Refuge de la Noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Refuge de la Noire ou Borelli-Pivano
Altitude 2 316 m
Massif Massif du Mont-Blanc (Alpes)
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région autonome Vallée d'Aoste
Inauguration 1923
Propriétaire Club Alpino Accademico Italiano, Gruppo Occidentale
Période d'ouverture toute l'année
Capacité 30 couchages
Coordonnées géographiques 45° 48′ 31″ N 6° 54′ 37″ E / 45.80861, 6.9102845° 48′ 31″ Nord 6° 54′ 37″ Est / 45.80861, 6.91028  

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

(Voir situation sur carte : Vallée d'Aoste)
Refuge de la Noire ou Borelli-Pivano

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Refuge de la Noire ou Borelli-Pivano
Refuge de montagne

Le refuge de la Noire, ou refuge Borelli-Pivano, en italien Bivacco Lorenzo Borelli - Carlo Pivano, est un refuge du versant italien du massif du Mont-Blanc, sur la commune de Courmayeur. Il est situé à 2 316 mètres d'altitude, sous un surplomb de la paroi Sud du mont Noir de Peuterey, à l'extrémité orientale du cirque glaciaire suspendu appelé Fauteuil des Allemands[1] et compris entre les arêtes Sud et Est de l'aiguille Noire de Peuterey. Il s'atteint en h 30 par un sentier équipé de chaînes et d'échelles, depuis le hameau de Peuterey.

Un premier refuge en bois de 8-10 places, appelé rifugio dela Noire fut inauguré le 22 juillet 1923[2]. Il a été agrandi puis reconstruit en 1937, 1950, 1969 et 1981. Il a été renommé en 1952 en l'honneur de Lorenzo Borelli (1878-1936), président en 1922-23 du Club Alpino Accademico Italiano) et en 1969 de l'alpiniste de Biella Carlo Pivano, tué par une chute de pierre en 1963, à la descente du Nevado Sahuasiray, lors d'une expédition dans les Andes[3]

C'est le point de départ pour l'aiguille Noire de Peuterey, par la voie normale de l'arête Est et surtout par l'arête Sud, qui est l'une des grandes escalades classiques des Alpes, et la première section de l'arête intégrale de Peuterey qui mènent au sommet du mont Blanc. On peut également rejoindre le refuge Monzino par le col des Chasseurs (2 741 mètres).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Boyer, Les Noms de lieux de la région du Mont-Blanc, Mythra, 1979, p. 65
  2. La Montagne, Club alpin français, 1923, p. 257
  3. The Alpine Journal, vol. 68, 1963, p. 357

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]