Roberto Goyeneche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roberto Goyeneche
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Urdinarrain (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonyme
PolacoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Genre artistique

Roberto Goyeneche (prononcé « Goyenètché »), né le à Saavedra (quartier de Buenos Aires) et mort le (à 68 ans) à Buenos Aires, était un chanteur de tango argentin d'origine basque. Il a d'abord incarné l'archétype de la vie de bohème dans le Buenos Aires des années 1950, avant de devenir une légende vivante de la scène musicale argentine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surnommé El Polaco (« le polac »), en référence à ses cheveux blonds et à sa minceur – caractéristique des immigrants polonais de l'époque en Argentine –, il est souvent identifié au quartier de Saavedra à Buenos Aires où il a grandi.

Goyeneche s'est d'abord formé dans le style de tango de Carlos Gardel, avant d'aboutir à ce style si personnel, notamment caractérisé par une grande liberté rythmique, une prononciation parfaite et une profonde inspiration. En 1944, à 18 ans, il gagne un concours local qui lui permet d'entrer dans l'orchestre de Raúl Kaplún, et il fait ses débuts sur Radio Belgrano[1]. En 1952, Goyeneche s'associe à Horacio Salgán[1]. En 1956, il rejoint l'orchestre de son grand ami Anibal Troilo avec lequel il enregistre 26 chansons[2],[3].

Après les débuts de sa carrière solo en 1963, il est le premier chanteur à interpréter la célèbre chanson d'Astor Piazzolla Balada para un loco[4].

Dans les années 1980, Goyeneche est invité à participer aux films Tangos, l'exil de Gardel et Le Sud de Fernando Solanas.

À sa mort, survenue en 1994, il était considéré comme le plus grand chanteur de tango vivant[5],[6]. Aujourd'hui, une avenue porte son nom dans le quartier de Saavedra à Buenos Aires[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) « Recordando al querido Polaco Goyeneche », sur USAL, .
  2. (es) Yamina Juarez et Julio Schinca, « El desarrollo interpretativo del cantante Roberto Goyeneche entre 1950 y 1980 » [PDF], sur Universidad Nacional de La Plata, .
  3. (es) Abel Palermo, « Armando Cupo », sur todotango.com (consulté le ).
  4. (es) « “Balada para un loco”, todavía piantaos » (version du 25 novembre 2017 sur l'Internet Archive), article du dans le journal La Nación (Buenos Aires).
  5. (es) « Garganta con arena: 25 años sin el Polaco », sur lacomuna12.com.ar, .
  6. (es) « Roberto “Polaco” Goyeneche, el último cantor de tangos que fue ídolo popular », sur La Opinión Popular, .
  7. (es) « El Polaco Goyeneche ya tiene su calle en Saavedra », sur Clarín, .