Rudolf Kjellén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudolf Kjellén
Rudolfk.jpg

Rudolf Kjellén

Fonction
Député au Riksdag
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
UppsalaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Johan Rudolf Kjellén (né le 13 juin 1864 à Torsö (Suède) et mort le 14 novembre 1922) était professeur de science politique à l'université de Göteborg. Sa réflexion le poussa à associer la science politique à la géographie, qu'il enseigna par la suite, avant de créer de nouvelles disciplines consacrées à l'État.

Vision de la science politique[modifier | modifier le code]

Politiste, Kjellén veux fonder une nouvelle science politique comme une discipline complète attachée à décrire l'État : « l’État dans sa totalité, comme il se manifeste dans la vie réelle ». Afin de développer cette jeune discipline, il propose une approche à l'aide des attributs de la puissance :

  • La « géographie » analysée par la géopolitique, le rapport entre l'État et son territoire (subdivisée en topopolitique — la position de l'État ; en morphopolitique — la forme de l'État ; et en physiopolitique — le territoire de la nation) ;
  • La « démographie » analysée par la démopolitique, le rapport entre l'État et sa population (subdivisée entre autres en ethnopolitique — le peuple en tant que tel) ;
  • L' « économie » analysée par la géoéconomie, le rapport entre l'État et l'économie ;
  • La « sociologie » analysée par la sociopolitique, le rapport entre l'État et la société nationale ;
  • Le « politique » analysée par la kratopolitique (trad. « la politique de régiment »), à savoir la forme, la puissance ou encore la vie de l'État.

Son approche est teinté de déterminisme/environnementalisme. Il possède une vision organiciste de l'État : « les États, comme nous les suivons dans l’histoire et comme nous avons réellement à agir à l’intérieur d’eux, sont des êtres sensibles et raisonnables — comme les hommes ».

Pour lui, l'État doit être perçu sous deux angles :

  • D'une part, avec une logique interne, avec son organisation juridique et sociale ;
  • D'autre part, dans sa relation avec l'extérieur, « une puissance étrangère, tâtonnante et faillible dans l’histoire… »

Créateur du terme « géopolitique »[modifier | modifier le code]

À la suite de la lecture des auteurs allemands, notamment la Géographie politique de Friedrich Ratzel, Kjellén intègre cette perspective géographico-politique à son analyse, donnant naissance au terme géopolitique.

Il définit ainsi le terme à l'occasion de ces cours à l'université de Göteborg, puis lors de la parution de son ouvrage Stormakterna. Konturer kring samtidens storpolitik, första delen (1905) : « La géopolitique est la science de l’État comme organisme géographique ou comme entité dans l’espace : c'est-à-dire l’État comme pays, territoire, domaine ou, plus caractéristique, comme règne. Comme science politique elle observe fermement l’unité étatique et veut contribuer à la compréhension de la nature de l’État. »[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stormakterna. Konturer kring samtidens storpolitik, 1905 (trad. Les grandes puissances)
  • Staten som livsform, 1916 (trad. L'État comme forme de vie)
  • Världspolitiken 1911-1919, 1920 (trad. La politique mondiale 1911-1919)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reéd. Stockholm, Hugo Gebers förlag, 1911, p. 95. trad. fr., Les grandes puissances. Des contours de la grande politique contemporaine, première partie, p. 39).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]