Rahaf Mohammed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rahaf Mohammed
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Canada (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Rahaf Mohammed (anciennement Rahaf Mohammed Mutlaq al-Qunun ; en arabe : رهف محمد مطلق القنون) née le , est une saoudienne qui s'était barricadée dans l'aéroport de Bangkok le pour échapper à son extradition en Arabie saoudite.

Sa fuite[modifier | modifier le code]

Elle avait indiqué qu'elle envisageait de demander l'asile en Australie d'où elle avait un visa, pour fuir sa famille qui l'abusait[1] et la menaçait. Elle reporta qu'elle a été empêché de recevoir une éducation par sa famille qui projetait un mariage arrangé pour elle, et de l'avoir menacée de mort pour avoir abandonné l'islam, ce qui est un crime capital selon le droit saoudien.
Son père est gouverneur dans la ville de al-Sulaimi dans la province de Haïl[2].

Retentissement international[modifier | modifier le code]

Rahaf posta sur Twitter une multitude de messages et de vidéos et accédant ainsi à une notoriété internationale.
Les autorités thaïlandaises l'avaient détenue le sur l'aéroport de Bangkok où, partie du Koweït, elle était en transit vers l'Australie. Après ses appels à l'aide sur le service de médias sociaux Twitter, les autorités thaïlandaises ont été contraintes de renoncer à leur projet de la renvoyer de force au Koweït (d'où on l’aurait rapatriée en Arabie saoudite). Elle a été prise sous la protection du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés et a obtenu le statut de réfugiée.

Dénouement[modifier | modifier le code]

Le , le Canada a annoncé lui avoir accordé l'asile[3],[4] et elle est arrivée à Toronto le lendemain. Elle y fut accueillie par la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland.

Elle a fait savoir qu'elle souhaitait ne plus porter son nom de « al-Qunun », celui de sa famille qui l'avait reniée et s'appeler simplement Rahaf Mohammed[5].

En 2020, elle se définit comme « ex-muslim » (« ex-musulmane »)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Natalia Megas, « ‘We know exactly what Rahaf is feeling’: Friend of Saudi woman granted asylum in Canada speaks out »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur The Lily, (consulté le )
  2. (en) « Saudi woman 'given refugee status' » [archive], BBC News, (consulté le )
  3. « À l'aéroport de Bangkok, le combat d'une Saoudienne pour ne pas retourner dans son pays », sur france24, (consulté le )
  4. « La jeune Saoudienne qui a fui sa famille est arrivée au Canada », sur france24, (consulté le )
  5. (en) Sophie McNeill, « Rahaf al Qunun pledges to use her freedom to campaign for others after being granted asylum in Canada », sur ABC News, (consulté le )
  6. « La Saoudienne qui avait fui son pays critiquée pour avoir troqué son niqab contre un bikini », sur cnews,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]