Siège de Vienne (1683)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec bataille de Vienne.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Vienne (1529).
Siège de Vienne
Description de cette image, également commentée ci-après

Siège de Vienne (1683)

Informations générales
Date -Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu Vienne (dans l'actuelle Autriche)
Issue Victoire du Saint-Empire
échec du siège
Belligérants
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire Fictitious Ottoman flag 2.svg Empire ottoman
Commandants
Ernst-Rüdiger von Starhemberg Grand Vizir Kara Mustafa

Deuxième guerre austro-turque

Batailles

Vienne · Párkány · Vác · Buda (1) · Érsekújvár · Eperjes (en) · Kassa · Buda (2) · Pécs · Mohács · Crimée (1) · Belgrade (1) · Batočina (en) · Crimée (2) · Niš · Zernest (en) · Kačanik · Mytilène (en) · Belgrade (2) · Slankamen · Belgrade (3) · Îles Inousses · Chios · Zeytinburnu · Azov (en) · Lugos (en) · Andros (1) (en) · Ulaş · Cenei (en) · Andros (2) (en) · Zenta · Podhajce (en) · Samothrace (en)
Coordonnées 48° 08′ 22″ nord, 16° 29′ 17″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Siège de Vienne

Géolocalisation sur la carte : Autriche

(Voir situation sur carte : Autriche)
Siège de Vienne

Le second siège de Vienne par l'Empire ottoman eut lieu du 14 juillet au . Il ne doit pas être confondu avec le premier siège de Vienne de 1529, également par les Ottomans.

Il fut le point de départ de la guerre austro-turque de 1683-1699.

La ville, fortifiée par l'ingénieur Georg Rimpler (de) et commandée par le comte Ernst-Rüdiger von Starhemberg, résista à plusieurs semaines de siège, qui fut levé à la suite de la bataille du Kahlenberg alors que la dernière ligne de défense de la ville était déjà directement menacée.

L'attaque ottomane se concentra sur les bastions Burg et Löbel, et le ravelin situé entre ceux-ci. Ces ouvrages furent en partie détruits et occupés par les Turcs, et la courtine minée plusieurs fois. Les dernières attaques ottomanes furent cependant repoussées avant que la courtine ne fût totalement détruite. L'arrivée, le 12 septembre, de Jean III Sobieski avec ses troupes polonaises de 81 000 hommes permet d'enfoncer les lignes turques fortes de 130 000 hommes. La bataille du Kahlenberg met fin au siège et sauve la ville. C'est pendant le siège de la ville qu'y mourut le compositeur et organiste de l'Empereur, Alessandro Poglietti.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le siège est raconté dans Les Européens, pièce du dramaturge anglais Howard Barker.

Articles connexes[modifier | modifier le code]