Roman d'Énéas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roman d'Énéas
Auteur Anonyme
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Date de parution Environ 1160

Le Roman d'Énéas est un roman anonyme ; la date de rédaction du premier manuscrit est estimée à 1160. On considère ce texte comme un des plus anciens romans français (ou le plus ancien selon la définition que l'on donne au mot roman[1]).

L'histoire[modifier | modifier le code]

Le Roman d'Énéas est une adaptation de l' Énéide de Virgile que l'auteur traduit du latin, parfois fidèlement, parfois en se permettant des libertés qui font de ce texte une véritable création littéraire. Comme chez Virgile, le roman relate les voyages et les combats du troyen Énée, ancêtre mythique du peuple romain. Le clerc du XIIe siècle transforme néanmoins l'épopée latine, récit de fondation concentré sur le thème guerrier, en une œuvre romanesque qui développe largement la thématique de l'amour.

Sommaire[modifier | modifier le code]

L’histoire commence avec la description de la ville de Troie en flammes. Enéas et ses hommes fuient, mais ils sont pris dans une grande tempête, créée par Junon. Plusieurs jours plus tard, ils s'éloignent de la tempête et se rendent à Carthage, où habite une reine nommée Didon. Quand la reine rencontre les Troyens, elle les accueille et promet leur sécurité. Enéas et Didon commencent une relation amoureuse, à cause d’ingérence de Vénus, par son fils Cupidon. La relation entre Enéas et Didon n’est pas égale, elle l’aime beaucoup plus qu’il l’aime. Les rumeurs de leur relation commencent à être diffusées chez les citoyens de Didon. Les dieux ordonnent à Enéas de quitter Carthage et trouver son destin en Lombardie. Didon veut l’accompagner, mais Enéas refuse. Quand Didon voit qu’Enéas est parti, elle se suicide.
Pendant le voyage d’Enéas vers la Lombardie, il visite les Enfer et parle avec son père au sujet de son destin. Il y voit aussi Didon et elle lui pardonne. Enéas et ses hommes arrivent en Lombardie où le roi Latinus promet la main de sa fille, Lavine, à Enéas. Cependant, la mère de Lavine ne veut pas que sa fille épouse Enéas, donc elle fait part de ce nouvel arrangement à Turnus, l'ancien fiancé de Lavine. Une guerre commence entre Turnus et Enéas, Ascanius tue un cerf, qui commence une bataille avec Tyrrhus, et les Troyens gagnent. Turnus sollicite l’aide de plusieurs villes pour commencer une guerre contre les Troyens. Un des guerriers, une femme s’appelant Camille joint la bataille. Vénus convainc Vulcain de fabriquer des armes pour protéger son fils Enéas dans la bataille. Turnus brûle la flotte des Troyens. Deux Troyens, Nisus et Euryale, décident d’infiltrer le camp des ennemis et attaquent pendant leur sommeil. Cependant, tous les deux sont capturés et tués. Enéas convainc un autre roi de l’aider dans la guerre, et le roi envoie son fils Pallas, mais Pallas est tué dans la bataille. Une trêve est décidée pour les deux armées afin d'enterrer leurs morts, mais par la suite les batailles recommence. Camille est tué, et Turnus demande un combat singulier avec Enéas pour gagner Lavine et la terre. Lavine tombe amoureuse d'Enéas et promet de se suicider s'il meurt pendant le combat. Lavine envoie une lettre à Enéas où elle déclare son amour pour lui, et bien qu'il l’aime aussi, il ne répond pas. Le jour du combat arrive, et une grande bataille commence. À la fin, Enéas tue Turnus par vengeance pour la mort de Pallas. Lavine et Enéas se mariént[2].

La géographie et contexte historique[modifier | modifier le code]

Le Roman d'Enéas a été écrit en Normandie autour de 1160. À cette époque, Henri II était le duc de Normandie depuis 1149 ou 1150[3]. Henry II était un membre de la dynastie Plantagenêt. En même temps que duc de Normandie, il était aussi roi d’Angleterre, duc d'Aquitaine et comte d'Anjou[4]. En France pendant cette époque, chaque province à sa propre aristocratie. La Normandie était un duché, et chaque duché rendait l’hommage au roi de France. Henri II fut le premier roi d’Angleterre à rendre cet hommage au roi de France[4]. En 1152, Henry II a épousé Aliénor d’Aquitaine[5]. Aliénor d’Aquitaine était connue comme mécène des arts, en particulier des écrivains et poètes[6]. Elle était également connue pour ses cours d’amour[7]. Dans l’année 1160, le mariage du fils de Henri II et Aliénor d’Aquitaine, Henry, et la fille de Louis VII de France, Marguerite fut organisé. Henry avait alors cinq ans et Margaret, deux ans. Le mariage était utilisé comme un outil politique par Henri II[8].

L'auteur[modifier | modifier le code]

L'auteur du Roman d'Enéas est inconnu. Il était probablement trouvère. Les trouvères avaient l'habitude de prendre une histoire, de l'adapter en la modifiant grandement, créant ainsi une nouvelle œuvre. Souvent, dans de tels cas, le but, le propos et le genre original sont perdus. L'histoire originale était l'Énéide, écrit par Virgile[9]. Dans le Roman d'Enéas, l'auteur et la source ne sont pas mentionnés. L'auteur appartiendrait probablement à l'école littéraire normande qui s'était formée à la cour des Plantagenêts[2].

Le langage[modifier | modifier le code]

Le texte original du Roman d'Enéas est en le français, le texte étant écrit en Normandie. Dans le Roman d'Enéas, comme dans la plupart des romans antiques, l'auteur utilise l'octosyllabe rimé. Cette texte est "marqué par certains traits de l'Ouest, et certains traits picards"[2]. Selon les différents manuscrits, les traits picards sont variés.

La datatation[modifier | modifier le code]

Il y a quelques possibilités pour la date d'écriture du Roman d'Enéas : on admet généralement une date proche de 1160, mais les dates de 1150, 1160, et 1174 ont été suggérées. Le chercheur M. Hoepffner estime que le Roman d'Enéas a été écrit après 1155. Il suppose qu'en raison des similarités entre le Roman d'Enéas et le Roman de Brut, le Roman d'Enéas doit avoir été écrit après le Roman de Brut, donc, après l'année 1155, l'année où le Roman de Brut a été écrit. Il voit beaucoup de similarités entre les deux livres comme le début de l'histoire établi après la guerre de Troie et avant Carthage. Mais d'autres chercheurs croient que le Roman d'Enéas précéda le Roman de Brut. Ils croient que les similarités entre les deux romans suggèrent que l'auteur du Roman de Brut a utilisé le Roman d'Enéas comme source d'inspiration. Si l'auteur du Roman de Brut a utilisé le Roman d'Enéas pour son inspiration, le date du Roman d'Enéas doit être placée avant 1155. Un cas pour le plus tôt date du Roman d'Enéas était que l'auteur du Roman de Brut, Wace, était un des premiers auteurs professionnels. Le Roman d'Enéas n'est pas signé par l'auteur, et il est improbable qu'un auteur postérieur au Roman de Brut, particulièrement s'il était inspiré par le Roman de Brut, n'ait pas signé son œuvre[10].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie [modifier | modifier le code]

  • (fr) J. Dufournet, Relire le Roman d'Énéas , Paris, Champion, 1985.
  • (fr) J. C. Huchet, Le Roman médiéval, Paris, PUF, 1984.
  • (fr) F. Mora-Lebrun, L'Énéide médiévale et la naissance du roman, Paris, PUF, 1994.
  • (fr) Ph. Logié, L'Enéas, une traduction au risque de l'invention, Paris, Honoré Champion, 1999
  • [10](en) Fredrick, Edna C. "The Date of the Eneas" PMLA 50, no. 4(1935): 984-96.
  • [3](en) Poole,Reginald L. "Henry II, Duke of Normandy." The English Historical Review 42, no. 168 (1927): 569-72.
  • [4](en) Hollister, C. Warren. "Normandy, France and the Anglo-Norman Regnum." Speculum 51, no. 2 (1976): 202-42.
  • [5](en) "Henry II, Duke of Normandy." BBC News.
  • [6](en) "Eleanor of Aquitaine." BBC News.
  • [7](en) Kelly, Amy."Eleanor of Aquitaine and Her Courts of Love." Speculum 12, no. 1 (1937): 3-19.
  • [8](en) Diggelmann, Lindsay. "Marriage as Tactical Response: Henry II and the Royal Wedding of 1160." The English Historical Review 119, no. 483 (2004): 954-64.
  • [9](en) Paschal, Mary. "The Structure of the Roman D'Enéas." The French Review 54, no. 1 (1980): 47-51.
  • [2](fr) Petit, Aime. Le Roman D'Enéas: édition Critique D'après Le Manuscrit B.N. Fr. 60. Paris: Livre De Poche, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Roman d'Énéas dispute au Roman de Thèbes l'honneur de représenter le premier monument romanesque français », Aimé Petit
  2. a, b, c et d Aime Petit, Le Roman D'Enéas: édition Critique D'après Le Manuscrit B.N., Paris, Livre de Poche,‎ 1997
  3. a et b (en) Poole,Reginald L., « Henry II, Duke of Normandy », The English Historical, no 42,‎ 1927, p. 569-72
  4. a, b et c (en) Hollister, C. Warren, « Normandy, France and the Anglo-Norman Regnum », Speculum, no 51,‎ 1976, p. 202-42
  5. a et b (en) « Henry II, Duke of Normandy », sur BBC
  6. a et b (en) « Eleanor of Aquitaine », sur BBC News
  7. a et b (en) Kelly, Amy, « Eleanor of Aquitaine and Her Courts of Love », Speculum, no 12,‎ 1937, p. 3-19
  8. a et b (en) Diggelmann, Lindsay, « Marriage as Tactical Response: Henry II and the Royal Wedding of 1160 », The English Historical Review, no 119,‎ 2004, p. 954-64
  9. a et b (en) Paschal, Mary, « The Structure of the Roman D'Enéas », The French Review, no 54,‎ 1980, p. 47-51
  10. a et b (en) Fredrick, Edna C., « The Date of the Eneas », PMLA, no 50,‎ 1935, p. 984-96

2.