Sainte Macre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Macre de Fisme
Image illustrative de l'article Sainte Macre
reliquaire de Macre (Église Sainte-Macre de Fismes)
Décès vers 287 
Mont-d'Origny
Vénéré à Fismes, Fère-en-Tardenois, Longueval-Barbonval
Vénéré par Église catholique romaine
Fête 6 janvier
Attributs tenailles, verges, palme de la victoire

Sainte Macre est une sainte, martyrisée vers 287[1] sous le préfet Rictovaire (Rictius Varus) lors de persécutions du temps de Dioclétien. Elle était la patronne de la ville de Fismes, de Fère-en-Tardenois, Longueval-Barbonval.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune fille venella virguncula sous Rictievare, elle fut fouetté soumise au feu puis jetée en prison après avoir été mutilée. Elle en fut extraite pour être de nouveau mise au supplice en un lieu appelé litia et y rendre l'âme le 6 janvier, une île formée par la confluence de la Vesle et de la Nore. Elle est représentée avec des tenailles qui lui ont mutilé les seins, les verges qui lui ont déchiré le corps et une palme de victoire. La nudité du temps de son martyre, le feu qui l'a brûlé et les charbons ardents qui la firent souffrir.

Reliques[modifier | modifier le code]

Elle fut enterrée sur place puis son corps fut déplacé à Fismes dans une église bâtie par Dangulf[2] cinq cent ans plus tard. Plusieurs lui sont dédiées, outre celle de Fismes, une à Fère-en-Tardenois, une à Longueval. En 1389, l'archevêque de Reims a pris un radius pour Ferre-en-Tardenois[3] et un morceau du fémur pour Longue-Val, une omoplate pour son église de Bourgueil en Anjou.

Fête[modifier | modifier le code]

Sa fête est le 6 janvier, anniversaire de sa mort.

Institution Sainte Macre de Fismes[modifier | modifier le code]

L'institution Sainte Macre de Fismes,établissement catholique d'enseignement, a été fondée en1892 par la Communauté religieuse de sœurs appelées " Les sœurs de Sainte Chrétienne ".Fondée en 1807, par Madame de Méjanès, la mission de cette congrégation était celle de l'instruction gratuite des enfants et le service des pauvres.Ce fut le 16 août 1892 que la sœur Supérieure de Metz, envoya deux sœurs pour la création du collège de garçons : le collège Sainte Macre. La mise en service de cet établissement se fit en octobre 1892, par décision de l'Autorité Diocésaine de l'époque, comme succursale de l'Institution Notre-Dame de Rethel. L'abbé Morigny fut nommé supérieur, directeur de l'Institution Sainte Macre. Depuis, de nombreux élèves sont passés par l'Institution Sainte Macre.Aujourd’hui encore, le Collège Sainte Macre continue à scolariser des enfants de Fismes, mais aussi des villages périphériques de la Marne,de l’Aisne et de la vallée de l’Ardre.L'institution Sainte Macre a été dirigée par des prêtres dont l'abbé Piècevaux,puis par d'autres directeurs laïcs dont M.Vasseur,M.Carn ,Mme Boissel et depuis 2003 par M.Bianco .

Le collège Sainte Macre et l'école Sainte Chrétienne appartiennent aujourd'hui au même ensemble scolaire sous tutelle diocésaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sur Galica
  2. aussi orthographié Landulphe
  3. orthographe du XVIIe siècle

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elle est citée dans :
  • Flodoard, Histoire de l'Église de Reims, livre 4, chapitre 48 ;
  • Ufard, Martyrologe;
  • les minutes de 1389 qui se trouvaient dans les archives épiscopales de Reims et de Fismes ;
  • Pierre Dozet, chancelier de l'université de Reims et docteur en théologie, appose son accord, le 15 novembre 1643, au recueil du doyen des curés de Fismes, Henry Bazin.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Vies des pères des martyrs et des autres principaux saints, tirés des actes originaux et des monumens les plus authentiques., Alban Butler, traduit de l'anglais par Godescard, 1830, page 281, tome 8.
  • Sainte Macre, vierge et martyre, patronne de la ville de Fismes, de Fère en tardenois Longue-Val les Fismes, Henry Bazin , 1643, Reims (Bibliothèque Municipale de Reims sous la cote CRI 187 P).

Articles connexes[modifier | modifier le code]