Régis Huby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huby et Régis.
Régis Huby
Description de cette image, également commentée ci-après
Régis Huby (par Jean-Baptiste Millot)
Informations générales
Naissance
Rennes, France
Activité principale Violoniste, Compositeur
Genre musical Jazz, musique contemporaine, musique improvisée
Instruments Violon
Labels Abalone Productions, Le Chant du Monde, Emouvance
Site officiel www.regishuby.com

Régis Huby, né le , est un violoniste, compositeur, improvisateur et arrangeur musical français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

C’est à l’adolescence, au milieu des années 1980, tandis qu’il poursuit des études de violon au Conservatoire de Rennes, fasciné par la rigueur et le lyrisme de la musique de Bach, que Régis Huby perçoit pour la première fois dans le jazz rock de Didier Lockwood d’autres façon d’envisager l’instrument et d’autres approches de la musique. Attiré par ce mélange de précision rythmique et de virtuosité instrumentale, le jeune violoniste se découvre rapidement des talents d’improvisateur et commence à jouer dans les bars de la région dans des orchestres amateurs, intégrant progressivement à son instrumentarium, claviers, séquenceurs et pédales d’effets… De plus en plus intéressé par le jazz dont il découvre l’histoire à rebours (les grands lyriques du saxophone, Brecker, Coltrane ; puis les maîtres de l’orchestre, Gillespie, Ellington, dont le sens du rythme et des couleurs l’éblouissent), Huby s’ouvre parallèlement à la musique traditionnelle bretonne et par l’intermédiaire du clarinettiste Bernard Subert, partenaire occasionnel de Louis Sclavis, à la jeune scène jazz européenne expérimentale (avec une affection toute particulière pour Dominique Pifarély). Tout en continuant de jouer à la tête de son propre quartet une musique marquée par le jazz rock Huby découvre les univers de Bartok et surtout de Steve Reich qui l’enrichissent d’un nouveau rapport au timbre, au rythme et au temps. Il décide en 1990 de s’inscrire en classe d’écriture et d’analyse au Conservatoire de Rueil-Malmaison puis l’année suivante en classe de musique improvisée au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris. Il participe alors au projet « Création Violon », avec Dominique Pifarély, Jacky Molard, et Jean-François Vrod, et dans la foulée est appelé à remplacer Pifarély au sein du sextet de Louis Sclavis, pour les tournées des spectacles « Ellington on the Air » et « Les Violences de Rameau ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Il multiplie dés lors les rencontres et collaborations (George Russell, Antoine Hervé, Jean-Charles Capon, Régis Boulard, Noël Akchoté), rencontre l’altiste Guillaume Roy avec qui il cofonde le Quatuor IXI (1995) et en 1998 enregistre son premier disque sous son nom, « Le Sentiment des Brutes », à la tête d’un octet à l’instrumentation aventureuse s’aventurant aux confins de la musique traditionnelle, du rock et de la musique improvisée. En 1999 il crée un duo avec le violoncelliste Vincent Courtois où il explore pendant quelques années les qualités proprement acoustiques de son instrument. Il participe à l’enregistrement du disque « Étude de Terrain »  de Denis Colin, ainsi qu’à la création du Quartet d’Yves Rousseau (avec Jean Marc Larché et Christophe Marguet) et enregistre le premier disque du Quatuor IXI, « Linéal ».

En 2000, il intègre l’Orchestre National de Jazz placé sous la direction de Paolo Damiani (en) et y rencontre toute une nouvelle génération de musiciens. Au sortir de cette expérience il enregistre son duo avec Boulard (« Oui Mais »), joue avec Paul Rogers et crée le sextet « Simple Sound » (avec Vincent Courtois, Bruno Chevillon, Olivier Benoit, Catherine Delaunay et Roland Pinsard) cherchant à concilier une certaine conception chambriste héritée de la culture européenne avec les grandes machineries rythmiques empruntées aux minimalistes américains. Tout en poursuivant les aventures du Quatuor IXI (enregistrement avec Joachim Kühn du disque « Phrasen », et avec le trio danois « Sound Of Choice » du projet « Invisible Correspondance »), mais aussi du quartet d’Yves Rousseau (enregistrement de « Sarsara ») il accepte d’être le directeur musical du projet « Nuit Américaine » de Lambert Wilson, hommage à la musique américaine du vingtième siècle, dont une captation à l’Opéra Comique sort sur le label Chant du Monde.

En 2007 il enregistre son projet « Simple Sound », participe aux projets « Midnight Torsion » d’Eric Watson (en) et « Even Eden » de l’Acoustic Lousadzak  de Claude Tchamitchian et monte son propre label Abalone Productions[1] chez qui il fait paraître en 2010 un ambitieux oratorio pop, « All Around », écrit avec l’écrivain Yann Apperry pour la chanteuse et actrice Maria Laura Baccarini. L’année suivante, avec l’album « Furrow »  (a Cole Porter Tribute), il poursuit son travail autour de la voix de Baccarini, en la plongeant dans un écrin sonore empruntant autant à la musique répétitive, au jazz qu’au rock indé. En 2012 il enregistre en tant que sideman dans les projets de Claude Tchamitchian (« Ways Out »), Denis Badault (« Songs no Songs », avec Tom Arthurs (de) et Sébastien Boisseau) et participe à la création et à l’enregistrement du sextet de Christophe Marguet « Constellation » (avec Steve Swallow) — autant de disques parus sur Abalone. En 2014, il monte en duo avec Baccarini un hommage au chanteur italien Giorgio Gaber et fait paraître le 3e disque du Quatuor IXI, “Temps suspendus”, célébrant les 20 ans d’existence de la formation.

2015 voit la naissance de son Quartet "Equal Crossing", avec Marc Ducret, Bruno Angelini et Michel Rabbia[2]. Créé dans le cadre du festival Jazz sous les Pommiers[3] à Coutances, ce Quartet jouera également cette même année dans le Jazzdor à Berlin[4] et dans le Saalfelden Jazz Festival[5] en Autriche.

Références presse[modifier | modifier le code]

En 2010, son album All Around est très apprécié par le magazine Citizenjazz.com, qui salue la qualité des arrangements et le travail avec la voix de Maria Laura Baccarini[6].

En 2015, l'album Temps Suspendus[7] est élu par le magazine Citizenjazz.com[8].

En 2016, son album Equal Crossing[9] avec Marc Ducret, Bruno Angelini et Michele est élu par le magazine Citizenjazz.com[10].

Chronique de l'album Equal Crossing dans le magazine All About Jazz (en) par le journaliste Eyal Hareuveni[11].

Discographie (sélective)[modifier | modifier le code]

Leader et co-leader (compositeur et/ou arrangeur) [modifier | modifier le code]

  • 1998 : Le Sentiment des Brutes - Régis Huby (Transes Européennes : Buda musique)
  • 2000 :  Linéal - Quatuor IXI (La nuit Transfigurée)
  • 2002 :  Oui Mais - Régis Boulard & Régis Huby (Signature – Radio France)
  • 2004 :  Invisible correspondance - Quatuor IXI & Sound of choice (Abalone Productions)
  • 2005 :  Phrasen - Joachim Kühn / Quatuor IXI (Signature : Radio France)
  • 2005 :  Too Fast For Techno - Serge Adam & Régis Huby (Quoi de neuf docteur)
  • 2005 :  Nuit Américaine - Lambert Wilson / Maria Laura Baccarini / Stephy Haïk, Direction musicale & Arrangements Régis Huby (Le Chant du Monde : Harmonia Mundi)
  • 2007 :  Simple Sound - Régis Huby Sextet (Abalone Productions : Le Chant du Monde : Harmonia Mundi)
  • 2010 :  All Around - Maria Laura Baccarini, Régis Huby, Yann Apperry (Abalone Productions)
  • 2011 : Cixircle - Quatuor IXI (Abalone Productions)
  • 2011 :  Furrow (A Cole Porter Tribute) - Maria Laura Baccarini (Abalone Productions)
  • 2015 : Temps Suspendus - Quatuor IXI (Abalone Productions)
  • 2015 : Gaber, io e le cose - Maria Laura Baccarini & Régis Huby (Abalone Productions)
  • 2016 : Equal Crossing - Régis Huby 4tet (Abalone Productions)

Sideman [modifier | modifier le code]

  • 1996 : It’s about time - George Russel - Living Time Orchestra (Label Bleu)
  • 1997 : Concerti - Terra Nova - Luc Le Masne (Live at Radio France) Compositions by Barthelemy, Chevalier, Dehors, Lazarevitch and Le Masne (Buda Musique)       
  • 2000 : Fées et Gestes - Yves Rousseau (Label Hopi)
  • 2002 : Charmeditéranéen - Orchestre National de Jazz (ECM)
  • 2004 :  Sarsara - Yves Rousseau Quartet (Chant du Monde : Harmonia Mundi)
  • 2008 :  Poète, vos papiers! - Yves Rousseau / Léo Ferré (Le Chant du Monde – Harmonia Mundi)
  • 2009 : Midnight torsion - Eric Watson (Emouvance)
  • 2011 :  H3B - Denis Badault Quartet (Abalone Productions)
  • 2012 :  Ways Out - Claude Tchamitchian Quartet (Abalone Productions)
  • 2012 :  Songs no Songs - Denis Badault, H3B (Abalone Productions)
  • 2013 :  Constellation - Christophe Marguet Sextet (Abalone Productions)
  • 2014 : Eleanora Suite (a woman's love and life) - Jean Marc Foltz (Vision Fugitive)
  • 2015 : Akasha - Yves Rousseau Quartet (Abalone Productions)
  • 2015 : Wanderer Septet - Yves Rousseau (Abalone Productions)
  • 2015 : Instant Sharings - Bruno Angelini (Label La Buissonne)
  • 2016 : Red - Melanoia & Quatuor IXI (BMC)
  • 2017 : Need Eden - Claude Tchamitchian Acoustic Lousadzak (Emouvance)
  • 2018 : Open Land - Bruno Angelini ((Label La Buissonne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Régis Huby » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]