Quichenotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mode et le vêtement image illustrant le département français de la Charente-Maritime
Cet article est une ébauche concernant la mode et le vêtement et le département français de la Charente-Maritime.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article a besoin d’être illustré (en discuter) (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer cet article, des médias (images, animations, vidéos, sons) sous licence libre ou du domaine public sont les bienvenus.
Si vous êtes l’auteur d’un média que vous souhaitez partager, importez-le. Si vous n’êtes pas l’auteur, vous pouvez néanmoins faire une demande de libération d’image à son auteur.

La quichenotte est une coiffe du pays vendéen, d'Aunis et de Saintonge. C'est une coiffe paysanne servant à se protéger du soleil.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'origine du terme reste aujourd'hui encore indéterminée. Dans son Dictionnaire des régionalismes de l'Ouest, Pierre Rézeau y voit un dérivé du mot « quichon » qui désignait autrefois des petites meules de foin établies par les femmes travaillant aux champs. Par extension, la coiffe qui leur servait à se protéger du soleil aurait été baptisée « quichenotte ».

Il est également possible que ce terme dérive de l'occitan caissonata dont la signification est littéralement « petite caisse ». Jacques Duguet y voit ainsi un rapprochement avec la « queissonoto », coiffe traditionnelle des paysannes des Monédières, en Limousin[1].

Pierre Jônain, folkloriste charentais né à Gémozac en 1799 et mort à Royan en 1884, a popularisé une origine plus fantaisiste du nom qui proviendrait selon lui de l'anglais kiss not. Selon cette hypothèse, la coiffe aurait servi aux paysannes à se protéger des avances des Anglais durant la guerre de Cent Ans.

Une version Saintongeaise voudrait que le rapprochement soit fait avec le mot caissenote (équivalent de cageot) du fait que l'armature de la visière était faite en morceaux de caissenotes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. in « Charente-Maritime », Encyclopédie Bonneton, p.104

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]