Quartier général des Partisans à Novi Sad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Quartier général des Partisans à Novi Sad
Партизанска база у Новом Саду
Partizanska baza u Novom Sadu
Војислава Илића 15 Партизанска база.JPG
Vue de l'ancien quartier général des Partisans
Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Statut patrimonial
Localisation
Pays
District
Municipalité
Ville
Coordonnées
Localisation sur la carte de Serbie
voir sur la carte de Serbie
Red pog.svg

Le quartier général des Partisans à Novi Sad (en serbe cyrillique : Партизанска база у Новом Саду ; en serbe latin : Partizanska baza u Novom Sadu) est un bâtiment situé à Novi Sad, la capitale de la province autonome de Voïvodine, en Serbie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi de base aux Partisans communistes de Tito. En raison de sa valeur historique, il est aujourd'hui inscrit sur la liste des monuments culturels de grande importance de la République de Serbie (identifiant n° SK 1149)[1],[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

La maison située 15 rue Vojislava Ilića à Novi Sad a servi de base aux activités illégales des Partisans de Tito. La base y a été installée grâce à une coopération entre le Parti communiste de Yougoslavie et les propriétaires du bâtiment, Ćira Sovljanski et Svetozar Marković Toza, le secrétaire organisationnel du parti en Voïvodine. Elle était située au rez-de-chaussée de la maison et mesurait 160 m sur 220 m. Le Comité de libération pour la Voïvodine y a été fondé ; les informations de terrain y étaient centralisées et les directives d'actions y étaient élaborées. Le journal Slobodna Vojvodina (Voïvodine libre) y était imprimé, qui servait d'organe au Mouvement de libération nationale dans la région[2].

La base fut découverte par les occupants hongrois et elle fut attaquée dans la nuit du 18 au . Deux militants communistes furent tués et Svetozar Marković Toza lui-même fut blessé et emprisonné[2].

En 1964, une plaque commémorative fut apposée sur la façade de la maison. Le bâtiment abrite aujourd'hui le Musée de la presse de Novi Sad, qui dépend du Musée de Voïvodine[3] ; il a été restauré en 1981, 1989 et 1991[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]