Simulie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Simulie

Description de cette image, également commentée ci-après

Simulium yahense
(microscopie électronique à balayage).

Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Hexapoda
Classe Insecta
Sous-classe Pterygota
Infra-classe Neoptera
Super-ordre Endopterygota
Ordre diptera
Sous-ordre culicomorpha
Super-famille chironomoidae
Famille Simuliidae

Genre

Simulium
Latreille, 1802

Description de cette image, également commentée ci-après

Profil et face ventrale.

Description de cette image, également commentée ci-après

Larves.

Description de cette image, également commentée ci-après

Disposition typique des larves dans le courant.

Description de cette image, également commentée ci-après

Deux principaux stades larvaires d’une simulie.

Description de l'image Dip-nem-simuliidae-sp.gif.


Description de cette image, également commentée ci-après

Simulie.

Les simulies du genre Simulium sont des moucherons de la famille des Simuliidae présents principalement dans les zones humides. Récemment, ce genre a été découvert en Afrique du Sud, où il se rapproche du centre du pays lors des grandes averses, et se retire sur les côtes par sécheresse.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Certaines d'entre elles sont appelées moutmout dans des régions d'Afrique Centrale, arabi ou alambi dans le sud de la France, notamment en Camargue où elles sont très présentes, et mouche de Beynes par les militaires du camp de Beynes, dans les Yvelines. C’est le brûlot du Canada. Elle est présente au nord de Toulouse sur les rives de L'Hers.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

C’est un insecte hématophage. Sa morsure laisse une petite tache rouge entraînant quelquefois des démangeaisons et des œdèmes.

Certaines espèces ont contribué à la rapide dispersion de la myxomatose et d’autres zoonoses.

Elles peuvent propager plusieurs maladies : Simulium damnosum et S. naevi sont les vecteurs de l'onchocercose (cécité des rivières) que l'on rencontre en Afrique alors que ce seront Simulium callidum et S. metallicum en Amérique centrale, mais aussi S. ochraceum en Amérique centrale et du Sud.

Même en l’absence de parasite ou de bactérie transmis lors de la morsure, la morsure de certaines espèces (S. ornatum, S. posticatum, S. variegatum, S. bezzi, S. erythrocephalum) est dangereuse, la réaction allergique qu’elle cause pouvant aller jusqu’au choc anaphylactique [1].

On rapporte qu’en 1863, 80 % des bovins du canton de Condrieu moururent en quelques heures après une attaque de simulies ; en 1923, dans le Banat, la Transylvanie et la Valachie, ce sont 16 000 animaux domestiques qui furent tués en quelques jours [2].

En Europe, on en trouve essentiellement dans les zones très humides des îles Britanniques comme l'Écosse ou l'Irlande où ils sont appelés « midges ».

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon ITIS :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Crosskey R. W. ; The natural history of blackflies. Willey, New York 1990. ISBN 0-471-92755-4
  • Honomichl K. ; Bellmann, H. ; Biologie und Ökologie der Insekten. CD-Rom. Gustav Fischer, Stuttgart 1994. ISBN 0271004177
  • Jedlicka, L.; Stloukalova, V. ; 1997. Family Simuliidae. Side 331-347 i: Papp, L. og Darvas, B. (red.): Contributions to a Manual of Palaearctic Diptera, Volume 2. Science Herald, Budapest.
  • Jensen, F. ; 1997. Diptera Simuliidae, Blackflies. Side 209-241 i: Nilsson, A.N. (red.): Aquatic Insects of North Europe. A Taxonomic Handbook. Apollo Books, Stenstrup.
  • Kim, K. C. ; Merritt, R. W. (Hrsg.) ; Black flies, ecology, population management, and annotat. world list. University Park, London 1987. ISBN 0-271-00417-7
  • Laird, M. (Hrsg.) ; Blackflies. Academic Press, London 1981. ISBN 0124340601
  • Lechthaler, W. ; Car, M. ; Simuliidae − Key to Larvae and Pupae from Central− and Western Europe. Vienna 2005, ISBN 3-9501839-3-0
  • Seitz, G. ; Verbreitung und Ökologie der Kriebelmücken (Diptera: Simuliidae) in Niederbayern. in: Lauterbornia. Mauch, Dinkelscherben 11.1992, 1-230.
  • Timm, T. ; Dormanzformen bei Kriebelmücken unter besonderer Berücksichtigung des Ei-Stadiums (Diptera: Simuliidae). in: Entomologia generalis. Schweizerbart, Stuttgart 12.1987, 133-142. (ISSN 0340-2266)
  • Timm, T. ; Unterschiede in Habitatselektion und Eibiologie bei sympatrischen Kriebelmückenarten (Diptera, Simuliidae). in: Mitteilungen der Deutschen Gesellschaft für Allgemeine und Angewandte Entomologie. Bremen 6.1988, 156-158. (ISSN 0344-9084)
  • Timm, T. ; Rühm, W. (Hrsg.) ; Beiträge zur Taxonomie, Faunistik und Ökologie der Kriebelmücken in Mitteleuropa. Essener Ökologische Schriften. Bd.2. Westarp Wissenschaften, Magdeburg 1993. ISBN 3-89432-078-8
  • Wichard, W. ; Arens, W. ; Eisenbeis, G. ; Atlas zur Biologie der Wasserinsekten. Stuttgart 1994. ISBN 3-437-30743-6
  • Wirtz, H. P. ; Analyse der Histaminanteile im Speichel verschiedener Kriebelmückenarten (Diptera: Simuliidae). in: Mitteilungen der Deutschen Gesellschaft für Allgemeine und Angewandte Entomologie. Bremen 6.1988, 441-442. (ISSN 0344-9084)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aurélie Loesle, Simulies et simuliidose
  2. Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Éditions du Seuil, 1984

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]