Sabotage (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ten et Sabotage (homonymie).
Sabotage
Titre original Sabotage
Réalisation David Ayer
Scénario Skip Woods
David Ayer
Acteurs principaux
Sociétés de production Albert S. Ruddy Productions
Crave Films
QED International
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Action
Durée 109 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sabotage est un film d'action américain réalisé par David Ayer, sorti en 2014.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Agent de la DEA, John « Breacher » Wharton est le leader d'une unité d'élite, composée de James « Monster » Murray et sa femme Lizzy, Joe « Grinder » Philips, Julius « Sugar » Edmonds, Eddie « Neck » Jordan, Tom « Pyro » Roberts, Bryce « Tripod » McNeely et « Smoke » Jennings.

Lors d'une mission, ils prennent d'assaut le repaire d'un cartel mexicain, dont le but est de voler dix millions de dollars. L'argent est temporairement dissimulé dans des canalisations. Au moment de récupérer le butin, le groupe s'aperçoit qu'il a été doublé, l'argent a disparu. Une enquête interne, à la suite du décès d'un des membres au cours de l'opération et des soupçons de détournement, leur valent à tous plusieurs mois de suspension. En absence de preuves, Breacher et son équipe sont réintégrés au sein de la DEA.

Un à un, les membres de l’équipe sont assassinés de manière particulièrement violente et cruelle. L'enquête est confiée à l'inspectrice Brentwood qui aura bien du mal à obtenir des informations de ces agents d'élite experts en infiltration. Cartels mexicains, secrets, vengeances et trahisons, qui tire les ficelles, et pourquoi?

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : version française (VF) sur RS Doublage[4] et AlloDoublage[5] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[6].

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Librement inspiré de Dix Petits Nègres, d'Agatha Christie[7],[8], Sabotage est un scénario écrit par Skip Woods, auteur d'Opération Espadon, X-Men Origins: Wolverine et Die Hard : Belle journée pour mourir[7]. À l'origine, le projet s'appelait Breacher, surnom du personnage principal, puis Ten et devait être réalisé par Patrick Alessandrin à partir de avec Bruce Willis dans le rôle principal[8]. Mais les deux hommes ont quitté le projet, mais Woods et le producteur Joe Roth y sont restés pour faire ce qui allait devenir Sabotage[8]. La réalisation est confié à David Ayer, connu pour avoir écrit le scénario de Training Day et End of Watch, dont il est également le réalisateur.

Pour la création des personnages, Ayer, qui a également participé à l'écriture, explique que l'équipe est « une sorte de SEAL Team 6 [N 3] en version stups. On le voit d’ailleurs tout de suite à travers leurs méthodes, leurs armes, leur équipement et leur apparence générale. Tout est très précis, réaliste et ultramoderne »[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le rôle principal est confié à Arnold Schwarzenegger[9], qui, en plus de saluer le talent d'Ayer, trouve son personnage « se démarque franchement de ceux que j’ai interprétés jusqu'à présent »[10]. Pour Ayer, pour qui Schwarzenegger est une idole, il s'agit d'un « bonheur de le diriger », car c'est « un extraordinaire acteur de film d’action, mais ce rôle est différent de ce qu’il a fait jusqu'à présent, cette fois il ne porte pas le film tout seul, il est entouré par de formidables partenaires »[10]. Pour le look de « Breacher », le réalisateur tenait « à créer un personnage doté d’un passé et d’un univers propre », ne voulant pas « qu’Arnold joue un héros de films d’action hollywoodiens stéréotypé » et « en faire une caricature »[10]. De plus, il se félicite d'avoir fait interpréter à Schwarzenegger un personnage différent, plus complexe et nuancé que ces rôles habituels[8].

Pour trouver les autres acteurs pour compléter le casting, Ayer voulait « que le public ait l’impression que ces personnages existent vraiment » et tenait à « entourer Arnold de bons acteurs, compétents, talentueux et touchants » car « Arnold est incroyablement charismatique, il est très avenant et sympathique »[10]. On retrouve ainsi Sam Worthington, la star d'Avatar, qui a tourné sous la direction de James Cameron et dans la saga Terminator tout comme Schwarzenegger[N 4], mais également Terrence Howard, Harold Perrineau Jr.[N 5], Josh Holloway[N 5], Olivia Williams et Mireille Enos. Cette dernière, qui interprète Lizzy, a remplacé Malin Åkerman, qui a dû renoncer à cause de sa grossesse[8]. Auparavant, Isla Fisher et Kate Mara ont été auditionnées pour le rôle[8].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Sabotage a eu lieu dans des décors naturels d'octobre à décembre 2012[11], en Géorgie, à Atlanta et dans le reste de l'Etat, bien que quelques séquences furent réalisées à Los Angeles, à Hartford, dans le Connecticut et New York[8]. Plus habitué à tourner dans Los Angeles, Ayer « ne souhaitait pas filmer Sabotage de la même façon qu'il l'avait fait sur son précédent film, End of Watch, caméra à l'épaule », mais n'a pu se détacher totalement de l'impact de son dernier long-métrage sur celui-ci, ajoutant que « le réalisme a été le maître mot de ce projet » et que « Sabotage est à mi-chemin entre l’ultra réalisme de End of Watch et le film d’action hollywoodien traditionnel »[8]. Il ajoute que il aime s'« appuyer sur des décors et des situations réels afin de conférer le plus d’authenticité possible »[10]. Seule la scène des égouts n'a pas été tourné dans un décor réel[8],[10].

Pour se préparer à leurs rôles, les acteurs ont appris grâce à l'officier de police Jamie Fitzsimmons, conseiller technique, et d'anciens membres du SWAT, durant plusieurs mois tous les mouvements et les tactiques d'assaut, ainsi que le maniement de nombreuses armes et du combat rapproché, pour que même des professionnels trouvent le film authentique[8]. Schwarzenegger et ses collègues furent étonnés du degré de réalisme que souhaitait intégrer le réalisateur à son film et à ses personnages, de même que Worthington qui se souvient qu'Ayer donnait des ouvrages à lire et des documentaires à visionner, ainsi qu'un entraînement intensif, afin de se glisser « non seulement dans la peau de ces hommes et dans leur monde, mais également dans leur tête »[8].

Après une pré-projection sur un public test, la fin du film fut modifiée afin de ne pas trop déplaire aux fans d'Arnold Schwarzenegger et pour proposer un héros qui soit plus fort, obligeant à rappeler les acteurs en urgence et les scènes furent retournées pour ne pas prendre de retard dans le planning[8].

Musique[modifier | modifier le code]

Sabotage
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de David Sardy
Sortie [12]
Durée 60:05[13]
Genre musique de film
Compositeur David Sardy
Label Metropolis Movie Music[12]

La musique du film est composée par David Sardy.

Liste des titres
  1. Raiding the Cartel - 3:23
  2. Stealing the Money — 2:35
  3. Where is the Money — 1:22
  4. Interview — 1:16
  5. Breacher Wakes Up / Gym Work 3 — 2:50
  6. Breacher Pulls Up — 1:04
  7. Team Training — 3:15
  8. Pyro Flip Screech — 0:43
  9. Meet Caroline — 1:14
  10. Strippers Here — 0:43
  11. Neck Nailed To Ceiling — 1:38
  12. Breachers Backstory — 3:33
  13. Finding Tripod — 4:03
  14. Breachers Home Vids — 1:35
  15. Not Going To Fight You Boss — 1:12
  16. Redneck Boat / Not a Fish — 1:49
  17. World Class Assholes — 1:28
  18. Apartment Raid — 2:25
  19. We All Go Home Tonight — 1:55
  20. Monster In the Fridge — 2:04
  21. Team Falling Apart — 3:01
  22. I Quit — 0:34
  23. Lizzy Shot Grinder — 1:39
  24. Parking Garage — 1:18
  25. Atl Street Chase — 3:22
  26. Where's Breacher — 3:44
  27. Brujo Enters — 1:53
  28. Gunfight — 1:11
  29. Breachers Revenge — 3:16

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Dès sa sortie en salles, Sabotage a rencontré un accueil mitigé à négatif de la part des critiques professionnelles : 21 % des 84 commentaires collectés par le site Rotten Tomatoes sont positifs, pour une moyenne de 4,310[14], tandis que le site Metacritic lui attribue un score de 42100, pour 30 commentaires[15]. Le site AlloCiné, ayant recensé trois commentaires, lui attribue une moyenne de 1,75[16].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son week-end d'ouverture aux États-Unis, où il est distribué dans une combinaison maximale de 2,486 salles, Sabotage s'empare de la septième position du box-office, avec 5 272 444 $ de recettes, pour une moyenne de 2,121 $ par salle[17], constituant un des plus mauvais démarrages en 30 ans pour un film avec Arnold Schwarzenegger[18]. Il ne parvient pas a enrayer sa chute, finissant avec un total de 10 508 518 $ de recettes après huit semaines à l'affiche[17], devenant le troisième échec commercial d'affilée pour Arnold Schwarzenegger après Le Dernier rempart (12 050 299 $)[19] et Évasion (25 135 965 $)[20]. Les recettes internationales ont atteint 7 000 000 $, portant le cumul des recettes mondiales à 17 508 518 $[17].

Sorti dans 172 salles en France , Sabotage se classe en seconde position du box-office le jour de sa sortie avec 14 103 entrées, dont 4 975 entrées sur Paris et sa périphérie[21], faisant moins bien que Le Dernier Rempart et Évasion, précédents films avec Schwarzenegger en vedette, qui avaient enregistrés 20 301 entrées, dont 6 138 entrées sur Paris et sa périphérie pour le premier[22] et 24 889 entrées, dont 6 782 entrées sur Paris et sa périphérie pour le second[23]. En première semaine, Sabotage prend la neuvième place du box-office, avec 88 534 entrées[21]. En seconde semaine, il perd sept places avec 23 962 entrées, portant le cumul à 112 496 entrées [21]. Finalement, Sabotage enregistre 116 213 entrées après quatre semaines à l'affiche[21].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[24]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  2. Selon le CNC, la motivation de l'interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement est que « ce film qui montre un univers de rivalité entre membres d’une équipe de policiers chargés de lutter contre les cartels, comprend de nombreuses scènes de violences et de crimes. Une interdiction aux mineurs de moins de douze ans est justifiée, assortie de l’avertissement suivant : "Certaines scènes de ce film sont de nature à heurter un jeune public" ».
  3. Une unité secrète américaine de lutte contre le terrorisme et d’opérations spéciales
  4. Schwarzenegger a joué dans les trois premiers volets de Terminator, tandis que Worthington a joué le quatrième opus de Terminator. Schwarzenegger a tourné sous la direction de Cameron à quatre reprises (les deux premiers volets de Terminator et True Lies) et Worthington a tourné avec le réalisateur à une seule reprise (Avatar).
  5. a et b Bien que ne partageant pas de scènes communes, Perrineau et Holloway avaient déjà tournés ensemble dans la série Lost, les disparus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Ryan Faughnder, « Noah' to sail to No. 1 at the box office », sur Los Angeles Times, (consulté le 17 avril 2014)
  3. « Détail de « SABOTAGE » », sur le site du CNC (consulté le 11 mai 2014).
  4. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 3 avril 2014, m-à-j le 16 avril 2014
  5. http://www.allodoublage.com/glossaire/definition.php?val=2001_sabotage
  6. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 23 novembre 2014
  7. a et b « Sabotage : infos tournage », sur toutlecine.com (consulté le 9 mai 2014)
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Sabotage : les secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 9 mai 2014).
  9. (en) Matt Goldberg, « Arnold Schwarzenegger to Star in David Ayer’s 'Ten' », sur Collider.com, (consulté le 9 novembre 2012)
  10. a, b, c, d, e et f « Notes de Prod. : Sabotage », sur commeaucinema.com (consulté le 9 mai 2014)
  11. (en) Sabotage sur l’Internet Movie Database
  12. a et b (en) « Sabotage (Original Motion Picture Soundtrack) », sur iTunes (consulté le 4 juin 2015)
  13. (en) « Sabotage (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 4 juin 2015)
  14. (en) « Sabotage », sur Rotten Tomatoes, Flixster (consulté le 8 mai 2014)
  15. (en) « Sabotage », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 8 mai 2014)
  16. « Sabotage : Critique presse », sur AlloCiné (consulté le 9 mai 2014).
  17. a, b et c (en) « Sabotage », sur Box Office Mojo (consulté le 2 mai 2014)
  18. « Arnold Schwarzenegger », sur Box Office Mojo (consulté le 2 mai 2014)
  19. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=laststand.htm
  20. 25,135,965
  21. a, b, c et d « Sabotage », sur Jp's Box Office (consulté le 14 mai 2014)
  22. « Le Dernier Rempart », sur Jp's Box Office (consulté le 14 mai 2014)
  23. « Évasion », sur Jp's Box Office (consulté le 14 mai 2014)
  24. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]