Siegfried Bracke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Siegfried Bracke
Illustration.
Siegfried Bracke en 2014
Fonctions
Président de la Chambre des représentants de Belgique

(4 ans, 6 mois et 11 jours)
Législature 54e
Prédécesseur Patrick Dewael
Successeur Patrick Dewael
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Gand
Nationalité Belge
Parti politique N-VA
Profession Journaliste
Animateur de télévision

Siegfried Th.H. Bracke, né le à Gand, est un journaliste et homme politique belge flamand, membre de la N-VA, parti nationaliste flamand. Il est désigné président de la Chambre des représentants de Belgique en 2014, après la constitution d'un nouveau gouvernement fédéral. Il a la réputation d'être très critique et adore poser des « questions embarrassantes »[1]. Il apparaît depuis le toujours avec son nœud-papillon. En , il est englué dans un problème éthique d'emplois et renonce à un mandat auprès de Telenet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié la philologie germanique à l'Université de Gand (1976). En 1981, il débute comme producteur radio auprès de la BRT. En 1983, il devient journaliste aux infos radio. En 1990, il passe à la télévision et devient un des journalistes les plus connus et les plus puissants de la VRT[2].

Depuis janvier 2010, il présente le programme politique Bracke op vrijdag. Il présente essentiellement des programmes politiques de la VRT, tels que Terzake sur Canvas, De zevende dag et Bracke en Crabbé. Lors d'une conférence de presse le , il fait part de son passage à la politique réelle en tant que tête de liste pour la N-VA en Flandre-Orientale lors des législatives anticipées de 2010. Il est élu avec 101 940 voix de préférence. Au mois d', il est désigné candidat à la présidence de la Chambre des représentants de Belgique, soutenu par les partis membres du nouveau gouvernement fédéral dirigé par Charles Michel. C'est la première fois qu'un nationaliste flamand est désigné pour présider les débats de la Chambre basse du Parlement belge. Siegfried Bracke enseigne régulièrement le journalisme dans des hautes écoles flamandes.

En 1985, il obtient le Prix du Journalisme flamand pour un de ses reportages.[réf. nécessaire]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il épousa en Marina Nuyts. De mi-2007 à mi-2009, il fut rédacteur en chef de magazines d'information de la VRT. Il est orangiste, qui prône la réunification de la Belgique et des Pays-Bas sous le règne de la maison d'Orange ; il prône un divorce belge confédéral renversé. Il est franc-maçon[3].

Éthique[modifier | modifier le code]

Il a démissionné d'un poste auprès de l’entreprise Telenet, soupçonné de cumuler quelque mandat ; l'entreprise Telenet confirme que Siegfried Bracke n'a rien touché depuis qu'il est président de la Chambre.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Bracke est membre de la loge gantoise Bevrijding, qui fait partie du Grand Orient de Belgique.

Notes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Jimmy Koppen (dir.), Vrijmetselarij voor dummies, Pearson Education Benelux, (ISBN 978-90-430-1485-4), p. 351-352. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :