Grand Blanc (groupe de musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand Blanc.
Grand Blanc
Description de cette image, également commentée ci-après
Grand Blanc en concert lors des Eurockéennes de Belfort en 2015.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock électro
Instruments Guitare, batterie, clavier, guitare basse
Années actives Depuis 2014[1]
Labels Entreprise, Third Side
Composition du groupe
Membres Benoît David
Camille Delvecchio
Vincent Corbel
Luc Wagner

Grand Blanc est un groupe de rock électro[2] et d'électro punk[3]. Il se compose de Benoît David[4] ou Ben (chant et guitare), Camille Delvecchio (chant et claviers), Vincent Corbel, alias Korben (guitare basse) et Luc Wagner (batterie)[5].

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Camille Delvecchio et Luc Wagner se sont connus en classe de sixième à horaires aménagés musique et jouent ensemble depuis cette époque. Camille Delvecchio joue alors de la harpe et de la contrebasse[5] et a poursuivi un cursus de plus de 10 ans au conservatoire[6]. Elle est diplômée d'un Master de musicologie et gestion culturelle[7]. Luc Wagner a également intégré le conservatoire[5] et est diplômé d'une école d'ingénieurs du son[7]. De son côté, Benoît David, initié à la guitare par son oncle, commence à composer à l'âge de 21 ans après avoir quitté sa classe préparatoire pour une faculté parisienne[5], la Sorbonne, où il entame des études littéraires qui le mèneront en Master de littérature à l'EHESS[8].

Tous trois originaires de Metz[5], ils sont arrivés séparément à Paris entre 2007 et 2010[9]. En 2012, ils effectuent leur premier concert dans le cadre d'un tremplin organisé à Metz au Trinitaires. Le trio s'enferme trois semaines pour préparer son concert[5]. Rejoints ensuite par le francilien[9] Vincent Corbel, alias Korben (guitare basse)[5], également ingénieur du son[7], le groupe, formé à Paris, fait ses débuts sur les scènes de Metz[2].

Repéré par les Inouïs du Printemps de Bourges[2] lors de l'édition 2014 du festival[5], Grand Blanc sort un premier EP le [10] comportant quatre titres [11],[12]. Le groupe se produit ensuite lors d'un concert remarqué aux Transmusicales de Rennes en [11],[10],[13].

Un second EP intitulé Montparnasse est dévoilé en 2015[14].

Le [5], le groupe sort son premier album intitulé Mémoires vives sur le label Enterprise[15] et part en tournée[2]. Grand Blanc participe, le , en compagnie de Flavien Berger, à la date rouennaise de la tournée Fair : le tour, organisée par le FAIR[16]. Le groupe se produit ensuite sur la scène de l'industrie du festival Rock en Seine en [17].

Le groupe enregistre, en 2017, un second album dont la musique va plus à l’essentiel selon Benoît David[18].

A partir d'avril 2018 le groupe fera la première partie des concerts d'Indochine lors de la tournée de l'album 13, 13 tour.

Discographie[modifier | modifier le code]

EPs[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mathilde Doiezie, « Grand Blanc : «On veut transformer le tragique en positif» », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  2. a, b, c et d Morgane Giulani, « VIDÉO - Grand Blanc : "Ce groupe est une manière de faire face au réel" », sur rtl2.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  3. Charlotte Pons, « À suivre... Grand Blanc », sur lepoint.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  4. Boris Senff, « Grand Blanc à grand bruit au Romandie », sur 24heures.ch, (consulté le 9 mars 2017).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i Laurent Carpentier, « Dans leur ville de cœur, les Grand Blanc font « bam » », sur lemonde.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  6. Maxime de Abreu, « Mignon et trash, le premier album de Grand Blanc est une petite tuerie », sur lesinrocks.com, (consulté le 9 mars 2017).
  7. a, b et c « Le disque sombre de Grand Blanc », sur ladepeche.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  8. « VIDEO. Metz : petit blanc est devenu grand », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  9. a et b Thierry Coljon, « Le disque sombre de Grand Blanc », sur lesoir.be, (consulté le 9 mars 2017).
  10. a et b Mathilde Doiezie, « Grand Blanc : « Bashung incarne une période faste de la variété française » », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  11. a et b « Le clip du jour : "Montparnasse", de Grand Blanc », sur parismatch.com, (consulté le 9 mars 2017).
  12. Jean-Daniel Beauvallet, « Le rock cagneux de Grand Blanc », Les Inrockuptibles, 26 septembre 2014.
  13. Stéphane Davet, « Grand Blanc, les atouts du rock francophone », sur lemonde.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  14. Ana Benabs, « Grand Blanc prend de la hauteur avec son nouveau clip », sur lesinrocks.com, (consulté le 9 mars 2017).
  15. Caroline d'Avout, « Magnétique Grand Blanc », sur lesechos.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  16. Maxime de Abreu, « Flavien Berger et Grand Blanc : l’interview croisée (et bordélique) », sur lesinrocks.com, (consulté le 9 mars 2017).
  17. Adrien Morcuende, « Grand Blanc : "C'est l'histoire de quatre débiles qui tournent des boutons" », sur culturebox.francetvinfo.fr, (consulté le 9 mars 2017).
  18. Philippe Marque, « Grand Blanc : concert et hommage à Metz pour Marie et Mathias », sur republicain-lorrain.fr, (consulté le 10 novembre 2017).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]