Aller au contenu

Queeruption

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Queeruption (composé de queer et éruption)[1] est un festival annuel international queercore dont les rassemblements ont commencé en 1998, et où les queers alternatifs/radicaux/privés de leurs droits peuvent échanger des informations, des réseaux, organiser, s'inspirer et inspirer à leur tour, être porte-parole, et contester la société dominante avec des idées et des éthiques « do it yourself » (DIY)[2],[3],[4]. Des spectacles mettant en vedettes des groupes queer punk, des artistes performeurs, et autres divertissements ont lieu dans la nuit, alors que des ateliers et des manifestations ont lieu pendant la journée[3],[4],[5]. Le Queeruption a lieu dans différentes villes et dans différents pays chaque année[3],[4]. Il a contribué au mouvement anarcho-queer (anarchistes queer)[6]. Les groupes qui organisent l'évènement peuvent avoir des désaccords (parfois au sein même de la même ville) concernant les aspects politiques qu'il devrait représenter, y compris concernant les queer safe spaces[7].

En 2003, il a été dit : « Queeruption n'est pas commercial ! Queeruption est un "Do-it-Yourself" ! Nous ne traçons aucune ligne entre les organisateurs et les participants. Nous cherchons à fournir un cadre (espace, coordination) que vous pouvez remplir avec vos idées. Il comprendra des ateliers, de la musique, des manifestations, des films, de l'art, des performances, des (sexe)parties, des pique-niques, des jeux et d'autres activités que vous avez envie d'essayer ! Qu'est-ce que Queeruption ? Quelle est la culture queer ? Il s'agit de l'expression et de l'exploration de l'identité, d'aller au-delà des frontières artificielles de la sexualité, du genre, de la nation, de la classe sociale! C'est être contre le racisme, le capitalisme, le patriarcat et la répression binaire du genre[8]. »

Liste des rassemblements

[modifier | modifier le code]

Références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Gavin Brown, « Mutinous eruptions: autonomous spaces of radical queer activism », Environment and Planning, vol. 39, no 11,‎ , p. 2685–2698 (DOI 10.1068/a38385, lire en ligne)
  2. a et b (en) « 8 Days a Week », SF Bay Guardian,‎ april 27 – may 4, 2005 (lire en ligne, consulté le )
  3. a b c et d (en) B. Vaneslander, « Long Live Temporariness: Two Queer Examples of Autonomous Spaces », Affinities Journal, vol. 1, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. a b et c Richard J.F. Day and Sarita Srivastava, « Journal Editors’ Introduction », Affinities: A Journal of Radical Theory, Culture and Action,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) Laurie Mittelmann, « He’s taking action to make the impossible possible », The Villager, vol. 78, no 4,‎ june 25 – july 1, 2008 (lire en ligne, consulté le ).
  6. Gert Hekma, « Book Review: Anarchism & Sexuality. Ethics, Relationships and Power », Journal of Homosexuality, Abingdon, UK, vol. 59, no 5,‎ , p. 757–759 (DOI 10.1080/00918369.2012.673949, lire en ligne).
  7. (en) Robert H. Haworth, Anarchist Pedagogies: Collective Actions, Theories, and Critical Reflections on Education, PM Press, (lire en ligne).
  8. Saskia Poldervaart, « Utopianism and Sexual Politics In Dutch Social Movements (1830-2003) », Mosse Foundation, Amsterdam, vol. Past and Present of Radical Sexual Politics,‎ , p. 122–132 (lire en ligne).
  9. (en) Natalie Kouri-Towe et Carrie Rentschler, War and pride: "Out Against the Occupation" and queer responses to the 2006 Lebanon War (thèse de master), McGill University's Institutional Repository (Canada), McGill University,
  10. (en) Roy Wagner, « Sexual and National Mobility-Visibility Regimes In Israel/Palestine, And How To Cross Through Them », dans Activist Media and Biopolitics : Critical Media Interventions in the Age of Biopower, Innsbruck, Activist Media and Biopolitics, (ISBN 9783903122192, présentation en ligne)
  11. (en) « Queeruption Festival - Budapest » (consulté le )

Liens internes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]