Ralph Hotere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ralph Hotere
Defaut 2.svg
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Hone Papita Raukura Hotere[1] ONZ (en), mieux connu sous le nom de Ralph Hotere, né le 11 août 1931 à Mitimiti dans le Northland[2],[3], et mort le 24 février 2013 à Dunedin[4], est un peintre et sculpteur « perçu comme l'un des plus importants artistes néo-zélandais contemporains »[4].

Il étudie au Royaume-Uni (à la Central School of Art à Londres) et en France, où ses premières toiles, minimalistes, sont exposées dans les années 1960[5],[6].

« [L]'un des artistes les plus acclamés et les plus provocateurs » de Nouvelle-Zélande, il dépeint « des moments clef dans l'histoire [du pays] à travers ses toiles sombres et poétiques »[7]. Le noir est la couleur dominante de ses oeuvres, qui expriment son regard notamment sur la très controversée tournée de l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV en 1981 ; sur l'affaire du Rainbow Warrior en 1985 ; sur le massacre d'Aramoana en 1990 ; mais aussi sur des projets économiques comprenant un risque pour l'environnement[7]. Durant ses années en Europe, ses œuvres répondent par ailleurs au développement des missiles Polaris, ou encore à la guerre d'Algérie[6].

Ses peintures incorporent également des hommages à des poètes tels Bill Manhire, Hone Tuwhare, Ian Wedde ou Cilla McQueen, sous la forme de mots : des extraits de leurs poèmes, et de conversations entre eux et lui. Ses œuvres se veulent des « équivalents visuels » à leurs poèmes[6],[8].

En décembre 2011, il est fait membre de l'Ordre de la Nouvelle-Zélande par le reine Élisabeth II, à travers son Gouverneur général Sir Jerry Mateparae, « pour services rendus » au pays[1]. Il s'agit du « plus grand honneur du pays » ; seules vingt personnes (vivantes) peuvent être membres de cet ordre simultanément[9].

Maori, il est issu de l’iwi Te Aupōuri[2]. Il récuse toutefois toute étiquette ethnique en rapport à son œuvre[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b New Zealand Gazette, 27 janvier 2012
  2. a et b (en) "Ralph Hotere", Auckland Art Gallery
  3. (en) "Farewell to a giant", The Arts Foundation, 24 février 2013
  4. a et b (en) "Ralph Hotere dies, age 81", Stuff.co.nz, 25 février 2013
  5. a et b (en) "The Black Light Paradox: The Sumptuous Austerity of Ralph Hotere's Art", Art New Zealand
  6. a, b et c (en) "Ralph Hotere", Page Blackie Gallery
  7. a et b (en) "Artist Ralph Hotere has died", New Zealand Herald]], 24 février 2013
  8. (en) "Ralph Hotere", John Leech Gallery
  9. (en) "Prominent artist tops New Year honours", New Zealand Herald, 31 décembre 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]