Saint-Jean-des-Piles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pile.
Saint-Jean-des-Piles
Regroupée à Shawinigan
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Flag of Quebec.svg Québec
Statut de la municipalité Municipalité de paroisse
Démographie
Gentilé Pilois, Piloise
Population 713 hab.
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 31″ nord, 72° 44′ 26″ ouest
Superficie 7 408 ha = 74,08 km2
Divers
Date de constitution 23 avril 1898
Date de dissolution 1er janvier 2002
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Jean-des-Piles
Rue principale à Saint-Jean-des-Piles
Rue principale à Saint-Jean-des-Piles

Saint-Jean-des-Piles est le nom de l'un des sept secteurs de la nouvelle ville de Shawinigan. Avant 2002, Saint-Jean-des-Piles était une municipalité de paroisse québécoise de 713 habitants en 2001[1], maintenant fusionnée à Shawinigan depuis le 1er janvier 2002 lors des réorganisations municipales québécoises. Saint-Jean-des-Piles est la principale porte d'entrée du Parc national de la Mauricie. Elle est aussi réputée comme étant la capitale du canot. Elle est située le long de la rivière Saint-Maurice.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers habitants du lieu s'y seraient installés autour de 1850. Fondée en 1877, la paroisse de Saint-Jean-des-Piles fut détachée de celle de Saint-Jacques-des-Piles, devenue depuis Grandes-Piles, située de l'autre côté de la rivière Saint-Maurice. Elle fut érigée canoniquement et civilement le 15 mars 1897. La municipalité de paroisse fut établie le 23 avril 1898.[réf. nécessaire]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Topos sur le web, « Comme Saint-Jean-des-Piles faisait face à Saint-Jacques-des-Piles, et qu'elle en a été détachée, il paraissait tout naturel d'adopter le prénom de l'apôtre Jean, qui, avec Jacques le Majeur, comptaient parmi les premiers à avoir adhéré à l'enseignement de Jésus. Dans sa Relation rédigée vers 1830, Jean-Baptiste Perrault (1761-1844) donne à ce lieu le nom de Pilon. La forme graphique piles devait paraître plus tard. Le constituant Piles évoquerait l'empilement des strates, couches sédimentaires horizontales qui affleurent dans cette partie de la Mauricie. Selon certains, les Amérindiens pilaient le blé d'Inde à cet endroit. On a parlé aussi d'empilement de glaces ou de billes de bois.»[2]

Maires[modifier | modifier le code]

De 1898 au 31 décembre 2001, Saint-Jean-des-Piles avait son propre maire et son propre conseil municipal[3]. Les maires ont été les suivants[4] :

# Maire Début Fin
1 Isidore Giguère 1897 1899
2 Euchariste Crête 1899 1899[5]
1 Isidore Giguère 1899 1901
3 Joseph Richard 1901 1902
4 Narcisse Benoît 1902 1904
5 Euchariste Crête 1904 1910
6 Uldéric Beaulac 1910 1912
5 Euchariste Crête 1912 1913
7 Gédéon Béland 1913 1915
6 Uldéric Beaulac 1915 1931
8 Philippe-Arthur Doucet 1931 1933
6 Uldéric Beaulac 1933 1935
9 Donat Gélinas 1935 1939
10 Paul Cadorette 1939 1947
9 Donat Gélinas 1947 1949
10 Paul Cadorette 1949 1954
11 Maurice Bellemare 1954 1957
12 Louis Lizotte 1957 1968
11 Maurice Bellemare 1968 1970
12 Louis Lizotte 1970 1972
13 Patrick Gentes 1972 1973
14 Jean-Marie Beaulac 1973 1979
15 Michel Lépine 1979 1996
16 Angèle Lépine-Rivard 1996 1997
17 Jean Trudel 1997 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Profil de Saint-Jean-des-Piles, Statistique Canada.
  2. Saint-Jean-des-Piles, Topos sur le web, Base de données toponymique du Québec.
  3. Entre la rive et le destin : Saint-Jean-des-Piles : 1897-1997
  4. Tiré de la version anglophone de Wikipédia.
  5. Crête a servi moins de deux mois. Il a été disqualifié.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ligne de temps de Saint-Jean-des-Piles Site sur l'histoire de St-Jean-des-Piles