Sofosbuvir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sofosbuvir (commercialisé sous la marque Sovaldi par la firme américaine pharmaceutique Gilead Sciences) est une molécule, inhibiteur de la polymérase NS5B, analogue de nucléotides, développé comme médicament dans le traitement de l'hépatite C.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2005 la société Pharmasset basée à Princeton a effectué un screening d'analogues nucléosidiques inhibant préférentiellement le virus de l'hépatite C et a notamment sélectionné le PSI-6130.[1] A partir de ce composé des modifications ont été apportées (changement de la cytidine en uridine) et un design de pro-drogue permettant une meilleure efficacité a été réalisé. Le composé obtenu testé en clinique a été baptisé GS-7977 puis Sofosbuvir. La firme californienne Gilead a racheté Pharmasset en 2011 pour 11 milliard de dollars[2].

En décembre 2015, un laboratoire générique algérien, Laboratoires BEKER, a lancé le générique du sofosbuvir, Sofos® 400

Sofosbuvir
Sofosbuvir
Identification
Nom UICPA (2S)-2-[[[(2R,3R,4R,5R)-5-(2,4-dioxopyrimidin-1-yl)-4-fluoro-3-hydroxy-4-méthyl-tétrahydrofuran-2-yl]méthoxy-phénoxy-phosphoryl]amino]propanoate d'isopropyle
Synonymes

PSI-7977, GS-7977

No CAS 1190307-88-0
Code ATC J05AX15
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C22H29FN3O9P  [Isomères]
Masse molaire[3] 529,4525 ± 0,0229 g/mol
C 49,91 %, H 5,52 %, F 3,59 %, N 7,94 %, O 27,2 %, P 5,85 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

[4]. Ce produit a fait l'objet d'études invivo et invitro validées par le centre de renomée internationale et nationale : le LNCPP (Laboratoire National de Contrôle des Produits Pharmaceutiques).

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une prodrogue se transformant en beta-D-2′-deoxy-2′-fluoro-2′-C-methyluridine monophosphate. Il inhibe la polymérase NS5B du virus de l'hépatite C[5] et ne semble pas jouer sur l'ADN ou l'ARN polymérase humaine[6].

Efficacité[modifier | modifier le code]

En association avec la ribavirine, il semble efficace dans le traitement de l'hépatite C avec une cure de 12 semaines[7]. Elle semble moindre dans les infections à génotype 3, surtout en cas de cirrhose, imposant un traitement plus prolongé (24 semaines)[8]

Le générique du Sofosbuvir, Sofos®, répond aux mêmes spécificités que la molécule mère avec une efficacité prouvée de plus de 95 % pour les patients de tout génotype[9]

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Les plus fréquents sont les maux de tête, l'asthénie, l'insomnie, les nausées, la survenue d'un rash ou d'une anémie[7].

Le , des cas d’arythmies cardiaques ont été portés à la connaissance du Comité d'évaluation des risques en pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) lors de l’association de daclatasvir avec le sofosbuvir chez des patients ayant des facteurs favorisants tels que la prise de médicaments bradycardisants — notamment l’amiodarone — ou des antécédents cardiaques. Des cas d’arythmies ont également été rapportés sous sofosbuvir en dehors de l’association avec daclatasvir[10].

Tarif[modifier | modifier le code]

Le coût d'un comprimé en 2014 est d'environ 1000 dollars, ce qui fait revenir la cure de 12 semaines à 84 000 dollars[11].

En France, lors de sa mise sur le marché en 2014, le prix d'une boite de 28 comprimés était de 19 000 €. En novembre 2014 le prix d'une telle boite a été fixé à 13 667 € par un accord survenu entre le comité économique des produits de santé (CEPS) et le laboratoire Gilead. La cure de 12 semaines coûte ainsi 41 000 € par patient[12].

En Algérie, le traitement de 12 semaines du Sofosbuvir, Sofos®, est mis à disposition à disposition du patient à travers les différents centres de traitement[13].

Le médicament est aussi accessible aux patients vivant hors Algérie via une plateforme[14] mise en ligne par les Laboratoires BEKER et peut être commandé sous le régime d'usage personnel par le patient[15]. Le prix d'une boîte de 28 comprimés est 70 fois moins cher que la molécule mère.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « PSI-6130 », Wikipedia, the free encyclopedia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  2. « Gilead | Investors | News Release », sur investors.gilead.com (consulté le 10 mars 2016)
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. « Une révolution dans la prise en charge de l'hépatite C », sur Djazairess (consulté le 15 juin 2016)
  5. (en) Sofia MJ, Bao D, Chang W. et al. « Discovery of a β-D-2'-deoxy-2′-α-fluoro-2′-β-C-methyluridine nucleotide prodrug (PSI-7977) for the treatment of hepatitis C virus » J Med Chem. 2010;53:7202-7218
  6. (en) Lam AM, Murakami E, Espiritu C. et al. « PSI-7851, a pronucleotide of beta-D-2′-deoxy-2′-fluoro-2′-C-methyluridine monophosphate, is a potent and pan-genotype inhibitor of hepatitis C virus replication » Antimicrob Agents Chemother. 2010;54:3187-3196
  7. a et b (en) Gane EJ, Stedman CA, Hyland RH. et al. « Nucleotide polymerase inhibitor sofosbuvir plus ribavirin for hepatitis C » N Engl J Med. 2013; 368:34-44
  8. (en) Zeuzem S, Dusheiko GM, Salupere R. et al. « Sofosbuvir and ribavirin in HCV genotypes 2 and 3 » N Engl J Med. 2014;370:1993-2001
  9. « Un médicament miracle, selon des spécialistes - Horizons », sur www2.horizons-dz.com (consulté le 15 juin 2016)
  10. « Signal de sécurité concernant l’association daclatasvir et/ou sofosbuvir, deux antiviraux dans le traitement de l’hépatite C chronique, et/ou amiodarone et la survenue d’arythmies cardiaques », sur http://ansm.sante.fr, ANSM,‎ (consulté le 27 février 2015).
  11. (en) Hoofnagle JH, Sherker AH, « Therapy for hepatitis C — The costs of success » N Engl J Med. 2014; 370:1552-1553
  12. « Accord sur le prix très élevé d'un traitement innovant contre l'hépatite C », sur Le Monde (Journal, France),‎ (consulté le 20 novembre 2014)
  13. ryad, « Il assure une guérison à hauteur de 100 %: Le nouveau traitement contre l'hépatite C disponible », sur www.letempsdz.com (consulté le 15 juin 2016)
  14. « beker laboratoires », sur www.bekerhepc.com (consulté le 15 juin 2016)
  15. « L'Expression - Le Quotidien - Une molécule révolutionnaire », sur www.lexpressiondz.com (consulté le 15 juin 2016)