Pumpuang Duangjan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pumpuang Duangjan
Description de cette image, également commentée ci-après
Pumpuang Duangjan en 1983
Informations générales
Surnom Queen of Phleng Luk thung (thaï : ราชินีเพลงลูกทุ่ง)
Nom de naissance Rampueng Chit-harn (thaï : รำพึง จิตรหาญ)
Naissance [1]
Suphanburi, Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Décès (à 30 ans)
Phitsanulok, Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Activité principale Chanteuse
Genre musical pop  • Luk thung[2]
Instruments Voix
Années actives 1977-1992
Labels Topline Diamond
Site officiel www.xs4all.nl/~mythai/pumpuang/pumpuangprint.htm

Pumpuang Duangjan[3] (thaï : พุ่มพวง ดวงจันทร์ / Ranpueng Chit-harn), née le à Amphoe Song Pheenong, dans la province de Suphanburi,[4] et décédée à 30 ans à Phitsanulok le 13 juin 1992[5], est une célèbre chanteuse de Luk thung[6] et de pop thaïlandaise[7],[8].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pumpuang Duangjan vient d'une famille nombreuse de paysans très pauvres. Son niveau d'éducation est très faible (cycle primaire). Elle sort de l'école sans savoir lire et écrire, mais sa voix est extraordinaire. En 1975, alors âgée de 14 ans, elle va à Bangkok dans l'espoir de devenir chanteuse. Elle commence par apprendre à danser mais très vite on remarque ses fantastiques talents de chanteuse. Elle devient populaire[9], comme les autres vedettes de ce genre musical[10] (Sayan Sanya, Suraphol Sombatcharoen, Chai Muengsingh, Tai Orathai et Jintara Poonlarp), en faisant la tournée des foires de temple dans la province de Suphanburi, berceau de cette musique. Elle évoque bien sûr dans ses chansons avec humour et cynisme les épreuves et le mépris dont sont victimes les ruraux qui vont travailler à la ville (Bangkok) et la nostalgie de son pays natal, de ses amis qu'elle ne voit plus. Elle devient très vite "la reine du luk thung".

Elle a contractée et est morte à 30 ans de la LED (lupus érythémateux disséminé), en 1992, abandonnée de son mari, un play-boy. Elle n'a pas pu se soigner à temps car ses sponsors ne l'avaient pas rémunérés pour son travail.

Sa toute dernière apparition avant sa mort pourrait être le 7 juillet 1991, où elle était la toute première à passer à un second concert qui réunissait toutes les vedettes du luk-thung (le premier étant été fait en 1990). Elle a pu chanter deux chansons devant la princesse Sirindhorn : ส้มตำ (Som-Tam), une musique écrite par la princesse Sirindhorn et สยามเมืองยิ้ม (Siam Mueang Yim), extraite de son album ห่างหน่อยถอยนิด (Harng Noy Toy Nit) de 1986.

À ses funérailles, 100 000 à 200 000 personnes, dont plusieurs membres de la famille royale s'étaient rassemblés à Suphanburi. Les paroles d'une de ses premières chansons étaient pleine de lucidité et prémonitoires : "Tu penses que tu peux me berner parce que je suis une gourde de la campagne...Tu es un garçon de la ville. Tu veux seulement ma jeunesse, tu vas me laisser tomber pour une fille de la ville."

Sa célébrité est telle que deux films relatant sa vie ont été tournés : le pas très réussi บันทึกรักพุ่มพวง (1992) et l'excellent พุ่มพวง / The Moon[11] du réalisateur Bandit Thongdee avec l'actrice Paowalee Pornpimol dans le rôle de Pumpuang Duangjan (2011).

Ses tubes s'entendent encore de nos jours dans les karaokés des bords de routes et les concerts des pagodes[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • นักร้องบ้านนอก (Nak Rong Ban Nok) (Chanteur de la campagne / Countryside Singer)
  • 1978 : แก้วรอพี่ (Kaew Roe Phee)
  • สาวเพชรบุรี (Sao Petchburi)
  • นัดพบหน้าอำเภอ (Nat Phop Na Ampore)
  • สาวนาสั่งแฟน (Sao Na Sang Fan)
  • ดาวเรืองดาวโรย (Dao Rueang Dao Roai)
  • หัวใจถวายวัด (Hua Jai Tawai Wat)
  • ส้มตำ (Som Tam) (Salade de papaye verte / Green Papaya Salad)
  • โลกของผึ้ง (Lok Khong Pueng)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • 1984 – Chee (ชี)
  • 1984 – Nang Sao Ka Thi Sod (นางสาวกะทิสด)
  • 1984 – Khoe Thot Tee Thee Rak (ขอโทษที ที่รัก)
  • 1984 – Jong Ang Pangad (จงอางผงาด)
  • 1985 – Thee Rak Ter Yoo Nai (ที่รัก เธออยู่ไหน)
  • 1986 – Mue Puen Khon Mai (มือปืนคนใหม่)
  • 1987 – Sanae Nak Rong (เสน่ห์นักร้อง)
  • 1987 – Chaloey Rak (เชลยรัก)
  • 1987 – Pleng Rak Phleng Puen (เพลงรัก เพลงปืน)
  • 1988 – Phet Payak Rat (เพชรพยัคฆราช)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (th) ปราการด่านสุดท้าย, « ชีวิต แม่พุ่มพวงค่ะ ไปเจอมาเราว่าละเอียดที่สุดแล้วค่ะ », Pantip.com,‎
  2. Craig Lockard, Southeast Asia in World History, Oxford University Press, (ISBN 0195338111)
  3. (th) ปราการด่านสุดท้าย, « ชีวิต แม่พุ่มพวงค่ะ ไปเจอมาเราว่าละเอียดที่สุดแล้วค่ะ », sur Pantip.com,‎
  4. « Pumpuang Duangjan’s 57th Birthday », sur Doodles Archive, Google,
  5. (en) « Honouring a legend », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  6. « SORTIE - Madame Tussauds et ses poupées de cire ouvre à Bangkok », sur lepetitjournal.com, Le Petit journal de Bangkok, 03 décembre 2010 (mis à jour le 08 février 2018)
  7. « Dance and Music », sur Thai Culture, OnlyChaAm.com (consulté le 7 novembre 2016)Modèle:Unreliable source?
  8. Craig Lockard, Southeast Asia in World History, Oxford University Press, (ISBN 0195338111)
  9. Jean Baffie et Thanida Boonwanno, Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Cosmopole (éditions), , 160 p. (ISBN 978-2-84630-084-1), p. CHANTs DE LA RIZIERE pages 27 et 28
  10. « Thaïlande, 1970 : les rizières pop. Emission de musique à écouter et podcaster sur France Culture (radio du service public) (durée : 59 minutes) », sur franceculture.fr,
  11. (en) Yanapon Musiket, « No miracles at Thai filmawards », sur bangkokpost.com, Bangkok Post, (consulté le 12 décembre 2019)
  12. Arnaud Dubus, Thaïlande : Histoire, Société, Culture, La Découverte (éditions), , 224 p. (ISBN 978-2-7071-5866-6), p. Musique des rizières, théâtre des campagnes pages 198 et 199

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :