Robert Lévesque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Robert Lévesque
Robert Lévesque au salon du livre de Montréal 2016.jpg
Lévesque au salon du livre de Montréal 2016.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Robert Lévesque (né en à Rimouski, au Québec) est un journaliste, écrivain et critique littéraire canadien.

Journaliste et critique[modifier | modifier le code]

Diplômé en lettres à l'Université Laval (Québec), il dirige les pages culturelles de l'hebdomadaire Québec-Presse (1971-1975), avant de rejoindre le quotidien Le Jour, où il assure une chronique judiciaire. En 1981, il entre au Devoir comme critique de théâtre, chroniqueur littéraire puis directeur de la section Culture et du cahier «Le plaisir des livres»[1]. Ses critiques théâtrales, jamais complaisantes, lui valent l'inimitié d'une partie du milieu du spectacle québécois: en 1984, une pétition signée par 176 personnalités du théâtre réclament sa démission, en vain, puisque la rédactrice en chef, Lise Bissonnette, le soutient[2].

Le «Fantôme du Devoir»[modifier | modifier le code]

Robert Lévesque quitte le Devoir en 1996, le jour même où le journal paraît avec plusieurs textes spectaculairement saccagés, à la suite d'une manipulation informatique dont il est soupçonné d'être l'auteur (ce qu'il a d'abord nié, avant d'avouer, sous la menace de Robert Lepage: «Oui, c'était moi le fantôme de la salle de rédaction»)[2],[3].

À la suite de cet épisode, Robert Lévesque est invité par Pierre Thibeault à tenir une chronique culturelle dans l'hebdomadaire Ici Montréal. Il y écrit de 1997 à 2006[1]. À partir de 1998, Lévesque participe également à différentes émissions de Radio-Canada: «C'est bien meilleur le matin», «Midi Culture», «Un dimanche à la radio», «Bouquinville», «Christiane Charrette en direct». Il collabore aussi au magazine Le Libraire et aux revues 24 Images et Liberté[1].

Écrivain[modifier | modifier le code]

Bibliographie[1][modifier | modifier le code]

  • Camillien et les années vingt, suivi de Camillien au goulag (avec Robert Mignier), Éditions des Brûlés, 1978
  • Le curé Labelle: le colonisateur, le politicien, la légende (avec Robert Mignier), Éditions La Presse, 1979
  • Entretiens avec Jean-Pierre Ronfard, Liber, 1993
  • La Liberté de blâmer, Boréal, 1997
  • Un siècle en pièces, Boréal, 2000
  • Près du centre, loin du bruit, Lux Éditeur, 2003
  • L’Allié de personne, Boréal, 2003
  • Récits bariolés, Boréal, 2006
  • Labelle et Camillien, VLB éditeur, 2009
  • Déraillements, Boréal, 2011
  • Digressions, Boréal, 2013
  • Vies livresques, Boréal, 2016

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]