Daclatasvir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Daclatasvir
Image illustrative de l’article Daclatasvir
Daclatasvir
Identification
Nom UICPA [(2S)-1-{(2S)-2-[4-(4’-{2-[(2S)-1-{(2S) -2-[(méthoxycarbonyl)amino] -3-méthylbutanoyl}-2-pyrrolidinyl]-1H-imidazol-4-yl}-4-biphénylyl) -1H-imidazol-2-yl]-1-pyrrolidinyl}-3-méthyl-1-oxo-2-butanyl]carbamate de méthyle
Synonymes

BMS-790052

No CAS 1009119-64-5
Code ATC J05AX14
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule C40H50N8O6  [Isomères]
Masse molaire[1] 738,875 ± 0,038 9 g/mol
C 65,02 %, H 6,82 %, N 15,17 %, O 12,99 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le daclatasvir (nom de code BMS-790052) est un principe actif en expérimentation pour le traitement de l'hépatite C.

Il a été développé par la compagnie pharmaceutique Bristol-Myers Squibb sous le nom commercial de Daklinza.

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Le daclatasvir est le premier inhibiteur de la protéine non-structurale 5A (NS5A) du virus de l'hépatite C[2],[3]. Des recherches récentes suggèrent que le daclatasvir cible deux étapes du processus de réplication virale, ce qui permet une diminution rapide de l'ARN du VHC[4].

Il a été testé en association avec l'interféron pégylé et la ribavirine[5] ainsi qu'avec d'autres agents antiviraux d'action directe tels que l'asunaprévir[6],[7],[8], le sofosbuvir[9],[10] ainsi qu'en combinaison avec l'asunaprévir et le beclabuvir (en)[11],[12].

Mise sur le marché[modifier | modifier le code]

Le , le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne du médicament (EMA) a rendu un avis favorable pour le daclatasvir dans le traitement de l’hépatite C chronique chez les adultes[13].

En France, le daclatasvir peut être utilisé dans le cadre d’une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) depuis mars 2014[14].

Indications[modifier | modifier le code]

Il est indiqué pour le traitement de patients adultes atteints d’infection virale C chronique[15] :

  • présentant une maladie à un stade avancé (avec fibrose hépatique F3/F4 ou présentant des manifestations extra-hépatiques du VHC) et pour lesquels il n’existe pas d’alternatives thérapeutiques appropriées ;
  • sur liste d’attente pour une transplantation hépatique ou rénale ;
  • ayant subi une transplantation hépatique et présentant une récurrence de l’infection par le virus de l’hépatite C.

Effets secondaires[modifier | modifier le code]

Le , des cas d’arythmies cardiaques ont été portés à la connaissance du Comité d'évaluation des risques en pharmacovigilance (PRAC) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) lors de l’association de daclatasvir avec le sofosbuvir chez des patients ayant des facteurs favorisants tels que la prise de médicaments bradycardisants — notamment l’amiodarone — ou des antécédents cardiaques. Des cas d’arythmies ont également été rapportés sous sofosbuvir en dehors de l’association avec daclatasvir[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en)M. Gao et al., « Chemical genetics strategy identifies an HCV NS5A inhibitor with a potent clinical effect », Nature, vol. 465, no 7294,‎ , p. 96-100 (PMID 20410884, lire en ligne, consulté le ) modifier
  3. (en)T.W. Bell, « Drugs for hepatitis C: unlocking a new mechanism of action », ChemMedChem, vol. 5, no 10,‎ 2010 oct 4;5(10):1663-5., p. 1663-1665 (PMID 20821796, lire en ligne, consulté le ) modifier
  4. (en)(en) J. Guedj, « Modeling shows that the NS5A inhibitor daclatasvir has two modes of action and yields a shorter estimate of the hepatitis C virus half-life », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 110, no 10,‎ , p. 3991-3996 (PMID 23431163, lire en ligne, consulté le ) modifier
  5. (en)AASLD: Daclatasvir with Pegylated Interferon/Ribavirin Produces High Rates of HCV Suppression. L. Highleyman, 6 décembre 2011
  6. (en)A.S. Lok et al., « Preliminary study of two antiviral agents for hepatitis C genotype 1 », The New England journal of medicine, vol. 366, no 3,‎ , p. 216-224 (PMID 22256805, lire en ligne, consulté le ) modifier
  7. (en)AASLD: Daclatasvir plus Asunaprevir Rapidly Suppresses HCV in Prior Null Responders. L. Highleyman, 8 novembre 2011
  8. (en)High rate of response to BMS HCV drugs in harder-to-treat patients – but interferon-free prospects differ by sub-genotype. K. Alcorn, 12 novembre 2012
  9. (en)AASLD 2012: Sofosbuvir + Daclatasvir Dual Regimen Cures Most Patients with HCV Genotypes 1, 2, or 3. Highleyman, L. HIVandHepatitis.com. 15 novembre 2012.
  10. (en)M.S. Sulkowski et al., « Daclatasvir plus sofosbuvir for previously treated or untreated chronic HCV infection », The New England journal of medicine, vol. 370, no 3,‎ , p. 211-221 (PMID 24428467, lire en ligne, consulté le ) modifier
  11. Muir AJ, Poordad F, Lalezari J et al. Daclatasvir in combination With asunaprevir and beclabuvir for hepatitis C Virus genotype 1 infection with compensated cirrhosis, JAMA, 2015;313:1736-1744
  12. Poordad F, Sievert W, Mollison L et al. Fixed-dose combination therapy with daclatasvir, asunaprevir, and beclabuvir for noncirrhotic patients with HCV genotype 1 infection, JAMA, 2015;313:1728-1735
  13. (en)News and press release archive EMA, 27 juin 2014
  14. [PDF]Prise en charge de l’hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Recommandation du Collège de la Haute Autorité de santé (HAS), juin 2014
  15. Fiche ATU, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)
  16. « Signal de sécurité concernant l’association daclatasvir et/ou sofosbuvir, deux antiviraux dans le traitement de l’hépatite C chronique, et/ou amiodarone et la survenue d’arythmies cardiaques », sur http://ansm.sante.fr, ANSM, (consulté le ).