Sauromatès V du Bosphore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sauromatès.

Sauromatès V
Titre
Roi du Bosphore
– vers 370
Avec Rhescuporis V
Prédécesseur Rhescuporis V (?)
Successeur Sauromatès VI (?)
Biographie
Père Rhescuporis V (?)

Sauromatès V du Bosphore (grec moderne : Σαυροματης E') est un roi du Bosphore ayant régné vers le milieu du IVe siècle, de 341 à 370 selon certaines hypothèses.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon Constantin Porphyrogénète[1], Sauromatès V est le petit-fils du « Sauromatès fils de Kriskoronos », contemporain du règne de l'empereur Dioclétien. Sur la base de l'alternance des noms royaux Rhescuporis / Sauromatès dans la dynastie des rois du Bosphore, l'hypothèse a été avancée qu'il est le fils du roi mieux documenté Rhescuporis V (308-341)[2], présenté alternativement par ailleurs comme le fils de Thothorsès[3].

Règne[modifier | modifier le code]

Les seules informations connues sur Sauromatès V proviennent de Constantin Porphyrogénète[1], qui écrit que, sous le règne de Constantin Ier[4], à l'époque où Byscus, fils de Supolichus, était protevon et stéphanophoros de Chersonèse, Sauromatès (V), petit-fils de Sauromatès fils de Kriskoronos, déclare la guerre aux Chersonites pour venger les injures que son grand-père avait reçues dans la Lazique. Byscus conduit les Chersonites contre Sauromatès V et le défait totalement dans le lieu appelé Capha. La paix est restaurée entre les deux partis qui jurent réciproquement de respecter leurs frontières et de ne plus envahir leurs territoires respectifs. Sauromatès V retourne dans le royaume du Bosphore, et les Chersonites chez eux[5].

Postérité[modifier | modifier le code]

Constantin Porphyrogénète évoque ensuite « quelques années après » un autre Sauromatès VI dont il ne précise pas la parenté avec Sauromatès V, qui conteste les décisions prises à Capha et attaque la cité de Chersonèse[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, chapitre 53.
  2. (en) Ivan Mladjov, « Bosporus (Bosporos) » (consulté le 5 février 2012).
  3. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard, , 634 p. [détail des éditions] (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 408.
  4. Selon B. Nadel, sans doute plus précisément à l'époque où il réside à Byzance entre 323 et 337
  5. (en) Benjamin Nadel, « Literary Tradition and Epigraphical Evidence : Constantine Porphyrogenitus Information on the Bosporan Kingdom of Emperor Diocletian Reconsidered », dans Dialogues d'histoire ancienne, vol. 3, 1977, p. 101-102.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Benjamin Nadel, « Literary Tradition and Epigraphical Evidence : Constantine Porphyrogenitus' Information on the Bosporan Kingdom of Emperor Diocletian Reconsidered », dans Dialogues d'histoire ancienne, vol. 3, 1977, p. 87-114.