Publicains (cathares)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Publicains.

Les publicains ou populicans ou popelicani sont un groupe de chrétiens dualistes de la mouvance cathare, décrit comme hérétique, qui serait apparu en Champagne et en Bourgogne dans la seconde moitié du XIIIe siècle, sans que leur historicité soit fermement établie[1].

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

Le nom puise probablement ses origines chez les « pauliciens » - transformé en « publicam » par allusion aux publicains des Évangiles[2] - un mouvement hétérodoxe chrétien apparu au VIIe siècle en Arménie qui influence les bogomiles et, à travers ceux-ci, les mouvements de type cathares qui, partis des Balkans, se propagent de la vallée du Rhin aux Flandres puis à travers l'est de la France jusqu'au nord de l'Italie[3].

D'après les écrits polémiques des chanoines de Liège - dont les fondements historiques sont discutées - ces courants dissidents de l'orthodoxie chrétienne occidentale seraient apparus vers 1145 à Mont-Aimé[4], formant de petits groupes que l'on retrouve en Champagne, à Arras, et puis en Bourgogne, à Vézelay ou encore à La Charité-sur-Loire[1].

En tout état de cause, le terme sert - avec ses dérivés comme populicani, « les chiens du peuple »[2] - à désigner, en France, de façon malveillante ces groupes de chrétiens dualistes radicaux[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Louis Biget, « Contestation et hérésies (XIe – XVe siècle) », dans Alain Tallon et Catherine Vincent (dirs.), Histoire du christianisme en France : Des Gaules à l'époque contemporaine, Armand Colin, , p. 107
  2. a b et c Jean-Pierre Poly et Éric Bournazel, La mutation féodale : Xe – XIIe siècle, Presses universitaires de France, , p. 334
  3. Gérard Chaliand et Sophie Mousset, 2000 ans de chrétientés : Guide historique, Odile Jacob, , p. 71-72
  4. Pilar Jiménez Sanchez, Les Catharismes : Modèles dissidents du christianisme médiéval (XIIe – XIIIe siècles), Presses universitaires de Rennes, , p. 163

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Suttor, « Le Triumphus Sancti Lamberti de casto Bullonio et le catharisme à Liège », Le Moyen Âge, no 91,‎ , p. 227-264
  • Yves Dossat, « L'hérésie en Champagne aux XIIe et XIIIe siècles », dans Yves Dossat (dir.), Eglise et hérésie en France au XIIIe siècle, Variorum Reprints, , p. 57-73
  • C. du Cange, « Populicani », dans Cange et al., Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., t. 6, Niort, L. Favre, 1883‑1887 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]