Rue du Chêne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rue du Chêne (fr)
Eikstraat (nl)
Image illustrative de l'article Rue du Chêne
Vue générale vers la rue de l’Étuve
Situation
Coordonnées 50° 50′ 39″ nord, 4° 21′ 03″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Ville Blason de Bruxelles Bruxelles
Quartier(s) Centre
Tenant rue de l'Étuve
Aboutissant place de la Vieille Halle aux Blés
Morphologie
Type rue
Fonction(s) urbaine(s) mixité
Forme arc de cercle
Longueur 174 m
Largeur entre 8 et 9 m

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Rue du Chêne (fr)Eikstraat (nl)

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Rue du Chêne (fr)Eikstraat (nl)

La rue du Chêne (en néerlandais Eikstraat) à Bruxelles, est une très ancienne voirie qui monte, avec une dénivellation de huit mètres, depuis la rue de l'Étuve et le célèbre Manneken Pis jusqu'à la place de la Vieille Halle aux Blés.

Le premier Athénée royal de Bruxelles était situé au no 17 et a été remplacé par l'annexe « Chêne » du Conservatoire royal de Bruxelles[1].

Maisons remarquables[modifier | modifier le code]

Il s'y trouve de nombreuses maisons remarquables classées au patrimoine immobilier de la Région de Bruxelles-Capitale.

Maisons remarquables
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Côté impair[modifier | modifier le code]

  • au no 19 : la maison appelée Sint-Jooris ou Kleyne Sint-Jooris (« Saint-Georges » ou « Petit Saint-Georges »), faisant le coin avec l'impasse du Val des Roses. Cette maison était habitée en 1767 par l'aubergiste Paternotte.
  • au no 21 : un ancien hôtel de maître avec porte cochère, maison appelée jadis Den Engel (« L'Ange ») habitée en 1767 par le nommé De Nayer, boutiquier. Cette maison est bien connue des bibliophiles car c'est là que se trouvait au XXe siècle la libraire ancienne Florent Tulkens, libraire-expert.
  • aux nos 23-25 : l'ancienne maison appelée De Swarte Lelie (« Le Lys noir »), restaurée récemment et habitée lors du recensement de 1767 par un certain Theunes.
  • au no 27 : l'ancienne auberge Au Saint-Jean-Baptiste ('t Sint-Jan), transformée en musée privé par le peintre Philippe Schott. Propriété actuelle de la Fondation Roi Baudouin. Elle forme le coin avec la rue de Villers (anciennement rue du Chat Noir ou Zwarte Cattestraet). Cette maison était habitée en 1767 par N. Proost, aubergiste.

Côté pair[modifier | modifier le code]

  • au no 8 : remarquable immeuble Louis XVI, ancien hôtel du comte de Vischer de Celles

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean d'Osta, Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Bruxelles, 1986.
  • Eugène Bochart, Dictionnaire historique des rues..., Bruxelles, 1857.
  • Jérôme Bertrand, "Néo-classicisme et rénovation au centre-ville: le 7, rue du Chêne", dans, La Ville et l'Habitant, no 218, septembre 1992, p. 32.
  • Michel Vanwelkenhuyzen et Albert Mehauden, La Ville de Bruxelles. Ses habitants, leurs métiers et leurs adresses vers 1767, Bruxelles, 1998.

Lien interne[modifier | modifier le code]