Q Lazzarus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Q Lazzarus (née en 1954) est une chanteuse américaine, connue pour le succès sans lendemain Goodbye Horses écrit et composé par William Garvey.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant d'être chanteuse, Q Lazzarus a été conductrice de taxi à New York. Elle apparaît en 1986 dans le film Dangereuse sous tous rapports, interprétant le titre The Candle Goes Away, puis en 1993 dans le film Philadelphia, interprétant cette fois Heaven, un titre des Talking Heads. En 1996, elle contribue à la bande son du film Twisted.

Un peu avant 1996, le groupe de Q Lazzarus décide de se séparer. Peu d'informations ont circulé sur sa composition, mis à part la participation de Mark Barrett et du compositeur William Garvey mort en août 2009.

Goodbye Horses[modifier | modifier le code]

Écrite et composé par William Garvey le titre Goodbye Horses porté par la voix de contralto de Q Lazzarus connaît un vif succès suite à sa présence dans Le Silence des Agneaux et ressort en 1991 dans une version allongée. Lors de la scène du striptease de l'antagoniste du récit, surnommé "Buffalo Bill". La scène, musique comprise, est notamment parodiée dans le film Clerks 2 et dans la série animée Les Griffin (épisode 13 - saison 7, Dopage). Jonathan Demme réalisateur du film avait déjà utilisé ce titre dans son précédent film Veuve mais pas trop. La chanson se retrouve ensuite dans les bandes sons de nombreux films, séries et jeux vidéo : Maniac en forme de clin d'œil une des victimes du tueur en série lui fait écouter chez elle le morceau sur disque vinyle peu avant d'être sauvagement assassinée, Fully Flared, Nip/Tuck, Grand Theft Auto IV et Skate 3[1]. Plusieurs reprises du titres ont été enregistrés. En 2015 une reprise en français par le groupe français Grand Blanc Au Revoir Chevaux.

Dans la culture populaire américaine, le morceau est connu comme « The Buffalo Bill Song » (« la chanson de Buffalo Bill »).

Note[modifier | modifier le code]

  1. Voir à ce sujet la critique du film sur Gentle Geek.