Registre distribué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ledger.

Un registre distribué (aussi appelé registre partagé ; en anglais, distributed ledger ou shared ledger) est un registre simultanément enregistré et synchronisé sur un réseau d'ordinateurs, qui évolue par l'addition de nouvelles informations préalablement validées par l'entièreté du réseau et destinées à ne jamais être modifiées ou supprimées[1].

Un registre distribué n'a ni administrateur central ni stockage de données centralisé[2].

Un réseau pair-à-pair et un algorithme de consensus sont nécessaires afin d'assurer le fonctionnement du système[2]. Une des formes de registre distribué est le système de la chaîne de blocs, qui peut être public ou privé.

Les registres distribués sont principalement connus en raison de leur utilisation dans l'implantation des cryptomonnaies, même si, techniquement parlant, la cryptomonnaie et le registre distribué sous-jacent sont deux choses différentes. Cependant, en pratique, un registre distribué doit être accompagné d'une cryptomonnaie (propriétaire ou utilisée à partir d'un autre registre) afin de fournir des incitations pour maintenir opérationnels les programmes de validation et de synchronisation.

D'autres utilisations possibles des registres distribués incluent les contrats intelligents (d'abord introduits par le protocole d'échanges décentralisés Ethereum) et le stockage de fichiers.

Registre distribué versus chaîne de blocs[modifier | modifier le code]

La signification exacte de l'expression chaîne de blocs (en anglais, blockchain) reste controversée. Alors que certaines affirment que chaîne de blocs est synonyme de registre distribué (et la plupart des journalistes généralistes tendent à l'utiliser dans ce sens), d'autres affirment que techniquement l'expression chaîne de blocs ne s'applique qu'aux chaînes de blocs linéaires comme celles utilisées par les systèmes Bitcoin et Litecoin et non aux systèmes basés sur des graphes orientés acycliques comme le Tangle ou Hedera Hashgraph. Selon cette deuxième définition, tous les systèmes de registre distribué ne reposent pas nécessairement sur une chaîne de blocs afin d'assurer avec succès l'exécution d'un consensus distribué : la chaîne de blocs n'est qu'un des types de structure de données pouvant être utilisés dans le cadre d'un registre distribué[3].

Applications[modifier | modifier le code]

En 2016, de nombreuses banques ont testé l'utilisation de registres distribués pour l'exécution de paiements internationaux[4].

Les banques investissent massivement dans l'utilisation de registres distribués afin de réduire leurs coûts et leurs risques opérationnels[2].

L'utilisation de registres distribués devrait permettre de monétiser l'Internet des objets dans une économie programmable[5].

Types[modifier | modifier le code]

Les registres distribués peuvent être ouverts ou fermés selon que n'importe qui ou seulement les personnes autorisées peuvent exécuter un programme de validation des transactions[6].

Ils peuvent aussi différer selon l'algorithme du consensus utilisé (preuve de travail, preuve d'enjeu ou système de vote).

Ils peuvent également être exploitables (un participant peut obtenir de nouvelles pièces de cryptomonnaie en contribuant à un nœud) ou non exploitables (le créateur de la cryptomonnaie possède toute la cryptomonnaie dès le début du processus).

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Distributed ledger » (voir la liste des auteurs).
  1. Fiche du terme registre distribué dans le Grand dictionnaire terminologique de l'Office québécois de la langue française
  2. a b et c Claudio Scardovi, Restructuring and Innovation in Banking, Springer, (ISBN 9783319402048, lire en ligne), p. 36
  3. (en) Distributed Ledger Technology (DLT) and blockchain, Banque mondiale, (lire en ligne)
  4. « Central banks look to the future of money with blockchain technology trial », Fairfax Media Publications,‎ (lire en ligne)
  5. « The CIO’s Guide to Blockchain », Smarter with Gartner, Gartner, Inc, (consulté le 17 février 2018)
  6. https://blockchainhub.net/blockchains-and-distributed-ledger-technologies-in-general/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]