Ralph Hotere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ralph Hotere
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
DunedinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Central School of Art and Design (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hone Papita Raukura Hotere[1] ONZ (en), mieux connu sous le nom de Ralph Hotere, né le 11 août 1931 à Mitimiti dans le Northland[2],[3], et mort le 24 février 2013 à Dunedin[4], est un peintre et sculpteur « perçu comme l'un des plus importants artistes néo-zélandais contemporains »[4].

Il étudie au Royaume-Uni (à la Central School of Art à Londres) et en France, où ses premières toiles, minimalistes, sont exposées dans les années 1960[5],[6].

« [L]'un des artistes les plus acclamés et les plus provocateurs » de Nouvelle-Zélande, il dépeint « des moments clef dans l'histoire [du pays] à travers ses toiles sombres et poétiques »[7]. Le noir est la couleur dominante de ses œuvres, qui expriment son regard notamment sur la très controversée tournée de l'équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV en 1981 ; sur l'affaire du Rainbow Warrior en 1985 ; sur le massacre d'Aramoana en 1990 ; mais aussi sur des projets économiques comprenant un risque pour l'environnement[7]. Durant ses années en Europe, ses œuvres répondent par ailleurs au développement des missiles Polaris, ou encore à la guerre d'Algérie[6].

Ses peintures incorporent également des hommages à des poètes tels Bill Manhire, Hone Tuwhare, Ian Wedde ou Cilla McQueen, sous la forme de mots : des extraits de leurs poèmes, et de conversations entre eux et lui. Ses œuvres se veulent des « équivalents visuels » à leurs poèmes[6],[8].

En décembre 2011, il est fait membre de l'Ordre de la Nouvelle-Zélande par le reine Élisabeth II, à travers son Gouverneur général Sir Jerry Mateparae, « pour services rendus » au pays[1]. Il s'agit du « plus grand honneur du pays » ; seules vingt personnes (vivantes) peuvent être membres de cet ordre simultanément[9].

Maori, il est issu de l’iwi Te Aupōuri[2]. Il récuse toutefois toute étiquette ethnique en rapport à son œuvre[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b New Zealand Gazette, 27 janvier 2012
  2. a et b (en) "Ralph Hotere", Auckland Art Gallery
  3. (en) "Farewell to a giant", The Arts Foundation, 24 février 2013
  4. a et b (en) "Ralph Hotere dies, age 81", Stuff.co.nz, 25 février 2013
  5. a et b (en) "The Black Light Paradox: The Sumptuous Austerity of Ralph Hotere's Art", Art New Zealand
  6. a, b et c (en) "Ralph Hotere", Page Blackie Gallery
  7. a et b (en) "Artist Ralph Hotere has died", New Zealand Herald]], 24 février 2013
  8. (en) "Ralph Hotere", John Leech Gallery
  9. (en) "Prominent artist tops New Year honours", New Zealand Herald, 31 décembre 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]