Régis Bulot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Régis Bulot
Regis bulot.jpg
Fonction
Membre du Conseil économique, social et environnemental
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Régis Bulot, né le 23 juillet 1947 à Étaples-sur-Mer (Pas-de-Calais), est un chef d'entreprise, ancien membre du Conseil économique et social, qui présida les Relais & Châteaux durant 18 ans avant de fonder et diriger le groupement hôtelier des Auberges & Bistrots de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Régis Bulot fait ses études secondaires au collège Haffreingue-Chanlaire de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) avant d'entamer une formation de cuisinier au Touquet, Deauville, Hossegor et Paris.

De 1980 à 1987 il devient le directeur de l’hôtel des Neiges, 4* et membre des Relais & Châteaux, à Courchevel (Savoie).

En 1979, il crée le Moulin de l’Abbaye, 4* et 1* Michelin et membre des Relais & Châteaux à Brantôme-en-Périgord.

De 1987 à 2005 il exerce la fonction de président international des Relais & Châteaux durant quatre mandats consécutifs[1],[2],[3].

En 2006, après avoir quitté sa présidence, il devient conseiller du WTTC (World Travel and Tourism Council), président de la section de l’économie touristique au Conseil national du tourisme[4] et membre du Comité de Pilotage de France-Investissement, puis il devient membre de la section des Relations extérieures du Conseil économique et social[5] de 2007 à 2008.

Fin 2007, il fonde la chaîne d'hôtels et de restaurants des Auberges & Bistrots de France qu'il préside depuis[6],[7],[8].

En 2009, il vend le Moulin de l'Abbaye pour se consacrer pleinement à Auberges & Bistrots de France[9],[10].

L'affaire Relais & Châteaux[modifier | modifier le code]

Le 22 novembre 2011, le quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace annonce la mise en examen de Régis Bulot, en date du 21 novembre 2011, pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds. L'ex-président des Relais & Châteaux est écroué par le doyen des juges d'instruction de Strasbourg Jean-Baptiste Poli. Il est fait état de surfacturation dans la réalisation du Guide de la Chaîne des Relais & Châteaux et du versement non justifié d'indemnités de licenciement à la fin de son mandat[11],[12].L'affaire aurait débuté en 2008 après que l'administration fiscale allemande eut détecté un système de fausses factures et fait un signalement. Le 6 décembre 2011, Le Monde publie un article qui reproduit l'enregistrement d'une conversation du 12 janvier 2010 entre Dominique de Villepin et Régis Bulot, dans laquelle il semble que de Villepin venait d'intervenir auprès de la direction de Relais & Châteaux pour la dissuader d'agir en justice contre Bulot[13]. Toujours selon Le Monde, Alain Ducasse aurait déclaré à Régis Bulot lors d’une conversation téléphonique interceptée le 30 janvier 2010 : « il faut lui couper la tête vite à ton successeur ». Le successeur de Régis Bulot à la présidence des Relais & Châteaux est Jaumé Tapiès.

En juillet 2015, le tribunal correctionnel de Strasbourg condamne Régis Bulot à cinq ans de prison dont la moitié ferme, pour son implication dans une affaire d’escroquerie en bande organisée liée à la fabrication du guide Relais & Châteaux et impliquant le fournisseur de papier allemand Kepner Papier et l'imprimeur français Maury. La procureure Marie de Naurois déclare : « Il faut combattre l’idée que les cols blancs ne doivent être condamnés qu’à des peines financières, et les petits délinquants à des peines de prison (...) (Régis Bulot) est le personnage central de cette affaire et aussi le grand bénéficiaire. Il va détourner près de deux millions d’euros. ».

Distinctions & autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Doctor honoris causa de la Johnson & Wales University (États-Unis).
  • Chevalier des Palmes académiques.
  • Officier de la Légion d’honneur.
  • Ancien conseiller du Commerce extérieur de la France.
  • Ancien administrateur du GIE La Maison de la France.
  • Ancien administrateur de l’APS (Association professionnelle de solidarité du tourisme).
  • Président de la section de l'économie touristique, au Conseil national du tourisme

Notes et références[modifier | modifier le code]