Radio Caroline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Radio Caroline
Description de l'image Radio Caroline-logo.jpg.
Présentation
Pays Royaume-Uni
Propriétaire Radio Caroline Ltd. et le groupe de soutien de radio Caroline (radio Caroline support group, appelé à l'origine le Ross Revenge Support Group).
Slogan Real People, Real Music / Europe's first album station
Langue Anglais
Site Web www.radiocaroline.co.uk
Historique
Création Fondée par l'homme d'affaire irlandais Ronan O'Rahilly, elle débute ses émissions le 27 mars 1964.
Diffusion
AM - Années 60: 199 mètres (1485/1520 kHz) puis plus tard 259 mètres (1169/1187 kHz).
- Années 70: De multiples fréquences comme 1562 kHz (192 m), 1187 kHz (253 mètres annoncée comme 259 mètres), etc.
- Années 80: Essentiellement 963 kHz (319 m), 576 kHz et 558 kHz.
- Années 90: 819 kHz la dernière année d'exploitation offshore (1990) et des fréquences multiples pour le reste.
-Aujourd'hui: 531 kHz durant de courtes périodes avec de faibles puissances d'émissions (RSL : Radio Short Licence).
Satellite Eutelsat 28A: 11.426 GHz
Polarisation: Horizontale
Taux de symbole (symbol rate): 27.5
FEC (taux de Viterbi): 2/3
Câble UPC Irlande: Chaîne 927 Smallworld Cable: Chaine 855
Streaming [1]

Radio Caroline est une radio britannique et anglophone connue pour avoir été, de 1964 à 1990, une radio pirate offshore, émettant depuis un bateau ancré dans les eaux internationales de la Mer du Nord au large du Royaume-Uni. Elle retransmettait alors en continu, essentiellement des programmes de musique anglo-saxonnes, sur diverses fréquences et depuis plusieurs bateaux. Aujourd'hui radio Caroline est basée à terre, diffusant ses programmes sur internet, sur le satellite et parfois sur la bande AM, depuis son troisième et dernier bateau radio, le Ross Revenge, à l'occasion d'émissions spéciales.

Historique[modifier | modifier le code]

1964-1968: Frederica[modifier | modifier le code]

Radio Caroline est lancée le par le producteur irlandais Ronan O'Rahilly qui vient de créer son label indépendant mais se voit systématiquement refuser la diffusion de ses artistes sur la BBC. Il achète alors le Frederica, un vieux ferry danois qu'il équipe d'émetteurs radio dans le port irlandais de Greenore, propriété du père de Ronan O'Rahilly. Il crée aussi la société Planet Productions basée en Suisse et enregistre son bateau au Panama. Le bateau se positionne dans les eaux internationales pour contourner le monopole d'état sur les radios, et la diffusion de Radio Caroline est inaugurée par DJ Simon Dee. Le premier morceau diffusé est Can’t Buy Me Love des Beatles (ou Not fade away des Rolling Stones choisi par le DJ Chris Moore). Radio Caroline diffuse sur la fréquence 199m OM. Alors que les débuts de la radio sont fulgurants (7 millions d'auditeurs âgés de +17 ans dans les trois premières semaines de diffusion), les DJs à bord du bateau s'ennuient, sont mal payés, et ont le mal de mer. Le 2 juillet 1964, Radio Caroline fusionne avec son concurrent Radio Atlanta (qui diffuse sur la Tamise depuis le Mi Amigo), et les deux bateaux assurent une couverture nationale à Radio Caroline[1],[2],[3],[4].

En mai 1964, les autorités encerclent le Frederica, ce qui déclenche un bulletin d'information en direct sur Radio Caroline durant lequel il est rappelé que seule une personne des autorités est autorisée à monter à bord du bateau. Les autorités choisissent de rebrousser chemin. EN 1965, un sondage dévoile une audience cumulée de 39 millions d'auditeurs[4].

Radio Caroline diffuse en Grande-Bretagne et peut également être captée dans la zone côtière du Nord-Pas-de-Calais et jusqu'en Normandie. Le President Rosko en est l'un des présentateurs de cette même année[3].

En 1966, Ronan O'Rahilly empoche son premier milliard de livres sterling[3]. En janvier 1966, le Mi Amigo échoue, et Britt Wadner de Radio Syd prête son bateau, Cheetah II, à Radio Caroline. Le Mi Amigo est remis à la mer le 27 avril 1966[4].

En 1967, une loi interdit les radios pirates, même en dehors des eux territoriales. Radio Caroline continue néanmoins d'émettre en toute illégalité mais ne peut plus vendre d'espaces publicitaires. En mars 1968, c'est la faillite et le Frederica est saisi[1],[2].

Lors des élections en 1970, les fondateurs de Radio Caroline font lobby contre Harold Wilson à l'origine de la loi interdisant les radios offshore[2].

1972-1980 : Mi Amigo[modifier | modifier le code]

En 1972, la radio reprend son activité à bord du Mi Amigo, diffusant depuis les eaux internationales à proximité de la Hollande, mais le gouvernement britannique condamne 6 DJ de la station. Lors d’une violente tempête (en novembre 1975), le bateau s’échoue sur les côtes britanniques et les autorités abordent le navire. Quelques jours plus tard, le bateau reprend la mer et émet à nouveau.

Avec le temps, le 19 mars 1980, le navire est devenu une véritable épave et à la suite d'une tempête, il coule en mer avec la totalité de ses émetteurs et de son matériel. L'équipage quitte le navire qui sombre en mer. À leur arrivée sur terre dans les îles britanniques, les membres de la radio sont arrêtés[1].

1983-1990 : Ross Revenge[modifier | modifier le code]

En 1983, le créateur de Radio Caroline rachète un bateau, le Ross Revenge, pour continuer d'émettre. Lors de la tempête de 1987, le mât de transmission de la radio montée sur le navire est cassé. ²En août 1989, des fusiliers marins britanniques et néerlandais effectuent un abordage du bateau de Radio Caroline[5].

La radio cesse définitivement d'émettre sur la bande AM le [2].

Depuis 1990[modifier | modifier le code]

Radio Caroline est aujourd'hui diffusée 24 heures sur 24 sur Internet. On peut aussi l'écouter par satellite, via Worldspace (sans abonnement) ou Sky.

Après avoir été à quai dans le Port de Tilbury (GB) entre l'été 2004 et l'été 2005, où il était ouvert au public, le navire, qui a été entièrement restauré, a quitté ce port 9 ans après pour sa destination finale. Le Mv Ross Revenge est actuellement mouillé dans la rivière Blackwater près de Bradwell dans l'Essex (GB).

Bateaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Radio Caroline, C'est Magnifip », sur Fipradio.fr,‎ (consulté le 9 septembre 2016)
  2. a, b, c et d Jane Roussel, « Radio Caroline, 50 ans de piraterie musicale », sur Telerama.fr,‎ (consulté le 9 septembre 2016)
  3. a, b et c « Radio Caroline : la révolution des ondes », sur Conferencederedaction.info (consulté le 9 septembre 2016)
  4. a, b et c Daniel Lesueur, RADIOS PIRATES De Radio Caroline à la bande FM, Camion Blanc (ISBN 9782357795464)
  5. « http://www.offshoreechos.com/19%20AOUT%201989.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Offshoreechos.com, consulté le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lesueur, Daniel, Histoire des Radios Pirates, de Radio CAROLINE à la BANDE FM" (éditions Camion Blanc, 2011)
  • Lesueur, Daniel, Pirates des Ondes - Histoire des radios pirates au XXe siècle, L'Harmattan, 2002 (ISBN 2-7475-1989-9).
  • (en) Venmore-Rowland, John, Radio Caroline, Landmark press, 1967.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]