Robert de Coucy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Robert de Coucy
Présentation
Naissance XIIIe siècle
Reims
Décès
Reims
Mouvement gothique
Œuvre
Réalisations Cathédrale Notre-Dame de Reims
Abbaye Saint-Nicaise de Reims
Abbaye Saint-Denis de Reims

Robert de Coucy, né à une date inconnue et mort le , est un architecte champenois. Son œuvre principale est la cathédrale Notre-Dame de Reims, même si le rôle qu'il y a joué a été significativement réduit par l'historiographie depuis le XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un nécrologe de l'abbaye Saint-Denis, aujourd'hui musée des beaux-arts, précise la date de sa mort au [1].

Sa pierre tombale est placée dans ce qui était avant la révolution française l'Abbaye Saint-Denis de Reims (aujourd'hui musée des beaux-arts). Y est indiqué :

« Cy gist Robert de Coucy, maistre de Nostre Dame et de Saint Nicaise[note 1], qui trespassa lan 1311[1]. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Reims[modifier | modifier le code]

Façade occidentale de la cathédrale Notre-Dame de Reims, réalisée par Robert de Coucy.

Longtemps la croyance est demeurée que Robert de Coucy avait été le premier et principal concepteur de la cathédrale Notre-Dame de Reims, croyance présente notamment chez Eugène Viollet-le-Duc : « l’œuvre fut confiée à un homme dont le nom nous est resté, Robert de Coucy [... qui] n’en était pas à son coup d’essai lorsqu’il commença l’œuvre en 1212 »[2]. En réalité, la date attestée de sa mort étant postérieure de près d'un siècle à la pose de la première pierre, il faut renoncer à cette hypothèse ; cette contradiction est relevée par Louis Paris dès 1885[3]. Malheureusement elle est parfois encore répandue dans des ouvrages du XXIe siècle[4].

Les analyses du XXe siècle tendent plutôt à montrer que Robert de Coucy a travaillé à la cathédrale entre 1290 et sa mort. Selon Louis Demaison, Robert de Coucy a « usurpé trop longtemps sa réputation », ce que conteste Élie Lambert, qui attribue à Coucy la conception et la réalisation de la façade de la cathédrale, ainsi que les premières travées de la nef et le labyrinthe[5]. Ainsi, les recherches modernes montrent que les architectes qui se sont succédé sur le chantier de la cathédrale sont Jean d’Orbais (1211-1231), Jean le Loup (1231-1247), Gaucher de Reims (1247-1255), Bernard de Soissons (1255-1290) et Robert de Coucy[6].

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Selon certaines sources, Robert de Coucy aurait œuvré après 1263 à la construction de l'abbaye Saint-Nicaise de Reims (aujourd'hui détruite), prenant sur ce chantier la suite d'Hugues Libergier, en 1263[7] ou 1267[5].

L'opinion d'Élie Lambert est que Robert de Coucy a également travaillé à l'édification de l'abbaye augustinienne Saint-Denis, aujourd'hui transformée en musée des beaux-arts de Reims[1],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit de l'abbaye Saint-Nicaise, détruite à la Révolution et remplacée depuis par l'église du même nom.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Élie Lambert, « Note sur l’église Saint-Denis de Reims », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 104, no 1,‎ , p. 279-283 (ISSN 0065-0536, lire en ligne).
  2. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, t. 2, Paris, , 544 p. (lire en ligne), p. 315 à 322.
  3. Paris Louis, Le Jubé et le labyrinthe dans la cathédrale de Reims, Reims, Librairie de Michaud, , 46 p. (lire en ligne), p. 32.
  4. Brodskaya Nathalia, L'Art gothique, Paris, Parkstone International, , 200 p. (ISBN 9781780427676, lire en ligne), p. 37.
  5. a b et c Élie Lambert, « La cathédrale et les églises de Reims », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 104, no 1,‎ , p. 234-241 (ISSN 0065-0536, lire en ligne).
  6. Daniel Pellus, « 1211 : l’archevêque de Reims pose la première pierre de la nouvelle cathédrale », sur http://www.editionsfradet.com, Éditions Fradet, (consulté le 1er septembre 2014).
  7. Jonathan Truillet, « Restauration de la pierre tombale d'Hugues Libergier », sur http://www.culture.gouv.fr/champagne-ardenne, Direction régionale des Affaires culturelles de Champagne-Ardenne, (consulté le 1er septembre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]