Rue Émile-Menier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rue Émile-Ménier)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

16e arrt
Rue Émile-Menier
Image illustrative de l’article Rue Émile-Menier
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Porte-Dauphine
Début 21-22, rue de Pomereu
Fin 71-75, rue des Belles-Feuilles
Morphologie
Longueur 189 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1899
Dénomination 1909
Ancien nom Rue Émile-Menier
Rue de Pomereu
Géocodification
Ville de Paris 3284
DGI 3252

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Émile-Menier

La rue Émile-Menier est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Émile-Menier est une voie publique située dans le 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 21-22, rue de Pomereu et se termine au 71-75, rue des Belles-Feuilles.

La rue se situe à peu près à équidistance de trois stations de métro : Victor Hugo et Porte Dauphine, desservies par la ligne (M)(2), et Rue de la Pompe, desservie par la ligne (M)(9). Les bus RATP des lignes 63 82 circulent dans le quartier. La gare de l'avenue Foch de la ligne C se situe à proximité.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Buste d'Émile-Justin Menier.
No 20 : immeuble de 1903.
No 45 : immeuble de 1902.

Elle porte le nom de l'industriel fabricant de chocolat, Émile Menier (1826-1881), qui était le propriétaire des terrains.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue ouverte en 1899 sous le nom de « rue Émile-Menier » prend le nom de « rue de Pomereu » par arrêté préfectoral du 7 décembre 1900. Son ancien propriétaire lui rend en 1909 sa dénomination primitive, « rue Émile-Menier ».

Bâtiments remarquables, et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 20 : hôtel particulier de 1903 réalisé par l’architecte Édouard Autant [1] ; surélévation d'un étage en 1950[2] et construction d'un auvent sur la terrasse en 1981[3].
  • No 26 : ambassade de Djibouti en France.
  • No 45 : immeuble de 1902 réalisé par l’architecte Gabriel Morice[4].

Bâtiment détruit[modifier | modifier le code]

  • No 2 : hôtel particulier de la comédienne Louise Lara et de son époux, l'architecte Édouard Autant, dont la décoration du tympan est une fresque sur ciment réalisée en 1918 par l'artiste peintre Marcel-Lenoir. « À gauche de l'entrée est représenté Édouard avec ses instruments d'architecte, à droite Louise Lara avec ses enfants sur ses genoux, au centre le visage des deux propriétaires réunis dans le bonheur et au-dessus d'eux une déesse avec le baiser de deux colombes. » Ce bâtiment a été détruit et rien ne subsiste de ce travail auquel furent également associés Auguste Rodin avec sa sculpture Le Désespoir , Chana Orloff avec un bois animalier et Charles Despiau avec un médaillon[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hôtel particulier de l’architecte Édouard Autant », sur pss-archi.eu.
  2. 44W 207, Archives départementales de Paris.
  3. 1534W 137, Archives départementales de Paris.
  4. « 45, rue Émile-Menier », sur pss-archi.eu.
  5. Marie-Ange Nami, « Marcel-Lenoir et la fresque », In Situ, 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]