Réserve nationale Pacaya-Samiria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve Nationale Pacaya Samiria
Location of the national reserve Pacaya Samiria in Peru.svg
Catégorie UICN
VI (zone de gestion de ressources protégées)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
20 800 km2
Création
Classement
Administration
Localisation sur la carte du Pérou
voir sur la carte du Pérou
Green pog.svg

Située dans la région de Loreto, dans les provinces de Loreto, Requena, Ucayali et Alto Amazonas ; la Réserve Nationale Pacaya Samiria (RNPS) couvre une superficie de 2 080 000 hectares, ce qui en fait la réserve nationale la plus grande du Pérou[1]. Sa date de création remonte au 25 février 1972.

L'objectif de la création de cette réserve est d'assurer la conservation des écosystèmes représentatifs de la forêt baisse de l'Amazonie péruvienne et aussi de préserver sa diversité génétique. La RNPS héberge une grande diversité biologique et une importante population humaine qui profite de ces ressources naturelles[2].

Considérée comme le joyau de la jungle amazonienne péruvienne, Pacaya Samiria est le lieu de vie d'une abondante faune et flore. Elle contient une multitude de lacs, marécages et trous d'eau où se réfugient 130 types de mammifères, 330 espèces d'oiseaux et un nombre incalculable de reptiles et amphibiens. Parmi les attractions de la région, la tortue de rivière, les lamantins, les dauphins roses et les caïmans noirs. Considérée comme la plus grande source de biodiversité de poisson au monde, la réserve est protégée. Seuls certain guides y ont accès. Ainsi, des tours de plusieurs jours sont organisés en total respect de la nature à partir de Tarapoto,Yurimaguas, Iquitos.

La réserve a été créée le 25 février 1972, et elle est classée en tant que site Ramsar le 30 mars 1992[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.go2peru.com
  2. (es) « Pacaya Samiria », SERNANP, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  3. (en) « Pacaya-Samiria », sur Ramsar (consulté le 26 février 2015)