Robert Pesquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pesquet.
Robert Pesquet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Nationalité
Activité

Robert Pesquet, né le à Port-Lyautey (actuelle Kénitra au Maroc) et décédé le 11 décembre 2010, est un homme politique français. D'abord menuisier, il fut secrétaire administratif du Rassemblement du peuple français à l'Assemblée nationale puis député du Loir-et-Cher de 1956 à 1958. Peu après son élection, il prend ses distances avec les gaullistes. Il cesse d'appartenir au groupe des Républicains sociaux, le , siège un temps parmi les non-inscrits, avant de s’apparenter au groupe poujadiste de l’Union et Fraternité Française[1]. Ses interventions sont marquées par des convictions nationalistes et anticommunistes très arrêtées.

En octobre 1959 il est au cœur de l'affaire de l'Observatoire[2], faux attentat visant François Mitterrand. Il est incarcéré non pour cet attentat qui se conclut par un non-lieu mais pour une bombe dans les toilettes de l’Assemblée nationale. Il rejoint alors l’OAS et, à la suite de sa condamnation à vingt ans de prison, fuit au Portugal.

Il rentre en France avec de faux papiers et redevient menuisier. Il fait une rentrée politique remarquée en 2003 lorsqu'il est nommé à plus de 86 ans à la direction de la Fédération de la Manche du Mouvement national républicain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Base de données des députés français depuis 1789 », sur Assemblée nationale (consulté le 9 janvier 2016)
  2. Man Held In Paris "Plot" Case, The Times (London, England), October 24, 1959, Issue 54600, p.5.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]