Renouée des oiseaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Polygonum aviculare

La Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), est une plante herbacée annuelle de la famille des Polygonacées.

Adventice souvent envahissante, elle doit son nom à ses graines particulièrement appréciées par les oiseaux.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La plante est également appelée centinode, trainasse, herbe aux cent nœuds.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Polygonum aviculare subsp. aviculare : Renouée des oiseaux
  • Polygonum aviculare subsp. depressum (Meisn.) Arcang. : Renouée des graviers
  • Polygonum aviculare subsp. rurivagum (Jord. ex Boreau) Berher in Louis : Renouée des champs.

Description[modifier | modifier le code]

Plante herbacée annuelle glabre, très polymorphe, à nombreuses tiges grêles, très souvent étalées au sol. Ces tiges couchées noueuses qui forme un tapis (tiges traçantes) valent à la plante d'être appelée trainasse ou herbe aux cents nœuds[1].

Les feuilles sont ovales allongées, plus ou moins larges, à pétioles courts.

La floraison s'étale de mai à novembre.

Les fleurs, blanchâtres ou rosées, solitaires ou groupées par deux à quatre à l'aisselle des feuilles. Elles sont hermaphrodites.

Habitats[modifier | modifier le code]

Elles sont très fréquentes dans les jachères, les bords des chemins, les interstices de toutes sortes.

Utilisations[modifier | modifier le code]

C'est une plante mellifère et médicinale : utilisée contre diarrhée, goutte, hémorroïdes et rhumatismes, elle est astringente, apaisant cutané, vermifuge et diurétique.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Calendrier républicain[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain, la Traînasse (un des noms de la renouée des oiseaux) était le nom attribué au 24e jour du mois de pluviôse[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Mamarot, Mauvaises herbes des cultures, Association de Coordination Technique Agricole, , p. 121.
  2. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 23.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]