; et non le contraire (comme la plupart des autres radios) » (« Making a great radio station that you can count on is more important to us than making money, not the other way around (like most other radio stations). »)[14].

Ne diffusant pas de publicité, SomaFM est financée par[3] :

  • les dons des auditeurs (via Paypal ou Recurly)
  • le soutien de certains « petits labels »
  • la mise à disposition de bande passante par « quelques entreprises ».
  • la vente de produits

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c 14 stations émettent en permanence. Chaque année, en novembre et en décembre, 2 stations sont ajoutées : « Xmas in Frisko » et « Christmas Lounge »
    (en) « Listen Now! », SomaFM, consulté le 19 août 2017.
  2. a b c et d (en) Chris Coomey, « Move over, pirate radio — from a Bernal Heights garage, Internet station SomaFM plays tunes for the whole wide world, and it’s all perfectly legal », San Francisco Chronicle, 30 juin 2004, consulté le 9 novembre 2008.
  3. a b c et d (en) « About SomaFM », SomaFM, consulté le 6 novembre 2008.
  4. a b et c (en) Jefferson Graham, « Mourning the end of small Net radio sites », USA Today, 25 août 2002, consulté le 9 novembre 2008.
  5. (en) Theunis Bates, « Not the same old songs », Time Magazine, 22 février 2005, consulté le 9 novembre 2008.
  6. (en) Joseph McCombs, « Web Radio Picks to Click », The Village Voice, 24 mai 2005, consulté le 9 novembre 2008.
  7. (en) « Doomed », SomaFM, consulté le .
  8. (en) « SomaFM at Iceland Airwaves », SomaFM, consulté le .
  9. (en) « Earwaves », SomaFM, consulté le .
  10. (en) « The Silent Channel », SomaFM, consulté le .
  11. (en) « SomaFM Podcasts », SomaFM, consulté le .
  12. (en) « SF in SF Podcast » (autoplay), SomaFM, consulté le .
  13. (en) « SomaFM Podcasts », SomaFM, consulté le .
  14. (en) « Support SomaFM », SomaFM, consulté le 7 novembre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]