R136a

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R136. Vue combinée d'images prises en ultraviolet, visible et infrarouge par le télescope spatial Hubble. L'image fait environ 100 al de côté.

R136a est un amas stellaire situé à environ 165 000 années-lumière dans la constellation de la Dorade, à proximité du centre de la nébuleuse de la Tarentule dans le Grand Nuage de Magellan.

Composition de l'amas[modifier | modifier le code]

Nom Ascension droite Déclinaison Magnitude
apparente
(V)
Type spectral Références
R136a 05h 38m 43.3s -69° 06′ 08″ Amas stellaire SIMBAD
R136a1 (BAT99 108) 05h 38m 42.43s -69° 06′ 02.2″ 12.77 WN SIMBAD
R136a2 (en) (BAT99 109) 05h 38m 42.45s -69° 06′ 02.2″ 13.38 Wolf-Rayet SIMBAD
R136a3 (en) (BAT99 106) 05h 38m 42.291s -69° 06′ 03.45″ 12.93 WN SIMBAD
R136 Ab (SNR B0538-69.2 (en)) 05h 37m 51.6s -69° 10′ 23″ 9.59 Rémanent de supernova SIMBAD
R136 Ac (PSR J0537-6910 (en)) 05h 37m 47.6s -69° 10′ 20″ Pulsar SIMBAD
R136b (en) (BAT99 111) 05h 38m 42.78s -69° 06′ 03.1″ 13.66 O4 SIMBAD
R136c (en) (BAT99 112) 05h 38m 42.896s -69° 06′ 04.92″ 12.86 WN SIMBAD

R136a1[modifier | modifier le code]

C'est dans R136a que se situe l'étoile R136a1. D'une température sept fois plus élevée que le Soleil, elle aurait une masse d'environ 265 M[N 1], ce qui en fait l'étoile la plus massive jamais observée[1] : avant cette découverte les astrophysiciens pensaient que la masse solaire maximum était 80 M. Comparativement à notre Soleil, R136a1, serait près de 100 fois plus large (140 000 000 km estimés, notre Soleil avec 1 392 000 km), un million de fois plus lumineuse avec une température à sa surface sept fois plus élevée soit 40 000 °C[2] (6 000 °C pour notre étoile).

La découverte a été réalisée à l'aide du Very Large Telescope (VLT) installé au Chili. Les recherches ont été publiées dans les Monthly Notices of the Royal Astronomical Society[3] et concernent deux amas, dont R136a.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Elle aurait atteint 320 M à sa naissance.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Astronomers detect 'monster star' », sur BBC News,‎
  2. (en) Denise Chow, « Heftiest Star Discovery Shatters Cosmic Record », sur Space.com,‎ (consulté le 21 juillet 2010)
  3. (en) Paul A. Crowther, Olivier Schnurr, Raphael Hirschi, Norhasliza Yusof et Richard J. Parker, « The R136 star cluster hosts several stars whose individual masses greatly exceed the accepted 150 M stellar mass limit », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 408, no 2,‎ , p. 731–751 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.17167.x, résumé, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]