Soluté de réhydratation orale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biochimie image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la biochimie et la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Exemple de sachet de sels de réhydratation.

Un soluté de réhydratation orale (SRO) est une composition à base d'ions sodium, potassium, chlorure et de sucre qui permet de maintenir une osmolarité sanguine afin de prévenir les déshydratations massives.

Ce remède est efficace contre la principale cause de décès par déshydratation : la diarrhée aiguë fébrile, mais nécessite de l'eau potable au risque d'entretenir la contamination bactérienne du malade.

En France, il est remboursé sur prescription jusqu'à l'âge de six ans et devrait figurer dans toutes les trousses à pharmacie familiales.

Il fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[1].

Il est aussi efficace et utilisable pour toutes personnes au décours d'une gastro-entérite (notamment les personnes âgées).

Composition[modifier | modifier le code]

La composition est spécifique et aucune recette personnelle n'est valable. Les boissons sucrées (type cola) sont inappropriées, très hyperosmolaires (750 mOsm/l) et très pauvres en ions sodium (2 mmol/l). Le soluté de réhydratation orale est constitué d'électrolytes (ions sodium, potassium, chlorure), d'agents alcalinisants (citrates ou bicarbonates) et de glucides. Les proportions sont calculées de façon à mettre au repos le tube digestif et ainsi lui permettre de lutter contre l'infection (il est absorbé par l'organisme sans processus digestif).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Ce soluté nécessite un apport d'eau de bonne qualité et en bonne quantité. Quelle que soit la marque, il se dilue dans 200 ml d'eau[2]. Une trop faible dilution entraîne une dangereuse déshydratation intracellulaire, et une trop forte dilution entraînera une excrétion urinaire du surplus. Il ne doit pas être proposé avec du sirop pour ne pas modifier ses propriétés (pour une meilleure acceptation par l'enfant : le proposer frais, avec une paille, une pipette, etc.).

Boire autant que le volume des diarrhées[3]. Il se boit « à volonté avec la réserve » de toujours respecter le fait de prendre de petites quantités à la fois (toutes les dix minutes par exemple).

Cette réhydratation est équivalente à une perfusion par voie veineuse[2].

La Société européenne de gastro-entérologie et de nutrition pédiatrique recommande une reprise progressive de l'alimentation normale après quatre heures de réhydratation orale exclusive[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « WHO Model List of Essential Medicines » [PDF], OMS, 18th list, avril 2013.
  2. a, b et c Avis de la Commission d'évaluation des produits et prestations - 16 octobre 2002 [PDF], Haute Autorité de santé.
  3. (en) « A Guide on Safe Food for Travellers » [PDF], OMS.