Sakai Hōitsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sakai Hōitsu
Brooklyn Museum - Five Fans - Sakai Hoitsu.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Nom dans la langue maternelle
酒井抱一Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Sakai Tadamochi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sakai Hōitsu, de son vrai nom Sakai Tadamoto (surnom : Kishin ; noms de pinceau : Ōson, Keikyōdō-jin, Nisonan, Uka-an et Hōitsu), né en 1761 à Tōkyō et mort en 1829 est un peintre japonais de l'école Rimpa[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils du seigneur Sakai du château de Himeji, et très tôt libéré de toute préoccupation vulgaire, il consacre son existence aux plaisirs de l'art et étudie ainsi le haikai, la calligraphie et la peinture. Il s'essaie à tous les styles, celui de l'École Kanō et celui de l'Ukiyo-e avec Utagawa Toyoharu (1735-1814), jusqu'à ce qu'il découvre le talent de Kôrin (1658-1716) qu'il se consacre alors à faire connaître au public. Il devient un des grands peintres de l'école Rimpa. Un de ses disciples est Kiitsu Suzuki, qui deviendra également un des grands maîtres de la même école.

En 1793, il part à Kyōto où il se fait prêtre. En 1815, il célèbre lui-même le centenaire Ogata Kōrin qu'il commémore en publiant le recueil des cent chefs-d'œuvre de Kōrin (Kōrin hyakuzu), celui des cachets de l'école Ogata (Ogataryû-inpu) et celui des œuvres d'Ogata Kenzan (Kenzan gafū). Parallèlement, pour remettre cet art à l'honneur, il exécute nombre de peintures, principalement de fleurs et d'oiseaux.

C'est ainsi qu'au revers des paravents des Dieux du Vent et du Tonnerre, peints par Kôrin d'après Sôtatsu, Hōitsu ajoute deux compositions d'herbes d'automne dans le vent et l'orage, en affinité spirituelle avec le sujet principal. Sur un fond d'argent en contraste avec le fond d'or du verso, il exprime avec délicatesse toute la poésie de la nature.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Terukazu Akiyama, La Peinture japonaise, Skira Genève – 1961. Éditeur : les éditions d'Art d'Albert Skira.
  • Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 7, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030176), p. 121.

Musée[modifier | modifier le code]

  • Tōkyō (Commission pour la protection des Biens culturels) : Dieux du Vent et du Tonnerre, paravents peints par Kôrin d'après Sôtatsu, ajouts de compositions par Hōitsu.
  • Washington D.C. (Freer Gal. Of Art) : Les Trente-Six Maîtres poètes couleurs sur soie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 7, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030176), p. 121