Robert Hugh Benson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mgr R. H. Benson, octobre 1912

Robert Hugh Benson, né le et mort le (à 42 ans), est un ecclésiastique et homme de lettres britannique. Il est le plus jeune fils d'Edward White Benson, archevêque de Cantorbéry. Il est le frère cadet d'Arthur Christopher Benson et d'Edward Frederic Benson.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études au collège d'Eton puis à Trinity College (Cambridge), Robert Hugh Benson fut ordonné prêtre dans l'Église anglicane par son propre père.

Lors d'un séjour au Proche-Orient, il commença à s'interroger sur les liens entre l'Église anglicane et le catholicisme. Attiré par la High Church, il finit par être admis dans la communauté de la Résurrection en 1901, sans avoir l'intention de se convertir au catholicisme. Puis, à mesure qu'il étudiait les différentes communautés anglicanes, Benson trouva sa place dans l'Église catholique, où il fut admis le .

Ordonné prêtre l'année suivante, il fut envoyé à Cambridge, où il exerça son ministère sacerdotal tout en poursuivant une carrière littéraire.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

Ouvrages en langue anglaise[modifier | modifier le code]

Science-fiction
Romans historiques
Fiction contemporaine
Littérature pour la jeunesse
  • Alphabet of Saints, with Reginald Balfour and Charles Ritchie (Burns, Oates & Washbourne, 1905)
  • A Child's Rule of Life, illustrated by Gabriel Pippet
  • Old Testament Rhymes, illustrated by Gabriel Pippet
Ouvrages religieux
  • Friendship of Christ
  • Life in the World unseen
  • More About Life in the World Unseen
  • More Light
  • Facts
  • Here and Hereafter
Apologétique

Non-Catholic Denominations[1]

Théâtre
  • Cost of a Crown, a Story of Douay & Durham; a Sacred Drama in Three Acts
  • A Mystery Play in Honour of the Nativity of Our Lord (Longmans, Green, and Co., 1908)
  • The Upper Room, a drama of Christ's passion
  • The Maid of Orleans, a drama of the life of Joan of Arc

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Buhler, La famille Benson, in Les Grands Ecrivains bipolaires, pp. 163-211, Publibook, Paris, 2018.
  • Janet Grayson, Robert Hugh Benson : Life and Works, University Press of America, 1998
  • C.C. Martindale, The life of Monsignor Robert Hugh Benson, Longmans, Green & Co., 1916
  • M.R. Monaghan, Monsignor Robert Hugh Benson, Boolarong Publications, 1985
  • Blanche Warre Cornish, Memorials of Robert Hugh Benson, Burns and Oates, 1915
  • Anthony Borgia, Ma vie au Paradis, Odham Press London, 1954, traduction en français chez OCTAVE Éditions, en 2013
  • Anthony Borgia * [2], Le Paradis retrouvé, Odham Press, London, 1956. traduit chez OCTAVE Éditions, en 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. www.archive.org
  2. En 1909, Robert Hugh Benson, âgé de 38 ans, rencontre pour la première fois Anthony Borgia, alors âgé de 13 ans. Leur point commun : vivre des expériences psychiques. Souvent, en effet, Robert Hugh Benson a reçu des communications de ses paroissiens décédés, qui lui décrivaient le Monde où ils étaient arrivés. Dans la famille d’Anthony, les communications psychiques étaient considérées comme un phénomène absolument normal. En 1944, trente ans après le décès de Robert Hugh Benson, survenu en 1914, Benson commence à dicter à Anthony Borgia ce qui deviendra, dix ans plus tard, le livre « Ma vie au Paradis », avec, en 1956, une suite dans leur coopération, le livre : « Le Paradis retrouvé ». Sources : Avant-propos de « Ma vie au Paradis » et Préface de « Le Paradis retrouvé ». Le Pape François a recommandé la lecture d’un livre de Robert Hugh Benson, « Le Maître de la Terre », publication en anglais : 1908. Première traduction française : Librairie académique Perrin, 1929. Une traduction du livre “Le Maître de la Terre”, de R. H. Benson est parue le 1er janvier 2000 aux Editions Téqui.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Everett Bleiler, The Checklist of Fantastic Literature, Chicago, Shasta Publishers, , p. 48

Référence de traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :