Rafael Menjívar Ochoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rafael Menjívar Ochoa
Naissance
San Salvador (Drapeau du Salvador Salvador)
Décès (à 51 ans)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture espagnol
Genres

Rafael Menjívar Ochoa, né le à San Salvador, et mort le [1], est un écrivain salvadorien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, l'économiste Rafael Menjívar Larín, est recteur de l'université du Salvador. Brièvement emprisonné pendant l'occupation militaire de 1972, il fuit le Salvador avec sa famille en 1973 pour se réfugier au Nicaragua, puis au Costa Rica.

En 1976, la famille s'installe à Mexico et y demeure pendant 23 ans. Rafael Menjívar Ochoa vit donc en exil pendant la guerre civile du Salvador et travaille pour l’agence de presse de la guérilla. Il exerce également des fonctions de journaliste au Mexique, puis commence à publier des romans à partir du milieu des années 1980. Il signe également des traductions. En 1990, il est lauréat du prix Ramón del Valle Inclán. Il rentre à San Salvador en 1999, où il crée la Maison de l’écrivain.

Traduit et étudié aux États-Unis, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il est considéré comme l’un des grands écrivains de l’Amérique centrale.

Son découvreur et traducteur français est Thierry Davo.

Il meurt à l'hôpital des suites d'un cancer[2], en avril 2011.

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • (es) Historia del traidor de nunca jamás, 1984
    • L’Histoire du traître de jamais plus, traduction de Thierry Davo, éditions Cénomane, 1988
  • (es) Los años marchitos, 1990
    • De certaines façons de mourir… I. Les Années flétries, traduction de Thierry Davo, éditions Cénomane, 2013.
  • (es) Terceras personas, 1996
  • (es) Los héroes tienen sueño, 1998
    • De certaines façons de mourir… II. Les héros tombent de sommeil, traduction de Thierry Davo, éditions Cénomane, 2014.
  • (es) De vez en cuando la muerte, 2002
    • De certaines façons de mourir… III. La Mort de temps en temps , traduction de Thierry Davo, éditions Cénomane, 2014.
  • (es) Trece, 2003
  • (es) Instrucciones para vivir sin piel
  • (es) Breve recuento de todas las cosas
  • (es) Un mundo en el que el cielo cae y cae
    • Un monde où le ciel ne cesse de tomber, traduction de Thierry Davo, éditions Cénomane, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Iván Escobar, « Rafael Menjívar Ochoa deja legado cultural para El Salvador », sur diariocolatino.com, (consulté le 4 mai 2011).
  2. (es) « Muere el poeta salvadoreño Rafael Menjívar », article du journal El Universal du 27 avril 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]