Roland Fryer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roland Fryer
Description de l'image FRYER1.JPG.
Naissance
Daytona Beach
Nationalité États-Unis
Distinctions Médaille John Bates Clark (2015)

Roland Gerhard Fryer, Jr., né le à Daytona Beach en Floride, est un professeur d'économie à l'Université Harvard. En plus d'être affilié à l'université Harvard, il travaille au National Bureau of Economic Research et au WEB DuBois Institute. En janvier 2008, à l'âge de 30 ans, il est devenu le plus jeune afro-américain à jamais obtenir un poste à Harvard.

Il est le lauréat de la médaille John Bates Clark en 2015[1].

Fryer est largement considéré comme l'une des étoiles montantes de Harvard, après avoir publié de nombreux articles liés à l'économie dans des revues académiques au cours des dernières années. The New York Times a écrit une biographie de Fryer, intitulée Toward a Unified Theory of Black America en mars 2005 : la mère de Fryer l'a quitté quand il était très jeune, et il est élevé dans une branche de la famille impliquée dans le trafic de crack et dont presque tous les membres ont séjourné en prison[2].

Il rentre à l'université du Texas à Arlington sur une bourse sportive et en sort diplômé en 1998 alors qu'il occupait un emploi à temps plein. Fryer soutient son doctorat en économie à l'université d'État de Pennsylvanie en 2002. Il effectue également un stage post-doctoral à l'université de Chicago, avec l'économiste Gary Becker. Fryer a collaboré avec plusieurs autres universitaires, dont Steven Levitt, de l'Université de Chicago, économiste et auteur de Freakonomics, Glenn Loury, un économiste de l'université Brown, et Edward Glaeser, un économiste urbain de Harvard.

Au terme de trois années de bourses d'études à la Harvard Society of Fellows, Fryer rejoint le département d'économie à Harvard comme professeur adjoint à la fin de l'année académique 2005-2006.

Fryer est aujourd'hui Professeur à Harvard et directeur du laboratoire d'innovations en éducation.[3]

Sujets de recherche[modifier | modifier le code]

Ses recherches avec Steven Levitt portent principalement sur les différences raciales aux États-Unis. Dans Understanding the black-white test score gap in the first two years of school[4], ils démontrent que les importantes différences mesurées dans les performances cognitives des jeunes enfants noirs et blancs disparaissent une fois pris en compte un certain nombre de facteurs socio-économiques. Cette approche permet de rejeter l'idée qu'il s'agirait de différences biologiques. Dans The Causes and Consequences of Distinctively Black Names[5], ils s'intéressent au phénomène, influencé par le mouvement "Black Power", du choix de noms de plus en plus distinctifs au sein des communautés noires, surtout défavorisées, dans les années 1970. Ce phénomène ayant été contemporain d'une tendance à l'assimilation au sein de communautés noires plus favorisées, les prénoms afro-américains distinctifs constituent un marqueur socio-économique fort pour cette génération. Les auteurs montrent cependant que ces noms n'ont pas eu d'impact négatif sur les revenus futurs des enfants, si l'on contrôle pour le fait qu'ils ont été attribués dans des milieux socio-économiques spécifiques.

Il a également travaillé sur de nombreuses questions liées à l'éducation, et notamment sur l'intérêt d'améliorer les performances des écoles en rémunérant les enseignants, les étudiants et les parents en fonction de leur implication. Dans Teacher Incentives and Student Achievement: Evidence from New York City Public Schools[6], il mène une expérience à taille réelle au sein d'écoles publiques de la ville de New York. Il montre que les mécanismes visant à mieux rémunérer les enseignants dont les étudiants réussissent mieux n'ont pas d'impact significatif sur la performance des écoles. Une des explications proposées est que les enseignants eux-mêmes se montrent rétifs à mettre en œuvre des systèmes permettant de relier précisément la performance individuelle des étudiants et celle des enseignants. Dans Multitasking, Learning, and Incentives: A Cautionary Tale[7], il relate une expérience menée dans une cinquantaine d'écoles publiques de Houston, visant à offrir des récompenses monétaires aux enfants réussissant particulièrement bien certains tests de mathématiques, ainsi qu'aux parents s'investissant dans l'éducation de leurs enfants. Si l'effet immédiat des récompenses monétaires fut positif, les auteurs montrent que deux années après leur retrait, les conséquences sur les enfants initialement en difficulté sont néfastes. Là où les enfants initialement les plus doués ont profité des récompenses et amélioré leurs performances en mathématiques, les enfants en difficulté ont consacré toute leur énergie aux mathématiques, avec peu de succès, et ont par conséquent pris beaucoup de retard dans d'autres disciplines. Ces deux articles se montrent donc particulièrement réservés quand à l'intérêt de mettre en œuvre de tels schémas de rémunération des performances quand les résultats à mesurer sont complexes.

Plus récemment, il s'est intéressé (en collaboration avec Will Dobbie) au succès des charter schools aux Etats-Unis. Ils ont notamment montré que dans la zone scolaire de Harlem ces établissement gratuits, financés par le public, mais largement autonomes, avaient des effets bénéfiques à moyen terme. En particulier, les étudiants défavorisés inscrits (par lotterie) dans ces établissement ont de plus faibles chances d'être incarcérés dans le futur, et un plus faible nombre de grossesses adolescentes.[8] Il a par la suite mené une expérience dans des écoles de faible niveau de Houston visant, avec succès, à mettre en œuvre certains des principes pédagogiques des meilleures charter schools.[9]

En juillet 2016, quelques jours après la fusillade de Dallas et dans un contexte tendu suivant la mort de deux Afro-Américains tués par des policiers[10],[11], Fryer publie les résultats d'une étude au long cours cherchant à établir si les policiers traitent différemment les suspects en fonction de leur couleur de peau[12]. Ses résultats, très largement repris et débattus dans la presse[13],[14],[15],[16],[17],[18], montrent que, dans les dix grandes villes étudiées, les policiers traitent plus violemment les suspects noirs. Cependant, dans les cas de violence les plus graves (coups de feu tirés par la police), il n'existe pas de biais mesurable.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Roland Fryer, Clark Medalist 2015 », sur American Economic Association,‎ (consulté le 27 avril 2015)
  2. Stephen J. Dubner, « Toward a Unified Theory of Black America », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. « Roland Fryer », sur edlabs.harvard.edu (consulté le 8 juillet 2016)
  4. (en) http://www.mitpressjournals.org/doi/pdf/10.1162/003465304323031049
  5. [PDF] (en) http://scholar.harvard.edu/files/fryer/files/the_causes_and_consequences_of_distinctively_black_names.pdf
  6. [PDF] (en) https://www.povertyactionlab.org/sites/default/files/publications/922%20Teacher%20Incentives%20and%20Student%20Achievement.pdf
  7. http://www.nber.org/papers/w17752
  8. Will Dobbie et Roland G. Fryer, « The Medium-Term Impacts of High-Achieving Charter Schools », Journal of Political Economy, vol. 123,‎ , p. 985–1037 (ISSN 0022-3808, DOI 10.1086/682718, lire en ligne)
  9. (en) Roland G. Fryer, « Injecting Charter School Best Practices into Traditional Public Schools: Evidence from Field Experiments », The Quarterly Journal of Economics, vol. 129,‎ , p. 1355–1407 (ISSN 0033-5533 et 1531-4650, DOI 10.1093/qje/qju011, lire en ligne)
  10. « Baton Rouge, Louisiana officer fatally shoots suspect, sparking protest » (consulté le 12 juillet 2016)
  11. Associated Press in St Paul, « Philando Castile shooting: lawyer says officer reacted to gun, not race », sur the Guardian,‎ (consulté le 12 juillet 2016)
  12. Jr Roland G. Fryer, « An Empirical Analysis of Racial Differences in Police Use of Force », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, National Bureau of Economic Research,‎ (lire en ligne)
  13. Quoctrung Bui et Amanda Cox, « Surprising New Evidence Shows Bias in Police Use of Force but Not in Shootings », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  14. Adam Creighton, « Economist Roland Fryer Injects New Data Into the Debate About Police and Race, Generating More Debate About Data » (consulté le 12 juillet 2016)
  15. Leonid Bershidsky, « Focus on Police Shootings Obscures Larger Problem », sur Bloomberg View,‎ (consulté le 12 juillet 2016)
  16. (en) Jordan Weissmann, « A Big New Study Says Police Officers Are No More Likely to Shoot Black Suspects. Should You Believe It? », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne)
  17. « Police Shootings Involving Black People Aren’t The Only Stat That Matters, Says Author of New Study », sur Fortune,‎ (consulté le 12 juillet 2016)
  18. Mona Chalabi, « Reality check: study finds no racial bias in police shootings », sur the Guardian,‎ (consulté le 12 juillet 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]