Parc national de Huascarán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Parc national de Huascarán
Nevado Huascarán3.jpg
Le Huascarán donne son nom au parc national.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
3 400 km2
Population
850
Administration
Type
Parc national du Pérou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie UICN
Identifiant
Création
Statut patrimonial
 Réserve de biosphère (1977, Huascarán)
Visiteurs par an
95446 (enregistrés, en 2000)
Administration
Site web
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Date d'entrée
Identifiant
Critères
Localisation sur la carte du Pérou
voir sur la carte du Pérou
Green pog.svg

Le parc national de Huascarán *
Le lac Parón et le mont Pirámide.
Le lac Parón et le mont Pirámide.
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Type Naturel
Critères (vii) (viii)
Superficie 340 000 ha
Numéro
d’identification
333
Zone géographique Amérique latine et Caraïbes **
Année d’inscription 1985 (9e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le parc national de Huascarán (espagnol : Parque nacional Huascarán) porte le nom du sommet le plus haut du Pérou, le Huascarán.

Il a été créé le par le Décret Suprême no 0622-75-AG et possède une surface de 340 000 ha[1].

Le parc fut déclaré réserve de biosphère en 1977[2] et patrimoine naturel de l'humanité en 1985[3] par l'UNESCO. Le parc est également reconnu zone importante pour la conservation des oiseaux[4].

Très accidenté, à des hauteurs comprises entre 2 500 m et 6 768 m, sa vie est rythmée par deux saisons : le printemps et l'automne.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Sa faune et sa flore sont uniques au monde. On retrouve, entre autres, la Puya raimondii, une plante qui porte le nom de l'archéologue qui étudia la stèle de Chavín, et dont la hauteur peut atteindre 10 m. Elle peut contenir 3 000 fleurs et 6 millions de graines. Son cycle biologique est de 40 ans. Autre espèce remarquable : Polylepis racemosa.

Paradis des camélidés sud-américains, lamas, vigognes et alpagas y vivent à l'abri des hommes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Huascarán - Servicio Nacional de Áreas Naturales Protegidas por el Estado », sur www.sernanp.gob.pe (consulté le 21 avril 2016)
  2. (en) « Huascarán Biosphere Reserve », sur UNESCO (consulté le 27 janvier 2015)
  3. « Parc national de Huascarán », sur UNESCO (consulté le 27 janvier 2015)
  4. « BirdLife Data Zone », sur datazone.birdlife.org (consulté le 10 novembre 2017)