Seijirō Kōyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seijirō Kōyama
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
GifuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Seijirō Kōyama (神山征二郎, Kōyama Seijirō?), né le [1]) est un réalisateur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans la préfecture de Gifu, Kōyama fréquente l'Université Nihon mais la quitte à mi chemin de ses études pour entrer chez la société de production de cinéma indépendante Kindai Eiga Kyokai, où il travaille comme assistant-réalisateur auprès de réalisateurs comme Kaneto Shindō, Kōzaburō Yoshimura et Tadashi Imai[1],[2]. Il fait ses débuts à la réalisation en 1971 avec le film pour enfants Koi no iru mura[1]. Son deuxième film, Futatsu no hāmonika (1976), est couronné du prix des nouveaux réalisateurs de la Directors Guild of Japan[3]. Son film Hometown (1983 est présenté au 13e festival international du film de Moscou[4]. En 1987, son Hachiko monogatari, consacré au fidèle chien Hachikō, est le film japonais le plus rentable cette année-là[5]. Il est connu pour son point de vue humaniste[2].

En 2000, Kōyama est lauréat du prix Chūnichi de la culture pour sa « réalisation de films qui observent minutieusement l'époque et la région »[6].

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (ja) « Seijirō Kōyama », Kōdansha (consulté le 12 décembre 2010)
  2. a et b (ja) « Kōyama Seijirō kantoku tandoku intabyū », (consulté le 12 décembre 2010)
  3. (ja) « Nihon Eiga Kantoku Kyōkai Shinjinshō », Directors Guild of Japan (consulté le 12 décembre 2010)
  4. « 13th Moscow International Film Festival (1983) » (consulté le 3 février 2013)
  5. (ja) « Kako kōgyō shūnyū jōi sakuhin: 1987-nen », Motion Picture Producers Association of Japan (consulté le 12 décembre 2010)
  6. (ja) « Chūnichi Bunkashō », Chūnichi Shinbun (consulté le 12 décembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]